Navigation – Plan du site
2016

Deux fragments d’un nécrologe de la Trinité de Fécamp (XIe-XIIe siècles). Étude et édition critique d’un document mémoriel exceptionnel

Two fragments of a necrology of the abbey of Fécamp (11th-12th centuries). Study and edition of an exceptional memorial document
Due frammenti di un necrologio della Trinità di Fécamp (XI-XII secolo). Analisi ed edizione critica di un documento storico unico
Stéphane Lecouteux

Résumés

Le recueil factice Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389 contient, aux fol. 33 et 34, deux fragments d’un nécrologe copié à la fin du XIe siècle puis enrichi tout au long du siècle suivant. Signalé dans le premier supplément de son répertoire par J.-L. Lemaitre, ce document méconnu a été attribué à l’abbaye du Bec. La reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de Fécamp amène à rejeter cette attribution et à restituer ces deux feuillets à ce dernier monastère. Ces fragments présentent un intérêt considérable : ils proviennent du plus ancien nécrologe normand conservé et précisent l’origine de nombreux moines associés ; ils prouvent la survivance du réseau spirituel volpianien bien après la mort de son fondateur, l’abbé réformateur Guillaume de Volpiano, et de ses disciples ; ils offrent enfin un témoignage exceptionnel des relations étroites établies entre l’abbaye de Fécamp et plusieurs monastères bénédictins situés en Bourgogne, en Normandie, en Angleterre, en Lorraine, en Picardie, en Île-de-France et en Flandre aux XIe et XIIe siècles. À cette époque, la production du scriptorium de Fécamp est à son apogée et les associations spirituelles jouent un rôle essentiel pour la transmission des textes et l’enrichissement des bibliothèques monastiques.

Haut de page

Notes de la rédaction

Édition numérique en collaboration avec Marie Bisson (CRAHAM, UMR 6273 / MRSH de Caen, pôle du Document numérique), qui s’est chargée de la génération en XML-TEI des index des anthroponymes et des toponymes.

Notes de l’auteur

La matière de cet article est issue des compléments et des annexes de ma thèse de doctorat, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques. L’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp, soutenue le 23 nov. 2015 à l’université de Caen Normandie devant un jury composé de P. Bauduin (président), F. Bougard (rapporteur), L. Morelle (rapporteur), C. Jacquemard (directrice), A.-M. Turcan-Verkerk (co-directrice) et E. D’Angelo (examinateur) ; voir en particulier vol. I, part. 1, p. 211-244 et vol. II, annexe 4, p. 37-47 et annexe 6, p. 71-146. Je tiens à remercier J.-L. Lemaitre et C. Lorren pour leur aide précieuse ainsi que les membres de mon jury pour leurs remarques constructives.

Texte intégral

  • 3 Voir la riche discussion entre R.-H. Bautier, J. Dufour, J.-L. Lemaitre, J. Dubois, C. Heitz et P.  (...)
  • 4 Parisse, 1991, p. 462-463 (communication prononcée en 1985 lors du premier colloque international d (...)
  • 5 Bulst, 1984 (surtout p. 325) ; Id., 1991 (surtout p. 40-41).
  • 6 En témoignent certaines orientations de l’appel à communication du 140e congrès du comité des trava (...)
  • 7 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 159-168 et vol. II, 122-137 ; Lecouteux, à paraître (actes du (...)

1Depuis le début des années 1980, la thèse selon laquelle les associations de prières entre communautés religieuses seraient des unions informelles, ponctuelles et éphémères s’est largement répandue chez les médiévistes. Élaborée et défendue par d’éminents historiens tels Robert-Henri Bautier3, Michel Parisse4 et Neithard Bulst5, cette idée fait encore aujourd’hui l’objet d’un consensus6 bien qu’elle mérite d’être reconsidérée7. Les associations spirituelles sont perçues par la plupart des médiévistes comme des unions tombant rapidement en désuétude, le plus souvent à la suite de la mort de l’un de leurs fondateurs. Cette perception défavorable explique sans doute en grande partie le désintérêt des chercheurs pour les associations spirituelles et les réseaux de confraternité : considérées comme instables et évanescentes, ces unions ne présentent guère d’intérêt aux yeux des historiens puisque leurs travaux – qui portent généralement sur de longues périodes allant bien au-delà d’une ou deux générations – doivent nécessairement se fonder sur des bases solides, et donc pérennes.

  • 8 Ibid. Une association spirituelle entre deux communautés religieuses vise avant tout à définir les (...)
  • 9 Ibid. Si les moines d’établissements associés bénéficient fréquemment de commémorations individuell (...)
  • 10 Le développement des fondations de prières pour les laïcs constitue sans doute le changement le plu (...)
  • 11 Malgré leur grande richesse, les actes de confraternité (ou contrats de societas), les descriptions (...)

2La théorie du caractère éphémère des associations de prières soulève trois difficultés majeures : elle confond tout d’abord association spirituelle et commémoration individuelle, créant ainsi un amalgame8 ; elle ignore ou néglige ensuite l’évolution de la commémoration des morts au Moyen Âge9, ainsi que les répercussions de cette évolution sur les sources documentaires10 ; elle prend enfin exclusivement en considération la documentation nécrologique (nécrologes, obituaires et rouleaux mortuaires) au détriment des autres sources confraternelles pourtant disponibles et exploitables11.

  • 12 Pour la démonstration, voir Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 159-168 et vol. II, annexe nº 6, p (...)
  • 13 Avant le XIIIe siècle, les monastères constituent, avec les chapitres cathédraux, les principaux ce (...)
  • 14 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 502-625.
  • 15 Ibid., part. 1, p. 60-121.
  • 16 Ibid., part. 3, p. 353-630 (en part. le chap. 3, p. 483-630). Cette circulation de manuscrits s’obs (...)
  • 17 Le cas de la circulation de reliques au sein de réseaux de confraternité constitue un champ de rech (...)
  • 18 La lettre du prieur R. de Fécamp au prieur D[ominique] de St-Bénigne de Dijon (v. 1001-1004), est à (...)
  • 19 Dans le domaine musical, Guillaume de Volpiano a introduit la « notation a-p » dans les abbayes réf (...)
  • 20 À titre d’exemple, l’influence réciproque, au XIe siècle, des scriptoria du Mont St-Michel et de la (...)
  • 21 Dans le domaine de l’architecture, l’influence bourguignonne (Cluny et St-Bénigne de Dijon) est per (...)
  • 22 C’est du moins ce que pourrait suggérer les interprétations conjointes de la Chronique de St-Bénign (...)
  • 23 La réception à Fécamp d’une spiritualité influencée par les milieux romualdien (Romuald de Ravenne (...)

3Une fois la pérennité de la majorité des associations spirituelles démontrée12, l’importance des réseaux de confraternité dans les échanges entre monastères13 peut être mise en lumière14. La circulation des moines a été importante, et parfois même intense, entre les abbayes les plus étroitement associées15. Ces déplacements ont favorisé la circulation des manuscrits et des textes (œuvres antiques et médiévales tant religieuses que profanes) et ont ainsi contribué à la formation puis à l’enrichissement des bibliothèques monastiques16. Ils sont aussi à l’origine de la transmission d’objets17 et de produits consommables18. Ils ont également contribué à la circulation des idées et des savoirs19 dans des domaines très variés, tels que l’art20, l’architecture21, voire l’agriculture22, favorisant ainsi les transferts techniques, culturels et spirituels23.

  • 24 Dép. Seine-Maritime, cant. Fécamp. Pour la reconstitution du réseau de confraternité de cette abbay (...)

4Ainsi, l’historien doit s’efforcer de reconstituer et d’étudier ce type de réseau. Lorsque la documentation nécrologique et confraternelle est abondante, l’entreprise ne pose guère de difficultés. Cette situation idéale demeure cependant assez rare. Les pertes et les lacunes documentaires sont souvent importantes. Il convient donc d’adapter à chaque situation la méthode mise au point pour la reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de Fécamp24. Simple à mettre en œuvre et efficace au regard des résultats obtenus, la démarche à appliquer comprend trois étapes :

  • la première vise à rechercher des témoignages sur la mobilité des clercs et des moines afin d’établir une liste d’établissements liés au monastère étudié25 ;
  • la deuxième est destinée à la localisation et à l’analyse des documents nécrologiques et confraternels conservés pour chacun des établissements précédemment identifiés. Pour ce faire, le Répertoire des documents nécrologiques français de Jean-Loup Lemaitre constitue un outil incontournable ;
  • la troisième et dernière étape sert à situer le plus précisément possible, dans l’espace comme dans le temps, l’ensemble des associations spirituelles liant le monastère étudié aux différents membres de son réseau.
  • 26 La version publiée de ma thèse aura pour objectif de fournir une approche méthodologique et didacti (...)

5L’objectif de la présente contribution n’est pas de retracer en détail la reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp26. Il est de montrer que la méthode adoptée a permis de faire une découverte aussi inattendue que décisive : l’attribution à l’abbaye de Fécamp d’un document nécrologique d’un intérêt mémoriel et confraternel exceptionnel. Cette découverte imprévue confirme par la même occasion le bien-fondé de la démarche mise en œuvre. Avant d’entreprendre la critique de ce document, il convient toutefois de présenter les résultats acquis lors de la reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de Fécamp, ces résultats servant de fondement à l’identification du possesseur du nécrologe en question.

Présentation des résultats obtenus lors de la reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp27

  • 27 La localisation des lieux (dép., cant., c.) sera précisée en note à la première occurrence du nom. (...)
  • 28 Sur 75 établissements potentiellement liés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp, seules 22 maisons di (...)

6Du fait des importantes pertes affectant les sources nécrologiques des communautés religieuses, seuls 13 monastères ont été à ce jour identifiés comme ayant fait mémoire de moines de l’abbaye de la Trinité de Fécamp (tableau 1)28.

  • 29 Pour N. Bulst, « les liens étroits qui unissaient Fécamp à Jumièges vers 1017 sous la conduite de T (...)
  • 30 Dép. Côte-d’Or, cant. Dijon.
  • 31 Dép. Seine-Maritime, cant. Barentin.
  • 32 Dép. Manche, cant. Pontorson, c. Le Mont-Saint-Michel.
  • 33 Dép. Eure, cant. Évreux.
  • 34 Dép. Eure, cant. Gaillon, c. Clef-Vallée-d’Eure.
  • 35 Dép. Saône-et-Loire, cant. Cluny.
  • 36 Dép. Jura, cant. Saint-Claude.
  • 37 Dép. Ville de Paris.
  • 38 Dép. Seine-et-Marne, cant. Meaux.
  • 39 Dép. Moselle, cant. Metz.
  • 40 Dép. Moselle, cant. Les Coteaux de Moselle.
  • 41 Dép. Nord, cant. Sin-le-Noble, c. Pecquencourt.
  • 42 Pour l’examen de ce matériau nécrologique, voir Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 122-210.
  • 43 Comme déjà évoqué plus haut, il faut tenir compte de l’évolution de la commémoration individuelle p (...)

7Ces identifications, qui s’appuient sur la seule documentation nécrologique, sans tenir compte du reste de la documentation confraternelle, permettent déjà de nuancer les conclusions de Robert-Henri Bautier, de Michel Parisse et de Neithard Bulst29 évoquées plus haut. Ainsi, les inscriptions de moines de Fécamp au nécrologe de monastères associés s’observent sur de longues périodes, généralement un ou plusieurs siècles : les moines fécampois ont bénéficié d’inscriptions aux nécrologes de Saint-Bénigne de Dijon30 et de Saint-Pierre de Jumièges31 durant environ trois cents ans, dans ceux du Mont Saint-Michel32, de Saint-Taurin d’Évreux33 et de la Croix-Saint-Leufroy34 pendant près de deux siècles et dans ceux de Saint-Pierre de Cluny35, Saint-Oyend de Joux (Saint-Claude du Jura)36, Saint-Germain-des-Prés37, Saint-Faron de Meaux38, Saint-Arnoul de Metz39, Saint-Gorgon de Gorze40 et Saint-Sauveur d’Anchin41 pendant approximativement un siècle42. Il ne s’agit pourtant ici que de la partie « visible », correspondant exclusivement aux associations spirituelles ayant fait l’objet de commémorations individuelles43.

Tableau 1 : mentions d’abbés et de moines de Fécamp dans les nécrologes de communautés associées

Tableau 1 : mentions d’abbés et de moines de Fécamp dans les nécrologes de communautés associées
  • 44 Les références sont précisées entre crochets ; il s’agit le plus souvent de renvois au Répertoire d (...)

8En prenant en compte le reste de la documentation confraternelle conservée, les résultats obtenus peuvent être présentés sous la forme de trois tableaux synthétiques, en distinguant les établissements pour lesquels des associations spirituelles sont44 :

  • attestées, grâce à la survivance de documents confraternels exploitables (26 établissements : tableau 2a) ;
  • très probables, grâce à des sources explicites et malgré l’absence de documentation confraternelle exploitable (27 établissements : tableau 2b) ;
  • seulement vraisemblables, en l’absence de sources suffisamment explicites et de documents confraternels exploitables (21 établissements : tableau 2c).
  • 45 Ces informations sont fournies dans la table des matières de la chronique des frères Mareste d’Alge (...)

953 établissements ont ainsi été identifiés comme étant associés ou très probablement associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp (tableaux 2a et 2b). Ce réseau de confraternité est vraisemblablement très proche de celui attesté en 1386 et qui comportait alors 68 monastères45. Il est probable que l’écart de 15 unités observé puisse être en partie comblé à l’aide de quelques-uns des 21 établissements religieux retenus comme potentiellement unis par la prière à Fécamp (tableau 2c).

10Le réseau de confraternité fécampois étant mieux connu, la suite de l’étude peut maintenant porter sur l’analyse du document nécrologique évoqué plus haut.

Examen critique d’un fragment de nécrologe

  • 46 Il s’agit d’un assemblage artificiel de fragments de manuscrits recueillis à la BnF au cours du XIX(...)

11Le recueil factice Paris, BnF, nouv. acq. lat. 238946 (ci-après ms 2389) contient deux feuillets en mauvais état provenant d’un nécrologe du XIe-XIIe siècle (fol. 33-34). Méconnu, ce fragment de nécrologe a été signalé pour la première fois par Jean-Loup Lemaitre dans le premier supplément de son répertoire (Lemaitre, 1987, nº 342a).

Tableau 2a : les communautés associées à Fécamp (documentation confraternelle exploitable)

Tableau 2a : les communautés associées à Fécamp (documentation confraternelle exploitable)

Tableau 2b : les communautés très probablement associées à Fécamp (documentation confraternelle non exploitable, mais sources explicites)

Tableau 2b : les communautés très probablement associées à Fécamp (documentation confraternelle non exploitable, mais sources explicites)

Tableau 2c : autres communautés vraisemblablement associées à Fécamp (absence de sources suffisamment explicites et de documentation confraternelle exploitable)

Tableau 2c : autres communautés vraisemblablement associées à Fécamp (absence de sources suffisamment explicites et de documentation confraternelle exploitable)
  • 47 Dép. Eure, cant. Brionne, c. Le Bec-Hellouin.
  • 48 Dép. Seine-Maritime, cant. Notre-Dame-de-Gravenchon, c. Saint-Wandrille-Rançon.
  • 49 Dép. Seine-Maritime, cant. Rouen.
  • 50 Dép. Seine-Maritime, cant. Pont-Audemer, c. Les Préaux.
  • 51 Dép. Calvados, cant. Caen.
  • 52 Dép. Calvados, cant. Troarn.
  • 53 Dép. Seine-Maritime, cant. Eu.
  • 54 Dép. Oise, cant. Grandvilliers.
  • 55 Ces établissements bénéficiaient au Bec de services de prières importants (Paris, BnF, ms lat. 1390 (...)
  • 56 Ainsi, B. Schamper : Schamper, 1989, p. 307.

12La notice détaillée que cet auteur consacre à ce nécrologe désigne l’abbaye du Bec47 comme établissement d’origine. Jean-Loup Lemaitre justifie cette attribution en indiquant tout d’abord que, parmi les lieux de provenance des défunts, les abbayes normandes sont représentées en grand nombre. Il observe également que le détenteur du nécrologe était associé à plusieurs établissements anglais, confirmant ainsi son appartenance à l’espace anglo-normand constitué après la conquête de 1066. Il souligne aussi l’existence de nombreux contacts avec des établissements dispersés sur le continent. Le possesseur du document entretenait donc des relations importantes à l’intérieur comme à l’extérieur du duché de Normandie et il s’agit visiblement d’une communauté religieuse jouissant d’un certain prestige. Jean-Loup Lemaitre constate ensuite que l’un des rares abbés mentionnés, Boson du Bec († 1136), a été inscrit en addition et à l’encre rouge. Pour finir, parmi les abbayes relevées, plusieurs sont connues pour avoir été en relation spirituelle étroite avec Notre-Dame du Bec grâce à la liste de confraternités conservée pour ce monastère : Saint-Pierre de Jumièges, Saint-Wandrille48, Saint-Ouen de Rouen49, Saint-Pierre de Préaux50, Saint-Étienne de Caen51, Saint-Martin de Troarn52, le Mont Saint-Michel, Saint-Taurin d’Évreux, Saint-Michel du Tréport53 et Saint-Germer de Fly54. Ces éléments ont logiquement conduit l’auteur de la notice à attribuer ce document à l’abbaye du Bec55. Les arguments avancés pour identifier le possesseur du nécrologe paraissent solides, et les rares chercheurs ayant eu depuis recours à ces fragments n’ont guère hésité à les considérer, sur la foi de cette notice, comme provenant du Bec56.

Présentation des éléments remettant en cause l’attribution de ces fragments au Bec

  • 57 Dép. Pas-de-Calais, cant. Saint-Omer.
  • 58 Jean-Loup Lemaitre identifie ce monastère à St-Arnoul de Crépy (dép. Oise, cant. Crépy-en-Valois). (...)
  • 59 Dom Jouvelin a soigneusement relevé les suffrages appliqués au Bec pour chaque établissement associ (...)
  • 60 Dép. Orne, cant. Rai, c. Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois.
  • 61 Dép. Eure, cant. Breteuil, c. La vieille-Lyre.
  • 62 Dép. Eure, cant. Beuzeville.
  • 63 Dép. Manche, Cant. Créances.
  • 64 Angleterre, comté du Kent.
  • 65 Les suffrages appliqués au Bec pour les moines de ces établissements étaient constitués de sept off (...)
  • 66 Les suffrages appliqués au Bec pour les moines de St-Bénigne de Dijon n’étaient constitués que de t (...)
  • 67 Inscription soit directement à l’encre rouge, soit à l’encre noire rehaussée de rouge.
  • 68 « Bien que fragmentaire, ce texte mériterait d’être publié et étudié de manière approfondie » (Lema (...)

13Les nouveaux éléments recueillis lors de la reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp invitent à rouvrir le dossier. Quelques remarques préalables s’imposent néanmoins. Parmi les établissements mentionnés par Jean-Loup Lemaitre, 3 monastères non normands, à savoir Saint-Faron de Meaux, Saint-Bertin57 et Saint-Arnoul58, ne bénéficient pas de services de prières au Bec59. En revanche, d’autres établissements normands ou anglais disposant de suffrages étendus pour leurs défunts dans ce monastère, comme Notre-Dame de Saint-Évroult60, Notre-Dame de Lyre61, Notre-Dame de Cormeilles62, la Trinité de Lessay63 et Christ Church de Cantorbéry (Holy Trinity)64, ne sont pas mentionnés65. La présence des premières abbayes comme l’absence des secondes ne manquent pas de surprendre. Par ailleurs, la place importante accordée aux moines de Saint-Bénigne de Dijon dans ce nécrologe paraît être en décalage avec les services de prières que s’accordaient mutuellement Saint-Bénigne et le Bec66. En outre, Boson du Bec n’est pas le seul abbé à bénéficier d’une inscription rubriquée : c’est aussi le cas des deux abbés de Saint-Germer de Fly, Garnier († 1095) et Hugues († 1100). Plusieurs moines d’autres maisons (Saint-Wandrille, Saint-Bénigne de Dijon, Saint-Bertin, Saint-Étienne de Caen, etc.), ainsi que des parents, des amis et des familiers laïcs de la communauté détentrice de ce calendrier nécrologique bénéficient également d’un traitement de faveur comparable67. Ces diverses observations incitent à la prudence. Le caractère exceptionnel et l’ancienneté du document, la précision des mentions d’origine des défunts ainsi que les recommandations formulées par Jean-Loup Lemaitre à la fin de sa notice68 invitent à reprendre à nouveaux frais l’étude de ce nécrologe.

Détermination de la période d’usage du nécrologe

  • 69 Ces deux feuillets ont autrefois servi de remploi dans une reliure. Des déchirures, des trous et de (...)

14L’état de conservation médiocre des deux feuillets69 rend indispensable l’édition critique du texte avant de procéder à une étude globale de son contenu (voir pages 61-79). Une fois ce travail de transcription accompli, les éléments suivants peuvent être dégagés :

  • les folios 33 et 34 du recueil factice correspondent à deux feuillets indépendants contenant respectivement l’intégralité des mois de juin et de novembre d’un nécrologe démembré. Ce dernier comportait donc à l’origine douze feuillets (un pour chaque mois du calendrier)70. La première quinzaine71 se trouve au recto de chaque folio, tandis que la seconde est enregistrée au verso72 ;
  • l’information datable la plus récente enregistrée de première main correspond au décès de l’abbé Garnier de Saint-Germer de Fly (1058-1084), le 5 juin 1095. La commémoration datable la plus ancienne inscrite de seconde main (donc en addition) concerne le décès de son successeur, l’abbé Hugues (1084-1100), le 5 novembre 110073. Ces deux fragments appartenaient donc à un nécrologe constitué dans les dernières années du XIe siècle, à une date qu’il convient de placer dans une fourchette étroite, comprise entre les années 1095 et 1100 ;
  • la première main a toutefois reproduit de nombreuses informations plus anciennes, issues d’un nécrologe antérieur aujourd’hui perdu et qui fut en usage au cours du XIe siècle. Ainsi, 127 moines inscrits de première main, avec la mention de leur établissement d’appartenance, sont morts avant 1095 / 110074. Parmi les quelques inscriptions datables reprises de ce fonds primitif, les plus anciennes remontent au milieu du XIe siècle et concernent la Lorraine, avec les décès des abbés Richard de Saint-Vanne de Verdun († 15 juin 1046) et Sigefroid de Gorze († 12 juin 1055)75 ;
  • bien que les additions soient nombreuses76, rares sont celles qui sont précisément datables. La plupart correspondent en effet à des inconnus et à des défunts difficiles à identifier, tels que simples moines, parents, amis et familiers de la communauté. Les abbés ajoutés de seconde main demeurent relativement rares. La mention additionnelle la plus récente qui puisse être datée avec précision correspond à l’inscription du décès de l’abbé Boson du Bec le 24 juin 1136. Cette entrée est cependant loin d’être la dernière enregistrée ce même jour77. Des ajouts ultérieurs ont été réalisés par plusieurs mains différentes, vraisemblablement à quelques années d’intervalle. Ainsi, l’usage du nécrologe fut loin d’avoir pour terme l’année 1136, et l’enrichissement du fonds avec de nouvelles entrées a dû se prolonger assez longtemps dans le XIIe siècle, sans doute jusqu’à la fin de ce siècle. Ce nécrologe a donc été mis en service vers 1095 / 1100 et est resté en usage tout au long du XIIe siècle78.

Localisation de la région de provenance du nécrologe

15L’étape suivante de l’analyse consiste à identifier les établissements d’origine des défunts, à comptabiliser le nombre de fois où ces établissements apparaissent, puis à effectuer des classements en fonction de leur fréquence d’apparition (détermination du rang).

1635 établissements religieux différents sont mentionnés dans ces fragments. Il s’agit exclusivement de monastères. Une répartition en deux groupes permet d’isoler d’un côté les abbayes représentées plusieurs fois (soit 24 monastères regroupés dans le tableau 3a), de l’autre celles mentionnées une seule fois (soit 11 monastères regroupés dans le tableau 3b).

  • 79 Dans l’ordre : le Mont St-Michel (rang 3), St-Wandrille (rang 4), St-Pierre de Jumièges (rang 5), S (...)
  • 80 St-Germer de Fly (rang 2), monastère situé en zone frontalière, compte de nombreux Normands parmi s (...)
  • 81 Les 3 abbayes non normandes de rang compris entre 1 et 13 sont situées en Bourgogne (St-Bénigne de (...)

17Sur les 24 abbayes mentionnées plus d’une fois (tableau 3a), 10 sont normandes79, et une 11e, Saint-Germer de Fly, est située dans le sud du pays de Bray, aux confins de la Picardie (diocèse de Beauvais) et du duché de Normandie (diocèse de Rouen). Près de la moitié des établissements se concentrent donc sur une seule et même zone géographique. La prise en compte du rang, c’est-à-dire de la fréquence d’apparition, donne une idée encore plus précise de la prédominance des établissements normands : 8 des 12 premières maisons mentionnées sont en effet normandes et une 9e se trouve en marge de la province ecclésiastique de Rouen (Saint-Germer de Fly)80. Les 3 autres sont à la fois très éloignées de cette région et fort distantes les unes des autres81.

Tableau 3a : établissements mentionnés plusieurs fois dans les fragments du nécrologe ms 2389, fol. 33-34

Tableau 3a : établissements mentionnés plusieurs fois dans les fragments du nécrologe ms 2389, fol. 33-34

Tableau 3b : établissements mentionnés une seule fois dans les fragments du nécrologe ms 2389, fol. 33-34

Tableau 3b : établissements mentionnés une seule fois dans les fragments du nécrologe ms 2389, fol. 33-34
  • 82 N-D. du Bec, St-Pierre de Castillon (dép. Eure, cant. Conches-en-Ouche), N-D. de St-Pierre-sur-Dive (...)
  • 83 Ainsi, sur le continent : en Bourgogne (St-Bénigne de Dijon et Cluny, aux rangs 1 et 14), en Picard (...)
  • 84 En Angleterre : comtés de Norfolk (Norwich, rang 10), du Sussex (Lewes, rang 13), du Berkshire (Rea (...)

18Si l’on considère également les 11 communautés n’apparaissant qu’une seule fois (tableau 3b), 5 nouveaux établissements normands peuvent être ajoutés à ceux précédemment signalés82. Avec 15 maisons relevant de la province ecclésiastique de Rouen et une 16e située dans sa proximité immédiate se dessine une concentration régionale forte. Aucun autre regroupement géographique n’est par ailleurs décelable : les autres maisons mentionnées se répartissent dans diverses autres régions, tant sur le continent83 qu’outre-Manche84. Un grand nombre d’entre elles occupent un rang d’apparition secondaire. Cette répartition spatiale permet de localiser sans risque le possesseur du nécrologe : il s’agit d’un monastère situé dans le duché de Normandie.

  • 85 St-Germer de Fly (rang 2 mais en marge du diocèse de Rouen), St-Wandrille (rang 4), St-Pierre de Ju (...)
  • 86 Il faut relativiser la présence de St-Pierre-sur-Dives, qui n’apparaît qu’une fois dans le nécrolog (...)
  • 87 4 des 7 abbayes du diocèse de Rouen sont situées en vallée de Seine (rangs 4, 5, 11 et 21).
  • 88 La date de fondation de ce prieuré clunisien était enregistrée dans les Annales mineures de Fécamp (...)

19Il est toutefois possible d’affiner cette localisation. 7 des 15 établissements normands relèvent du diocèse de Rouen (Saint-Wandrille, Saint-Pierre de Jumièges, Saint-Ouen de Rouen, la Trinité-du-Mont de Rouen, Notre-Dame du Bec, Sainte-Foy de Longueville et Saint-Michel du Tréport). Un 8e monastère se trouve dans ses marges immédiates (Saint-Germer de Fly). Ce groupe correspond à environ la moitié des établissements normands repérés. Il comporte 4 des établissements les mieux représentés85. Les autres abbayes se répartissent en petit nombre dans le reste de la province ecclésiastique de Rouen : au sein des diocèses voisins de Lisieux (Notre-Dame de Bernay et Saint-Pierre de Préaux, aux rangs 8 et 11) et d’Évreux (Saint-Taurin d’Évreux et Saint-Pierre de Castillon / Conches, aux rangs 9 et 25), ou dans les diocèses un peu plus lointains de Bayeux (Saint-Étienne de Caen et Saint-Martin de Troarn, aux rangs 6 et 16), de Sées (Saint-Pierre-sur-Dives, au rang 25) et d’Avranches (le Mont Saint-Michel, au rang 3). Le faible nombre d’établissements établis dans l’ouest et le sud-ouest de la province ecclésiastique de Rouen est remarquable : aucune abbaye ne relève du diocèse de Coutances et on ne compte qu’un monastère dans chacun des diocèses d’Avranches et de Sées86. Cette répartition contraste nettement avec la forte concentration observée à l’est de la principauté normande, c’est-à-dire dans le diocèse de Rouen et ses marges, en particulier le long de la vallée de la Seine87. Il est utile de noter au passage l’emplacement du plus modeste des établissements représentés : il s’agit du prieuré clunisien de Sainte-Foy de Longueville, alors récemment fondé dans le pays de Caux (en 109388). Sa présence s’explique sans doute en partie du fait de sa proximité géographique avec le possesseur du nécrologe. Ces éléments permettent d’identifier le diocèse de Rouen comme la région d’origine du document nécrologique et même d’envisager une relative proximité avec la vallée de la Seine et le pays de Caux.

Identification de l’ordre religieux et du réseau spirituel de rattachement

20Ces premières observations confirment la localisation géographique proposée par Jean-Loup Lemaitre. Il convient néanmoins de comprendre pourquoi des établissements non normands, parfois très éloignés, apparaissent en grand nombre dans ces fragments. Dans cet objectif, l’identification de l’ordre religieux et du réseau spirituel auxquels se rattache ce nécrologe constitue la piste la plus pertinente à explorer.

21Ce document provient vraisemblablement d’une communauté de moines bénédictins : les établissements représentés sont en effet exclusivement des abbayes bénédictines masculines et le possesseur du nécrologe a toutes les chances de présenter les mêmes caractéristiques : même ordre religieux et communauté masculine.

  • 89 Le réseau spirituel volpianien désigne les établissements réformés par l’abbé Guillaume de Volpiano (...)
  • 90 On considère généralement, depuis les travaux de N. Bulst, que le réseau spirituel volpianien a pei (...)

22Une forte concentration d’abbayes relevant du réseau spirituel volpianien89 peut ensuite être observée. Pas moins de 9 communautés apparaissant plusieurs fois appartiennent en effet au groupe d’abbayes touchées par la réforme de Guillaume de Volpiano. Après les monastères normands, ces établissements forment un second groupe à la fois consistant et homogène. Une énumération par ordre décroissant de fréquence d’apparition donne le résultat suivant : Saint-Bénigne de Dijon, le Mont Saint-Michel, Saint-Pierre de Jumièges, Notre-Dame de Bernay, Saint-Ouen de Rouen, Saint-Gorgon de Gorze, Saint-Arnoul de Metz, Saint-Faron de Meaux et Saint-Germain-des-Prés. Ce nécrologe offre donc un témoignage précieux de la survivance du réseau spirituel volpianien aux alentours de 110090. Tout porte à croire que son possesseur appartenait donc à la branche normande de ce réseau. Cela permet en effet d’expliquer pourquoi Saint-Bénigne de Dijon et le Mont Saint-Michel, bien qu’éloignés du diocèse de Rouen, figurent parmi les 3 établissements ayant les plus fortes fréquences d’apparition : ces 2 maisons, étroitement liées au possesseur du nécrologe, ont la particularité d’appartenir tout comme lui au réseau spirituel volpianien. La « maison mère » du mouvement réformateur, Saint-Bénigne de Dijon, occupe une place de choix puisqu’il s’agit de l’établissement pour lequel les inscriptions de défunts sont, et de loin, les plus nombreuses (rang 1, avec près d’un quart des enregistrements de moines localisés). Viennent ensuite les 3 établissements normands réformés par Guillaume de Volpiano depuis Fécamp : le Mont Saint-Michel (rang 3), Saint-Pierre de Jumièges (rang 5) et Notre-Dame Bernay (rang 8). Puis apparaît un 4e établissement normand lui aussi touché par la réforme, mais cette fois indépendamment de l’intervention d’un disciple fécampois de Guillaume de Volpiano : Saint-Ouen de Rouen (rang 11). Figurent enfin 4 autres abbayes du réseau spirituel volpianien géographiquement plus éloignées : les 2 premières sont en Lorraine (province ecclésiastique de Trèves), dans le diocèse de Metz (Saint-Gorgon de Gorze et Saint-Arnoul de Metz, aux rangs 16 et 19) et les 2 autres en Île-de-France (province ecclésiastique de Sens), dans les diocèses de Meaux et de Paris (Saint-Faron de Meaux et Saint-Germain-des-Prés, aux rangs 19 et 21).

Rejet de l’attribution de ce nécrologe à Notre-Dame du Bec

  • 91 Le Mont St-Michel, St-Pierre de Jumièges, N-D. de Bernay et St-Ouen de Rouen apparaissent bien dans (...)
  • 92 À l’exception toutefois de St-Bénigne de Dijon, qui bénéficiait de services spirituels modestes au (...)
  • 93 Le Mont St-Michel, St-Pierre de Jumièges, N-D. de Bernay, St-Taurin d’Évreux, St-Ouen de Rouen, St- (...)
  • 94 Cluny (Bourgogne) et Westminster (Angleterre, Middlesex).
  • 95 Hormis St-Étienne de Caen et St-Germer de Fly, qui bénéficiaient de suffrages importants, les abbay (...)
  • 96 St-Bertin, la Trinité de Norwich, St-Pancrace de Lewes, Reading, St-Gorgon de Gorze, St-Arnoul de M (...)

23Ce nécrologe provient d’un établissement relevant du réseau de monastères réformés par Guillaume de Volpiano et ses disciples. L’abbaye Notre-Dame du Bec n’appartenant pas à ce réseau, l’attribution de ce document à cet établissement ne peut être envisagée. Si le Bec était bien en relation spirituelle étroite avec plusieurs abbayes normandes relevant du réseau spirituel volpianien du fait de sa proximité géographique avec celles-ci91, il en était tout autrement pour les autres maisons plus éloignées de ce réseau situées hors de Normandie92. Cette dernière observation vaut d’être généralisée. Une comparaison des établissements apparaissant dans les extraits du nécrologe du Bec relevés par dom Jouvelin avec les abbayes mentionnées plusieurs fois dans ces fragments confirme la nette divergence des documents pour les associations spirituelles externes à la province ecclésiastique de Rouen. Sur les 24 maisons du tableau 3a, seules 9 abbayes se retrouvent aussi dans la copie du nécrologe du Bec faite par dom Jouvelin. Parmi elles, 7 sont normandes93 et seulement 2 sont situées dans une autre région94. Si l’on se réfère à la liste des fraternités du Bec également transmise par dom Jouvelin, 5 nouvelles abbayes viennent s’ajouter aux précédentes. Il s’agit d’établissements bénéficiant pour la plupart de services de prières plus modestes, ce qui explique leur absence dans les relevés nécrologiques de dom Jouvelin95. Enfin, 9 abbayes non associées au Bec apparaissent dans les fragments96, soit près de 38 %. Toutes sont localisées hors de Normandie. L’attribution du nécrologe au Bec doit de ce fait être rejetée pour deux motifs rédhibitoires : en premier lieu, cette abbaye ne fait pas partie du réseau spirituel volpianien auquel se rattache le possesseur du document ; en second lieu, le réseau de confraternité du Bec, dans sa partie externe à la Normandie, ne correspond que très partiellement à celui des fragments.

Attribution de ces fragments de nécrologe à la Trinité de Fécamp

  • 97 D’après la liste de confraternités de Jumièges éditée par dom Jean Laporte (Laporte, 1956, p. 187-1 (...)
  • 98 38 % des établissements du tableau 3a apparaissent dans la liste de confraternités conservée pour S (...)

24L’attribution du document au Bec étant rejetée, est-il alors possible d’identifier le véritable possesseur du nécrologe ? D’après les éléments précédemment recueillis, il s’agit d’une abbaye bénédictine masculine normande, située dans le diocèse de Rouen, profondément touchée par la réforme de Guillaume de Volpiano et étant en lien étroit avec les abbayes de Saint-Bénigne de Dijon et du Mont Saint-Michel aux XIe et XIIe siècles. La reconstitution du réseau de confraternité de Fécamp permet de supposer que l’abbaye de la Trinité puisse être le lieu d’origine de ces fragments. Toutefois deux autres candidats sérieux peuvent être aussi envisagés : Saint-Pierre de Jumièges et Saint-Ouen de Rouen. L’absence de ces deux abbayes dans les réglementations pour les suffrages des défunts du second livre du chapitre de Saint-Bénigne de Dijon montre cependant que ces deux maisons étaient moins étroitement liées à l’abbaye bourguignonne que ne l’était Fécamp à l’époque de l’usage du nécrologe étudié. Par ailleurs, ce que nous savons de leurs réseaux de confraternité respectifs ne correspond pas non plus, en particulier pour la partie non normande, aux établissements mentionnés dans ce nécrologe97. Ainsi, les établissements associés à l’abbaye du Bec se révèlent finalement plus nombreux à apparaître dans ces deux fragments que ceux associés aux deux monastères du bord de Seine98. Ces quelques observations d’ordre général permettent d’ores et déjà de rejeter l’hypothèse d’une attribution du document nécrologique à Saint-Pierre de Jumièges ou à Saint-Ouen de Rouen.

  • 99 St-Bénigne de Dijon, le Mont St-Michel, St-Pierre de Jumièges, St-Taurin d’Évreux, St-Pierre de Clu (...)

25La critique interne offre plusieurs arguments solides permettant d’attribuer de façon certaine ces deux fragments à l’abbaye de Fécamp. Parmi les établissements apparaissant plusieurs fois, 9 ont conservé au moins un nécrologe ou une copie moderne de celui-ci (voir la dernière colonne du tableau 3a)99. Malgré la dispersion géographique des abbayes concernées, ces documents font tous, sans exception, mémoire d’abbés ou de moines de la Trinité de Fécamp (tableau 1). Ce premier rapprochement est déjà à lui seul décisif, car cette abbaye est le seul établissement normand qui apparaisse systématiquement dans cette documentation nécrologique.

  • 100 Ste-Berthe de Blangy n’apparaît pas dans les listes de confraternités de N-D. du Bec, de N-D. de St (...)
  • 101 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 87-88.
  • 102 L’abbaye N-D. de Montivilliers (dép. Seine-Maritime, cant. Le Havre), placée sous la dépendance de (...)

26La présence d’une fondation comtale relativement obscure du nord de la France mérite ensuite d’attirer l’attention : il s’agit de l’abbaye de Sainte-Berthe de Blangy, située en marge de la Flandre, dans le Ternois. En Normandie, seule la Trinité de Fécamp avait une raison sérieuse d’être spirituellement associée à cette modeste communauté bénédictine géographiquement éloignée de la province ecclésiastique de Rouen100. Sainte-Berthe avait en effet été placée sous la dépendance de l’abbaye de la Trinité entre le second quart et le milieu du XIe siècle101. Ces fragments mentionnent ainsi des défunts pour chacune des trois abbayes encore placées sous la dépendance directe de Fécamp au XIIe siècle : Notre-Dame de Bernay (rang 8), Saint-Taurin d’Évreux (rang 9) et Sainte-Berthe de Blangy (rang 23)102. La présence, au complet, de ce groupe de dépendances fécampoises constitue un argument de poids pour considérer l’abbaye de la Trinité de Fécamp comme le possesseur du nécrologe. Il convient néanmoins de vérifier cette hypothèse d’attribution en prenant en compte l’ensemble des communautés mentionnées dans ce document.

  • 103 Ils apparaissent chacun au moins 13 fois dans ces fragments (soit, par extrapolation sur les 12 moi (...)
  • 104 Id., vol. I, part. 1, étape 1, p. 60-117.
  • 105 Fécamp fut réformée par des moines de St-Bénigne de Dijon, parmi lesquels Guillaume de Volpiano, Je (...)
  • 106 Le cas le mieux documenté est celui du poète et érudit Adelelm, moine de St-Germer de Fly puis de F (...)
  • 107 Au moins deux moines de Fécamp ont pris la direction du Mont en tant qu’abbés : Thierry (1023-1027) (...)
  • 108 L’abbé Durand de St-Martin de Troarn (1059-1088) était un ancien moine de St-Wandrille puis de la T (...)
  • 109 Les abbés de Jumièges Thierry (v. 1017-1027) et Tancard (1097-1101) étaient originaires de Fécamp.
  • 110 L’abbé de Fécamp Guillaume de Rots (1078-1107) avait été moine de St-Étienne de Caen.
  • 111 L’abbaye N-D. de Bernay devait choisir ses custodes puis ses abbés parmi les moines de Fécamp. Les (...)
  • 112 Comme ceux de N-D. de Bernay (voir la note précédente), les moines de St-Taurin d’Évreux devaient c (...)
  • 113 L’ancien prieur de Fécamp Herbert de Losinga est le fondateur du prieuré de la cathédrale de Norwic (...)
  • 114 L’abbé Nicolas de St-Ouen (1042-1092) était un ancien oblat de Fécamp.
  • 115 En 1078, un ancien moine de Fécamp, Pierre, s’est retiré à Préaux pour finir ses jours.
  • 116 Les deux premiers abbés de St-Pierre de Castillon / Conches, Gilbert (1035-apr. 1063) et Guillaume (...)
  • 117 Saint-Pierre de Cluny a fourni deux de ses moines comme abbés à Fécamp : Guillaume de Volpiano et H (...)
  • 118 L’abbaye de Troarn fut à l’origine fondée et dirigée par d’anciens moines de Fécamp : Gilbert (v. 1 (...)
  • 119 L’ancien moine de Fécamp et abbé de Bernay Vital fut abbé de Westminster (1076-1085).
  • 120 Le moine de Fécamp Benoît a quitté son abbaye d’origine pour Gorze puis pour St-Arnoul de Metz.
  • 121 Voir la note précédente.
  • 122 Lescelin, un ancien moine de Fécamp, est devenu abbé de St-Arnoul de Crépy-en-Valois (v. 1008-1031) (...)
  • 123 L’abbé de Fécamp Richard de Treigos (1259 / 60-1286) était originaire de la Trinité-du-Mont.
  • 124 Dépendance de Fécamp, l’abbaye de Ste-Berthe de Blangy avait à sa tête des moines du monastère norm (...)
  • 125 C’est le cas de St-Bénigne de Dijon (~500 km), du Mont St-Michel (~240 km), de la Trinité de Norwic (...)
  • 126 Seuls des transferts de moines entre Fécamp et les 5 établissements suivants ne sont pas à ce jour (...)
  • 127 Parmi les établissements apparaissant dans le tableau 3a, 11 figurent dans le tableau 2a, 10 dans l (...)
  • 128 Ce pourcentage est nettement supérieur à ceux obtenus pour N-D. du Bec (63 %), St-Pierre de Jumiège (...)

27Parmi les 12 établissements les mieux représentés103, 11 abbayes avaient été identifiées lors de la reconstitution du réseau de confraternité de Fécamp comme ayant été impliquées avec l’abbaye de la Trinité dans des déplacements et des transferts de moines104 : Saint-Bénigne de Dijon105, Saint-Germer de Fly106, le Mont Saint-Michel107, Saint-Wandrille108, Saint-Pierre de Jumièges109, Saint-Étienne de Caen110, Notre-Dame de Bernay111, Saint-Taurin d’Évreux112, la Trinité de Norwich113, Saint-Ouen de Rouen114 et Saint-Pierre de Préaux115. Ce fut également le cas de 8 autres établissements apparaissant aussi plusieurs fois dans ces fragments116 : Saint-Pierre de Cluny117, Saint-Michel de Troarn118, Westminster119, Saint-Gorgon de Gorze120, Saint-Arnoul de Metz121, Saint-Faron de Meaux122, la Trinité-du-Mont de Rouen123 et Sainte-Berthe de Blangy124. Ces maisons sont implantées tant en Normandie qu’à l’extérieur du duché, aussi bien sur le continent qu’au-delà de la Manche. 8 d’entre elles sont même situées à plusieurs centaines de kilomètres de Fécamp125. Les abbayes qui viennent d’être énumérées représentent à elles seules 19 des 24 établissements mentionnés plusieurs fois dans le ms 2389 (79 %), c’est-à-dire plus de 3 établissements sur 4 (tableau 3a)126. En tenant compte uniquement de la circulation des moines, l’attribution du nécrologe à Fécamp paraît déjà convaincante. Il est surtout remarquable que parmi ces 24 établissements, 22 avaient déjà été identifiés lors de la reconstitution du réseau de confraternité de Fécamp comme ayant des liens avec ce monastère127. En obtenant une correspondance avoisinant cette fois 92 %, l’attribution du nécrologe à cette abbaye ne fait quasiment plus de doute128.

Deux cas méritant un examen approfondi

  • 129 Les établissements non identifiés comme étant liés à Fécamp lors des deux premières étapes de la re (...)

28Deux établissements mentionnés plusieurs fois dans les fragments du nécrologe (tableau 3a) n’avaient pas été repérés, lors de la reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, pour leurs liens avec le monastère normand. Il s’agit de l’abbaye de Saint-Bertin, en Flandre (rang 7), et du prieuré Saint-Pancrace de Lewes, dans le Sussex, en Angleterre (rang 13)129. La documentation disponible pour ces deux maisons permet pourtant de déceler l’existence de liens les unissant à Fécamp.

  • 130 Le répertoire de J.-L. Lemaitre ne fournit pas d’entrée pour St-Bertin. Il en est de même pour St-P (...)
  • 131 St-Omer, Bibl. mun., ms 746, t. II, fol. 119v-120v. Cette liste a été éditée par l’abbé Bled (Bled, (...)
  • 132 Les deux premières, St-Winoc de Berck et Auchy, dépendaient de St-Bertin. Les deux suivantes sont S (...)
  • 133 Le nécrologe de Fécamp ne comportant aucune mention de moines de St-Bertin de première main, ces li (...)
  • 134 St-Bertin n’apparaît pas non plus dans les listes de confraternités conservées pour le Bec, le Mont (...)

29Si aucune de ces communautés n’a conservé de nécrologe130, il existe en revanche pour Saint-Bertin une liste de 66 confraternités relevées par le moine, chroniqueur et archiviste de cette abbaye, Allard Tassard († 1532)131. Le monastère de Fécamp figure en 5e position sur cette liste, juste derrière 4 maisons étroitement liées à Saint-Bertin132. Cela confirme les liens étroits établis entre la communauté normande et sa consœur flamande133. La présence de l’abbaye de la Trinité de Fécamp comme seule communauté religieuse de Normandie parmi les 66 noms de cette liste confirme, en outre, le bien-fondé de l’attribution à ce monastère du nécrologe contenu dans le ms 2389134.

  • 135 Ce n’est pas la première fois qu’un lien entre les associations spirituelles contractées et les pos (...)
  • 136 À la suite de la conquête de l’Angleterre en 1066, le roi Guillaume le Conquérant s’était toutefois (...)
  • 137 Hormis Hastings (voir la note précédente), ces possessions (dont certaines avaient été acquises par (...)
  • 138 Sur cette question, voir les travaux récents d’E. van Houts et de R. C. Love, présentés le 22 mars  (...)
  • 139 Sur la famille de Varenne dans les archives de Fécamp : Bloche, 2012, nº 63, 74, 75, 83, 99, 100, 1 (...)
  • 140 Ce qui a permis à Victor Leroquais de localiser précisément l’origine de ce livre liturgique (Leroq (...)

30Quant au prieuré clunisien Saint-Pancrace de Lewes, il fut fondé en 1076 / 7 à proximité des possessions anglaises de Fécamp dans le comté du Sussex135, à l’est des domaines de Bury et de Steyning et à l’ouest des domaines d’Hastings136, de Brede et de Rameslie, ainsi que des ports de Rye et de Winchelsea137. Les deux fondateurs de Saint-Pancrace sont le comte de Surrey Guillaume de Varenne († 1088) et son épouse Gundrade († 1085), qui possédaient aussi le château de Bellencombre, à l’est du pays de Caux. Gundrade était la fille d’un avoué de l’abbaye de Saint-Bertin, ce qui a peut-être aussi favorisé le rapprochement de Fécamp avec ces deux établissements par l’intermédiaire de la famille de Varenne / Warenne138. Cette famille apparaît dans les archives de l’abbaye de Fécamp à partir du XIIe siècle139. Le bréviaire-missel de Lewes confirme l’existence de liens spirituels particuliers ayant uni l’abbaye de la Trinité à Saint-Pancrace. Si ce livre liturgique comporte naturellement de nombreuses mentions propres aux établissements clunisiens et aux maisons religieuses anglaises140, il fait aussi mémoire de deux saints bénéficiant conjointement d’un culte spécifique et étendu à Fécamp : Taurin (11 / 08) et Bénigne (02 / 11).

31L’abbaye de la Trinité était donc spirituellement liée à la totalité des ­établissements qui apparaissent plusieurs fois dans le nécrologe du ms 2389 : les 22 communautés déjà repérées lors de la reconstitution du réseau de confraternité de Fécamp, auxquelles il convient d’ajouter à présent Saint-Bertin et Saint-Pancrace de Lewes. Cette correspondance parfaite révèle un réseau de confraternité identique et prouve que ces fragments proviennent bien de l’abbaye de la Trinité de Fécamp. Cette attribution, obtenue grâce à la critique interne, sera confirmée plus loin d’un point de vue codicologique et paléographique.

Conséquences de l’attribution de ces fragments de nécrologe à l’abbaye de Fécamp

  • 141 Il existe bien un fragment du nécrologe de Lyre du XIIe siècle (Lemaitre, 1980, nº 486), mais celui (...)

32Ces deux bouts de parchemin informes, troués, noircis et partiellement effacés, qui pourraient de ce fait paraître insignifiants au premier abord, constituent en réalité les plus anciens témoins conservés d’un nécrologe normand. D’une part, aucun exemplaire primitif n’a survécu dans la province ecclésiastique de Rouen ; d’autre part, ce document précède de plus d’un siècle ceux qui subsistent pour le Mont Saint-Michel, Saint-Taurin d’Évreux, Notre-Dame de Saint-Évroult et Notre-Dame de Lyre141. Du fait de son ancienneté et du faible nombre de documents de ce type conservé pour la Normandie, cette épave de nécrologe se révèle être d’un intérêt exceptionnel. Bien que fragmentaire, le texte subsiste de manière suffisamment importante pour être exploité et pour fournir de très précieux renseignements. Son principal intérêt est de transmettre l’origine de moines, introuvable ailleurs, en reproduisant une partie du fonds perdu du nécrologe primitif de l’abbaye de Fécamp. Ce document lacunaire fournit à lui seul l’origine d’un plus grand nombre de moines que n’importe quel autre nécrologe normand, qu’il soit ou non complet. Son intérêt pour enrichir les données déjà recueillies lors de la reconstitution du réseau de confraternité de Fécamp transparaît aisément. De plus, avec ceux qui sont conservés pour Saint-Germain-des-Prés et Saint-Bénigne de Dijon, il s’agit d’un document nécrologique inestimable pour la connaissance du réseau spirituel volpianien. Il fournit en effet un témoignage exceptionnel de la survivance de ce réseau au tournant des XIe et XIIe siècles, à une époque où les phénomènes de régionalisation s’intensifient et influencent considérablement la physionomie des réseaux de confraternité ainsi que les types de commémoration privilégiés. Ce document permet aussi de remédier aux lacunes de la documentation nécrologique anglaise en montrant l’existence de liens unissant Fécamp à plusieurs établissements insulaires prestigieux (la Trinité de Norwich, Saint-Pancrace de Lewes, Reading, Westminster, Glastonbury, Winchester et Tewkesbury).

Recherche des autres fragments de ce nécrologe fécampois

  • 142 C’est ce que suggère l’état de conservation des deux feuillets, un temps collés l’un à l’autre (des (...)
  • 143 Au sujet de ces manuscrits : Lecouteux, 2007, p. 7-13 et la liste p. 50. Les manuscrits de Fécamp c (...)
  • 144 Henri Omont ayant mentionné pour la première fois l’existence du ms 2389 dans l’inventaire des nouv (...)
  • 145 Il s’agit du fol. 8 (fragment du Rouen, Bibl. mun., ms 1407 [O. 55], un recueil de vies de saints p (...)
  • 146 Le fol. 59, daté de la Toussaint 1362, concerne la Normandie et pourrait donc lui aussi être le fra (...)
  • 147 C’est ce qu’indique Henri Omont dans l’introduction du catalogue.
  • 148 Tous mes remerciements à Charlotte Denoël, conservatrice à la BnF, qui m’a signalé en septembre 201 (...)
  • 149 C’était le cas de nombreux manuscrits provenant de l’ancienne bibliothèque monastique de Fécamp, pu (...)
  • 150 Charlotte Denoël m’a indiqué, en octobre 2014, que «  la majorité des archives du service de la res (...)
  • 151 Il pourrait s’agir de l’un des manuscrits à reliure très caractéristique, en peau mégissée blanche (...)
  • 152 Il est fort possible que d’autres feuillets formant aujourd’hui le ms 2389 soient des membra disjec (...)

33Il serait tentant de penser que ces deux feuillets de nécrologe fécampois, vraisemblablement remployés dans une reliure médiévale142, ont été ôtés au XIXe siècle de l’un des nombreux manuscrits provenant de l’abbaye de la Trinité de Fécamp entrés à la bibliothèque royale de France au cours des XVIIe-XVIIIe siècles, principalement par l’intermédiaire des collections Bigot, Mareste d’Alge et Colbert143 ; ces feuillets ont ensuite été réunis à d’autres fragments provenant de la Bibliothèque nationale afin de constituer le recueil factice ms 2389144. Une coïncidence troublante permet toutefois d’avancer une autre hypothèse. Deux autres feuillets réunis dans le ms 2389 proviennent non pas de manuscrits conservés à la Bibliothèque nationale de France, mais de deux manuscrits normands entrés, du fait des confiscations révolutionnaires, à la Bibliothèque municipale de Rouen145. Un troisième fragment pourrait lui aussi avoir cette provenance146. Les fragments du nécrologe de Fécamp proviendraient-ils, eux aussi, d’un manuscrit rouennais plutôt que d’un manuscrit parisien ? Plusieurs indices incitent à suivre cette piste. Pour la rédaction du premier tome de la nouvelle série du Catalogue général des manuscrits, paru en 1886, Henri Omont et ses collaborateurs furent amenés à se déplacer régulièrement à Rouen où ils firent de petits séjours afin de rédiger les notices des manuscrits conservés à la Bibliothèque municipale147. Ce fut vraisemblablement à l’occasion de ce catalogage qu’un récolement des manuscrits de la Bibliothèque municipale de Rouen fut dressé, probablement par les rédacteurs de notices eux-mêmes qui le conservèrent dans leurs archives148. La nécessité de restaurer certains volumes rouennais, alors en mauvais état149, a sans doute été jugée nécessaire au cours de cette campagne de catalogage. D’autres campagnes de reliure avaient toutefois été réalisées quelques années plus tôt et plusieurs volumes furent semble-t-il restaurés par l’atelier de reliure de la Bibliothèque nationale150. En résumé, les fragments du nécrologe fécampois proviennent donc soit de la reliure d’un manuscrit aujourd’hui conservé à la BnF, soit de l’un des volumes de la Bibliothèque municipale de Rouen restaurés par la Bibliothèque nationale avant 1902. Dans un cas comme dans l’autre, ce manuscrit restauré porte très probablement aujourd’hui une reliure moderne datant du XIXe siècle151. À ce jour, ce manuscrit n’a pas été identifié152.

  • 153 Pour mémoire, un obituaire du XIVe siècle du prieuré de St-Léons, au diocèse de Rodez, a pu être en (...)
  • 154 Voir la liste provisoire des manuscrits de Fécamp : Lecouteux, 2007, p. 50. À compléter avec l’anne (...)

34L’espoir de retrouver d’autres fragments du nécrologe dans une reliure de manuscrit provenant de l’abbaye de la Trinité de Fécamp n’est pas à exclure153. Vu l’intérêt exceptionnel de ce type de document, une prospection systématique des reliures de l’ensemble des manuscrits de Fécamp subsistant mériterait même d’être entreprise, quel que soit leur lieu de conservation actuel et sans se limiter à la Bibliothèque nationale de France et à la Bibliothèque municipale de Rouen154. Cependant, du fait des conséquences d’une telle campagne sur la conservation et la restauration des documents concernés, il est peu probable qu’une telle opération, nécessitant de mobiliser à la fois des compétences diverses et des financements importants, soit à l’ordre du jour à court ou moyen terme. Reste donc au chercheur l’espoir d’heureuses découvertes au hasard de campagnes de restauration futures…

Un nécrologe faisant autrefois partie d’un livre du chapitre de Fécamp

  • 155 Sur cette pratique ancienne, voir Lemaitre, 1980, p. 39.
  • 156 Les fol. 19v, 20v et 31v conservent des notes marginales lacunaires : ces textes ont été amputés au (...)
  • 157 F. Avril date la copie du martyrologe vers 1120-1130. Sur ce martyrologe et sa datation, voir Duboi (...)
  • 158 Sur ce scribe Willelmus, dont la main a été retrouvées par B. Branch dans de nombreux manuscrits de (...)
  • 159 L’écriture présente de nombreux points de ressemblance avec celle d’Antonius, même si elle est un p (...)
  • 160 La main du scribe Willelmus semble identifiable à l’une de celles responsables de plusieurs additio (...)

35L’étude des documents nécrologiques a montré, lors de la reconstitution du réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp, que la quasi-totalité des nécrologes médiévaux conservés pour les abbayes bénédictines associées à Fécamp étaient insérés dans des livres du chapitre, à la suite du martyrologe, de la règle bénédictine, voire des capitules ou péricopes évangéliques155. Il est donc légitime de penser qu’il en était de même à Fécamp et que ces fragments ont fait un temps partie d’un nécrologe inséré dans ce type de recueil composite. Il convient donc de comparer leurs dimensions à celles du martyrologe d’Usuard à l’usage de Fécamp au XIIe siècle (ms Paris, BnF, lat. 5242). Les deux feuillets du ms 2389, dont les marges ont été rognées principalement dans leurs parties supérieure et inférieure, mais a priori sans perte de texte, mesurent aujourd’hui respectivement de 233 à 246 mm de hauteur et de 170 à 176 mm de largeur. Les dimensions du martyrologe de Fécamp sont sensiblement les mêmes : 245 x 165 mm. Les marges de ce dernier manuscrit ont elles aussi été en partie rognées, notamment au niveau de la partie extérieure156, ce qui peut expliquer les quelques écarts observés. Ceux-ci restent toutefois fort modestes : de l’ordre de 0 à 12 mm suivant les feuillets, ce qui, après rognage des marges, reste assurément négligeable. Sachant que le martyrologe a été copié sous l’abbé Roger de Bayeux (1107-1139)157 par le scribe le plus prolifique de Fécamp, Willelmus158, il est très probable que ces deux documents aient figuré un temps sous une seule et même reliure. Ils formèrent sans doute, à partir de cette époque et tout au long du XIIe siècle, deux parties du livre du chapitre de l’abbaye. La première main présente des traits de ressemblance très marqués, sans être identiques, avec celles des scribes Antonius et Iohannes, actifs à Fécamp entre la fin des années 1040 et les années 1080159 ; les mains responsables d’ajouts sont, elles, apparentées à celles de copistes actifs à Fécamp sous les abbés Roger de Bayeux (1107-1139) et Henri de Sully (1140-1187), et en particulier à la main du scribe Willelmus160. Ces constats permettent de confirmer, d’un point de vue codicologique comme paléographique, l’origine fécampoise de ces fragments, déjà établie par la critique interne. Il s’agit donc de pièces provenant du plus ancien livre du chapitre attesté en Normandie : le livre du chapitre de l’abbaye de la Trinité de Fécamp.

Un nécrologe destiné à la memoria des associés spirituels de Fécamp

36Il est remarquable qu’aucun moine de l’abbaye de Fécamp n’apparaisse sur ces fragments. Cette absence s’explique a priori difficilement : d’une part, ce nécrologe est censé provenir de cette abbaye ; d’autre part, tous les autres monastères de la branche normande du réseau spirituel volpianien, sans exception, y figurent (ils y occupent même une place de choix, à commencer par les 3 maisons réformées depuis Fécamp que sont Saint-Pierre de Jumièges, le Mont Saint-Michel et Notre-Dame de Bernay).

  • 161 Il est en effet impensable qu’une communauté religieuse ait omis d’enregistrer les personnes dont l (...)
  • 162 Dans ce même réseau spirituel volpianien, les moines de St-Bénigne de Dijon avaient adopté une sépa (...)
  • 163 Il se pourrait que l’abbé Thierry soit à l’origine de l’introduction de cette pratique dans les deu (...)
  • 164 Ce ne sont pas seulement les dix feuillets perdus du nécrologe des associés spirituels qu’il convie (...)
  • 165 Une partie de son contenu a néanmoins pu être reconstituée grâce à la conservation de la documentat (...)

37Pour comprendre l’absence du possesseur du nécrologe, il convient en fait de s’intéresser à la structure matérielle des documents nécrologiques. Ce fragment de nécrologe concerne en effet uniquement les associés spirituels de la Trinité de Fécamp (amici, familiares : moines associés, parents et familiers). Les membres de la communauté (profès, convers), les bienfaiteurs insignes (rois, ducs et grands laïcs) et les grands ecclésiastiques (archevêques et évêques de la province ecclésiastique de Rouen) étaient donc enregistrés à part, dans un autre nécrologe161. Il y avait ainsi à Fécamp une séparation matérielle stricte, induisant l’usage de deux calendriers distincts. L’un et l’autre étaient vraisemblablement réunis sous la même reliure, dans le livre du chapitre. Une telle organisation n’a rien d’exceptionnel en Normandie : l’étude de la documentation nécrologique de cette région montre que les moines du Mont Saint-Michel et de Saint-Pierre de Jumièges (2 établissements normands relevant du réseau spirituel volpianien et qui avaient été réformés depuis Fécamp dans les années 1010-1020)162 ainsi que de Saint-Taurin d’Évreux (établissement placé sous la dépendance de Fécamp dès 1035), avaient pour particularité de recourir à une séparation matérielle induisant l’usage contemporain de deux nécrologes distincts163. En plus du nécrologe en usage entre la fin du XIe et la fin du XIIe siècle, destiné aux associés spirituels de l’abbaye (constitué de douze feuillets, dont deux seulement subsistent), Fécamp possédait donc vraisemblablement un second nécrologe destiné aux membres de la communauté et à ses bienfaiteurs insignes164. Il n’en subsiste malheureusement plus rien aujourd’hui165.

Les inscriptions de moines isolés

  • 166 Cas où la personne physique primerait sur la personne morale.
  • 167 Gazeau, 2007, II, p. 107.

3811 moines inscrits dans le nécrologe de Fécamp appartiennent à des monastères mentionnés une seule fois dans ces fragments (tableau 3b). Certaines de ces inscriptions pourraient correspondre à des situations où l’individu a entretenu des liens privilégiés avec Fécamp indépendamment de son établissement d’appartenance. Ainsi, dans ces cas précis, le défunt pourrait importer plus que son lieu d’origine166. La présence de ces commémorations individuelles isolées ne peut s’expliquer que par des accords de circonstance entérinés après délibération au chapitre. S’agit-il de moines appartenant à des maisons traditionnellement associées à l’abbaye de la Trinité ? Sur les 11 abbayes mentionnées, 6 avaient été identifiées comme étant liées à Fécamp (tableaux 2b et 2c). Il s’agit sans doute ici d’établissements disposant de services de prières avec ce monastère, mais sans que l’accord (écrit ou oral) n’ait stipulé de commémorations individuelles ultérieures. Ainsi, à réception du bref mortuaire, des oraisons, des offices ou des messes étaient célébrés mais aucune inscription au nécrologe n’était ensuite prévue. L’entrée de ces défunts au nécrologe de Fécamp reste donc exceptionnelle. Trois de ces cas concernent des personnalités prestigieuses puisque ce sont des moines de très haut rang, des abbés. Il s’agit de Boson du Bec (1124-1136), Raoul de Saint-Pierre-sur-Dives (1106 / 8-av. 1113) et Osberne de Saint-Michel du Tréport (av. 1101-apr. 1118). Les trois autres moines proviennent de Conches, de Saint-Serge d’Angers et de Saint-Denis, mais leurs fonctions comme leurs charges sont malheureusement inconnues. Il est tentant d’émettre l’hypothèse qu’ils occupaient un rang important dans leur monastère et qu’ils exerçaient des fonctions ou des charges justifiant l’entretien de relations au moins occasionnelles avec les moines de Fécamp. La présence du moine de Saint-Denis permet au passage de soupçonner l’existence d’une union spirituelle entre les abbayes de Fécamp et de Saint-Denis antérieure à celle conclue par le contrat de societas de 1215. Cet acte n’aurait donc fait que modifier la teneur de liens préexistants, attestés par la présence de l’abbé Jean de Fécamp à Saint-Denis lors de la reconnaissance solennelle de la châsse du saint patron du monastère le 3 juin 1053167.

  • 168 Ces derniers sont inscrits en italique et sur fond gris dans le tableau nº 3b.
  • 169 Decker-Heuer, 1998, p. 324 ; Schamper, 1989, nº A 172.
  • 170 Guillaume de Volpiano était en contact avec les grands réformateurs bénédictins de son temps : à Cl (...)
  • 171 Les nécrologes de Fécamp et de St-Germain-des-Prés conservent en effet la mémoire de plusieurs moin (...)
  • 172 Bulst, 1984, p. 323 (qui renvoie à Dauphin, 1946, p. 261 et suiv., 283, 289 et 325).

39Quant aux 5 défunts provenant d’établissements pour lesquels aucun lien avec Fécamp n’avait été identifié lors de la reconstitution du réseau de confraternité (tableaux 2a, 2b et 2c)168, ils n’appartenaient peut-être pas nécessairement à des établissements spirituellement associés à ce monastère. À cet égard, la commémoration au 14 juin de l’abbé réformateur bénédictin Richard de Saint-Vanne de Verdun (1004-1046), est intéressante. Cet ancien moine de Cluny, disciple d’Odilon et contemporain de Guillaume de Volpiano, était sans doute proche de l’abbé de Saint-Bénigne de Dijon et de ses disciples car il est inscrit dans les trois plus anciens nécrologes du réseau spirituel volpianien conservés pour les XIe et XIIe siècles : ceux de Saint-Germain-des-Prés, de la Trinité de Fécamp et de Saint-Bénigne de Dijon169. C’est donc peut-être davantage en qualité d’ancien moine de Cluny et en tant que réformateur bénédictin170, plutôt que comme abbé de Saint-Vanne de Verdun, qu’il a trouvé place dans ces trois nécrologes171. Les relations de l’abbé de Saint-Vanne de Verdun avec les ducs Richard II, Robert le Magnifique et Guillaume le Bâtard sont par ailleurs bien attestées172. Sommes-nous en présence d’un cas limite, où l’individu et sa renommée ont pu avoir plus d’importance que sa communauté d’appartenance ? Le débat reste ouvert.

  • 173 Angleterre, comté du Dorset.
  • 174 Il fut auparavant clerc du comte Hugues de Chester, puis attaché à la cathédrale de Winchester (Kno (...)
  • 175 Avant la fondation en 1169 de l’abbaye bénédictine de Valmont, à 11 km de Fécamp, le prieuré clunis (...)
  • 176 Fécamp n’apparaît pas dans les nécrologes et les notices de confraternité de Corbie signalés par J. (...)
  • 177 Knowles, Brooke & London, 2001, p. 79-80 et 257-258. Je tiens à remercier Claude Lorren, à qui je d (...)

40Gérald d’Avranches, ancien abbé de Cranborne173 (1086-1102) et premier abbé de Tewkesbury (1102-1109), qui pourrait avoir entretenu des relations particulières avec Fécamp dès avant ses deux carrières abbatiales, est également enregistré174. La proximité géographique et la filiation clunisienne peuvent aussi expliquer la présence d’un moine de Sainte-Foy de Longueville dans le nécrologe de Fécamp175. Plus difficile à interpréter est le cas du moine de Corbie Heruinus au 9 juin : malgré la conservation de sources nécrologiques et confraternelles nombreuses pour Corbie, aucune preuve ne subsiste d’une association étroite par la prière entre le monastère bénédictin picard et son homologue normand176. Le cas du moine Turstan du prieuré Saint-Swithun, dépendant de la cathédrale de Winchester, est également énigmatique177.

Les absences suspectes de deux maisons associées à Fécamp

  • 178 9 apparaissent plusieurs fois (tableau 3a) et le 10e, Notre-Dame du Bec, n’apparaît qu’une seule fo (...)
  • 179 Faut-il en déduire l’existence, à la Croix-Saint-Leufroy et à Saint-Oyend de Joux, de deux nécrolog (...)
  • 180 Un seul abbé de Fécamp est enregistré dans les extraits modernes du nécrologe du Bec (Guillaume de (...)
  • 181 Gazeau, 2007, t. II, p. 85-91 ; Gallia Christiana, t. IV, col. 247-249.
  • 182 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, pièce justificative nº I, p. 271-272.
  • 183 Id., pièce justificative nº V, p. 281-282. Un relâchement des liens entre les deux abbayes est perc (...)
  • 184 Les plus petits cours d’eau étaient navigués au Moyen Âge. La navigation sur la Seine était pratiqu (...)
  • 185 Il semble aussi que les messagers de Fécamp aient attaché plus d’importance à annoncer la mort de l (...)

4113 établissements conservent un nécrologe ou une copie de nécrologe mentionnant des moines de Fécamp (tableau 1), mais seulement 10 d’entre eux apparaissent dans les fragments du nécrologe de Fécamp (tableaux 3a et 3b)178. Comment expliquer l’absence de 3 de ces monastères ? Le cas de Saint-Sauveur d’Anchin est simple : Fécamp n’ayant été associée à cette abbaye qu’à partir de 1216, il est logique qu’elle ne soit pas mentionnée dans des fragments restés en usage seulement jusqu’à la fin du XIIe siècle. Reste donc à traiter le cas des moines de la Croix-Saint-Leufroy et de Saint-Oyend de Joux (Saint-Claude du Jura). Les nécrologes de ces deux abbayes mentionnent exclusivement des abbés de Fécamp. Deux explications peuvent dès lors être avancées. D’une part, seuls les moines prestigieux, tels que les abbés, ont pu trouver occasionnellement place dans ces nécrologes179. Ce cas se rapprocherait alors de celui du Bec, où seuls des abbés des deux communautés associées sont aussi enregistrés180. Comme aucun abbé de la Croix-Saint-Leufroy et de Saint-Oyend de Joux (Saint-Claude du Jura) ne paraît être décédé en juin ou en novembre avant la fin du XIIe siècle, cela pourrait expliquer l’absence de ces deux maisons dans les fragments du nécrologe181. D’autre part, les moines de Fécamp ont visiblement été très vigilants pour assurer la transmission des annonces de leurs morts dans les communautés associées. Ces dernières n’ont pas toujours eu les mêmes exigences ou les mêmes scrupules. De ce point de vue, le cas de Saint-Germain-des-Prés est éclairant : le nombre de moines de Fécamp inscrits dans le plus ancien nécrologe de l’abbaye parisienne est très largement supérieur à celui des moines de Saint-Germain commémorés à Fécamp. La différence d’effectifs des deux maisons ne peut en être la seule cause182. Il semble en effet que les moines de Saint-Germain aient été, au moins dans les deux dernières décennies du XIe siècle, assez négligents dans l’annonce de leurs morts et dans l’enregistrement des défunts de leurs communautés associées183. De plus, les possessions de Fécamp entre Seine et Eure, ainsi que l’usage de la Seine comme voie de communication jusqu’au cœur de l’Île-de-France (où l’abbaye possède plusieurs prieurés) et même jusqu’en Bourgogne (du fait des contacts réguliers entretenus avec Saint-Bénigne de Dijon)184 peuvent expliquer la facilité des moines de Fécamp à transmettre leurs brefs aux communautés religieuses situées sur cette route ou à proximité immédiate de cet axe : Saint-Wandrille, Saint-Pierre de Jumièges, Saint-Ouen de Rouen, la Trinité-du-Mont de Rouen, la Croix-Saint-Leufroy, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Faron de Meaux. À l’inverse, Saint-Oyend de Joux (Saint-Claude du Jura), Saint-Germain-des-Prés et la Croix-Saint-Leufroy n’ayant aucune possession en Normandie autour de Fécamp, il était pour elles plus contraignant d’envoyer spécialement des messagers pour annoncer la mort de leurs moines. Il est vraisemblable que les brefs mortuaires aient été transmis de façon beaucoup plus fréquente et régulière dans un sens que dans l’autre, comme cela transparaît à la lecture des nécrologes de Saint-Germain-des-Prés et de Fécamp185.

Étude de l’évolution du réseau de confraternité du XIe au XIIe siècle186

  • 186 Les deux classements (tableaux 3a et 3b) sont tributaires de l’importance de chaque maison : une ab (...)
  • 187 On comparera le tableau 4a avec les deux précédents, 3a et 3b.
  • 188 Parmi les communautés mentionnées une seule fois (rang 12) figurent Westminster, St-Faron de Meaux, (...)
  • 189 Ce dernier point est peut-être trompeur : il est possible que certaines entrées du fonds primitif, (...)
  • 190 Westminster est le seul établissement anglais inscrit de première main. Les liens de Fécamp avec le (...)

42Il est intéressant d’isoler les établissements mentionnés de première main, donc associés à Fécamp avant 1095 / 1100 (tableau 4a) de ceux inscrits de seconde main (tableau 4b). La fréquence d’apparition des établissements associés à Fécamp au XIe siècle diffère sensiblement de celle pouvant être observée sur l’ensemble de la période d’usage du nécrologe187. 3 établissements du réseau spirituel volpianien apparaissent ainsi en tête : Saint-Bénigne de Dijon et le Mont Saint-Michel (à égalité, au rang 1), devant Saint-Pierre de Jumièges (rang 3). Suivent immédiatement, Saint-Wandrille et Saint-Germer de Fly (à égalité, au rang 4). Il est utile de rappeler ici que Saint-Wandrille apparaissait au XIe siècle dans plusieurs nécrologes de monastères relevant du réseau spirituel volpianien (Saint-Bénigne de Dijon, Saint-Germain-des-Prés, le Mont Saint-Michel et Saint-Pierre de Jumièges). Viennent ensuite de nouveaux établissements du réseau spirituel volpianien, ou en lien étroit avec celui-ci : Cluny et Notre-Dame de Bernay (à égalité, au rang 6), Saint-Gorgon de Gorze (rang 8), Saint-Arnoul de Metz et Saint-Taurin d’Évreux (à égalité, au rang 9), ce dernier monastère dépendant de Fécamp. Saint-Étienne de Caen ferme cette liste des établissements mentionnés plusieurs fois (rang 10)188. L’importance du réseau primitif, d’influence volpianienne, ressort très nettement, alors que la présence des monastères normands apparaît encore de manière relativement modeste189 et que les établissements anglais sont quasiment absents190. Cette situation s’explique aisément : avant 1095, la plupart des fondations et restaurations bénédictines normandes sont encore jeunes et les établissements anglais réformés ne l’ont été que quelques années auparavant, après la conquète de 1066 et surtout à partir des années 1070.

Tableau 4a : décompte par établissement des moines associés à Fécamp au XIe siècle (inscriptions de première main)

Tableau 4a : décompte par établissement des moines associés à Fécamp au XIe siècle (inscriptions de première main)

Tableau 4b : décompte par établissement des moines associés à Fécamp au XIIe siècle (inscriptions de seconde main)

Tableau 4b : décompte par établissement des moines associés à Fécamp au XIIe siècle (inscriptions de seconde main)
  • 191 Depuis les travaux de N. Bulst et d’A. Wagner, cités plus haut.
  • 192 Sur le passage d’un réseau organisé horizontalement sous Guillaume de Volpiano à un réseau hybride, (...)
  • 193 Hallinger, 1950-1951.
  • 194 Wagner, 1996, p. 9-10 et 26-38.
  • 195 Ibid., p. 54-57.

43La tendance à minimiser, d’une part, la persistance des liens entre les abbayes réformées par Guillaume de Volpiano après sa mort191, d’autre part la portée de sa réforme dans les monastères lorrains, notamment dans les deux grandes abbayes épiscopales du diocèse de Metz que furent Saint-Gorgon de Gorze et Saint-Arnoul de Metz, est contredite de façon décisive par les inscriptions relevées dans le nécrologe de Fécamp. Celui-ci offre de ce fait un précieux témoignage de la survivance du réseau spirituel volpianien tout au long du XIe siècle192. Les travaux de dom Kassius Hallinger193 ont eu pour effet de surestimer l’action réformatrice de Gorze au Xe (sous Einold et Jean de Vandières) puis au XIe siècle (sous Sigefroid et Henri) en montrant que le rayonnement de ce centre culturel et spirituel devait être opposé au mouvement de réforme clunisien. La première conséquence fut l’exagération de l’influence directe de Gorze sur les monastères situés hors de Lorraine et dans l’Empire ottonien puis salien, en rattachant abusivement au Gorze du Xe siècle d’autres réformes contemporaines mises en place par exemple à Saint-Maximin de Trèves et à Saint-Èvre de Toul194. L’autre conséquence fut de minimiser l’action réformatrice de Guillaume de Volpiano – venu de Cluny –, considérée comme une simple parenthèse entre le premier mouvement de réforme du Xe siècle et le mouvement dit « Jeune-Gorze » au siècle suivant. Malgré les réserves formulées par Anne Wagner sur les résultats obtenus par Kassius Hallinger, l’historienne résumait encore ainsi la question en 1996 : « Guillaume [de Volpiano (v. 1015-1031)] est le plus célèbre des abbés de Gorze, mais cette fonction est marginale dans la vie du grand réformateur. […] Il reste peu de traces de l’abbatiat de Guillaume à Gorze, encore s’agit-il d’indications indirectes […]. Il est malheureusement difficile de savoir jusqu’où a pu aller la transformation de Gorze par Guillaume, d’une part parce que Guillaume n’est pas le fourrier d’un esprit ultra clunisien, d’autre part parce qu’on ignore en grande partie ce qu’était Gorze avant et après le passage de Guillaume. Les relations entre Saint-Bénigne et Metz sont très restreintes dans le temps et ne dépassent guère la première moitié du XIe siècle. En outre, on ignore largement quelles coutumes suivit Gorze après la venue de l’abbé Guillaume »195.

  • 196 Schamper, 1989, p. 22-23 et 30-32.
  • 197 Wagner, 1996. p. 56.
  • 198 Anne Wagner est pourtant consciente que « l’une des difficultés, rencontrée dans l’étude de la réfo (...)

44En réalité, les liens entre Saint-Bénigne de Dijon et les deux plus grandes abbayes épiscopales du diocèse de Metz, où Guillaume fut appelé, perdurèrent tout au long du Moyen Âge : l’abbé Sigefroid de Gorze (1031-1055), disciple de Guillaume, est ainsi commémoré tant en Lorraine (à Gorze, Saint-Arnoul et Saint-Clément de Metz, Saint-Mansuy de Toul) qu’en Bourgogne (Saint-Bénigne de Dijon), en Île-de-France (Saint-Germain-des-Prés) et en Normandie (le Mont Saint-Michel, la Trinité de Fécamp et Saint-Taurin d’Évreux) ; le maintien de confraternités avec Saint-Arnoul de Metz et Gorze reste attesté à Saint-Bénigne de Dijon tant dans le nécrologe en usage aux XIIe et XIIIe siècles que dans les listes de confraternités dressées aux XIVe et XVe siècles196. Selon Anne Wagner, « l’abbatiat de Guillaume aurait pu être pour Gorze un facteur d’ouverture vers l’Ouest, car l’abbé a commencé à tisser des relations entre ses monastères de Fruttuaria, de Saint-Bénigne, de Lorraine et de Normandie. Mais Gorze n’a rien fait pour que ces relations, liées à sa personne, lui survivent »197. Cette dernière affirmation, qui ne repose finalement que sur les lacunes de la documentation provenant de l’abbaye de Gorze198, se trouve contredite aussi bien par la documentation nécrologique de Saint-Bénigne de Dijon étudiée par Barbara Schamper, que par ce qui subsiste de la documentation nécrologique pour les établissements relevant du réseau spirituel volpianien.

  • 199 Mancia, 2013, p. 115-126 ; Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 558-565. Plusieurs pièces ont été a (...)
  • 200 Malgré la richesse des bibliothèques de Gorze, de St-Arnoul de Metz et de St-Èvre de Toul au XIe si (...)

45Les fragments du nécrologe de la Trinité de Fécamp apportent un nouveau témoignage allant dans ce sens. Cette documentation confirme que Gorze s’est au contraire efforcé de maintenir des relations étroites avec Fécamp au moins tout au long du XIe siècle, c’est-à-dire sous les abbés Sigefroid (1031-1055), Henri (1055-1093) et Warner (1093-1109) et que Saint-Arnoul de Metz en fit de même sous les abbés Odon (av. 1031 ?, v. 1046), Garin / Warin (1048-1052), Milon (1052-1057 / 63) et Walon (1057 / 63-1099). L’influence de Guillaume de Volpiano et de son disciple Jean de Ravenne à Gorze et en Lorraine fut vraisemblablement loin d’être négligeable : l’un des deux plus anciens et des meilleurs témoins du Libellus de Jean de Fécamp est conservé dans un manuscrit de Saint-Arnoul de Metz rescapé de l’incendie de 1944199. Il s’agit de l’une des rares épaves provenant des trois abbayes réformées par Guillaume de Volpiano en Lorraine (Saint-Gorgon de Gorze, Saint-Arnoul de Metz et Saint-Èvre de Toul)200 et celle-ci confirme l’influence du réseau spirituel volpianien dans cette région dans la seconde moitié du XIe siècle.

46L’absence, dans les fragments du nécrologe de Fécamp, des monastères du diocèse de Toul, et en particulier de Saint-Èvre, ainsi que de l’abbaye de Fruttuaria près de Volpiano, mérite cependant d’être soulignée : il semble que les liens étroits entretenus par Fécamp avec ces communautés monastiques se soient sensiblement relâchés au cours de la seconde moitié du XIe siècle, c’est-à-dire après les décès des disciples immédiats de Guillaume de Volpiano qui dirigèrent ces maisons, c’est-à-dire l’abbé Widric de Saint-Èvre de Toul (1026 / 7-1051) et les abbés Jean (v. 1023-1041), André (1041-1042) puis Suppon de Fruttuaria (1042-1060 / 1). Les commémorations individuelles pour les moines furent vraisemblablement remplacées dès cette époque par des commémorations collectives annuelles, plus faciles à assurer pour des communautés éloignées.

  • 201 Au XIIe siècle, les deux maisons se considéraient comme deux sœurs, membres d’un même corps (Lecout (...)
  • 202 Parmi les communautés mentionnées une seule fois (rang 21) figurent Ste-Berthe de Blangy, N-D. du B (...)

47Les abbayes mentionnées plusieurs fois de seconde main – donc associées à Fécamp au XIIe siècle – sont les suivantes (tableau 4b) : Saint-Bénigne de Dijon, qui apparaît cette fois seule et très largement en tête (rang 1)201, devant Saint-Germer de Fly (rang 2). Puis vient un petit groupe d’établissements très bien représentés avec Saint-Étienne de Caen (rang 3), Saint-Bertin (rang 4), Saint-Wandrille (rang 5), le Mont Saint-Michel et Saint-Pierre de Jumièges (à égalité, au rang 6). Le nombre d’inscriptions est encore important pour le groupe suivant, avec la Trinité de Norwich (rang 8), Saint-Ouen de Rouen et Saint-Pierre de Préaux (à égalité, au rang 9), Saint-Taurin d’Évreux (rang 11), Saint-Pancrace de Lewes (rang 12), Notre-Dame de Bernay (rang 13), Reading (rang 14) et Saint-Martin de Troarn (rang 15). Suivent pour finir Westminster (rang 16), Saint-Faron de Meaux, Saint-Germain-des-Prés et la Trinité-du-Mont de Rouen (à égalité, au rang 17) puis Glastonbury (rang 20)202.

  • 203 Disparition de Cluny, de St-Gorgon de Gorze et de St-Arnoul de Metz. Recul du Mont St-Michel et de (...)

48L’accroissement du nombre d’abbayes enregistrées est conforme à la tendance générale observable entre le XIe et le XIIe siècle : celle de l’augmentation du nombre d’établissements au sein des réseaux de confraternité. On constate également un recul assez net des établissements relevant de l’ancien réseau spirituel volpianien (à l’exception notable de Saint-Bénigne de Dijon)203. À l’inverse, les établissements normands sont en nombre croissant (entrées de Saint-Ouen de Rouen, de Saint-Pierre de Préaux, de Saint-Martin de Troarn et de la Trinité-du-Mont), la fréquence d’apparition est également en progression pour les abbayes voisines (en particulier pour Saint-Germer de Fly, Saint-Étienne de Caen et même Saint-Wandrille) et l’on observe surtout l’entrée de plusieurs monastères anglais (la Trinité de Norwich, Saint-Pancrace de Lewes, Reading, Glastonbury, Tewkesbury et Winchester) ou favorisant les échanges avec l’Angleterre, telle l’abbaye flamande de Saint-Bertin. Le processus de régionalisation est en marche : les religieux de Fécamp ont tendance à privilégier les commémorations individuelles à l’intention des moines de communautés associées locales, ou appartenant à des monastères situés dans l’espace anglo-normand. Progressivement, les moines appartenant à des établissements plus éloignés et extérieurs à l’espace anglo-normand ne bénéficient plus que de simples commémorations collectives annuelles (à l’exception notable des moines de Saint-Bénigne de Dijon).

  • 204 Sur le rattachement de St-Bertin à Cluny entre 1099 et 1102, voir Poeck, 1998, p. 78-79 et 91-104.
  • 205 Au sujet de la fondation du prieuré clunisien St-Pancrace de Lewes, voir Leroquais, 1935, p. 13-18  (...)

49Le cas de l’église clunisienne mérite également quelques remarques. Plusieurs abbayes et prieurés du Nord de la France et de l’Angleterre, qui apparaissent ici, sont placés sous la dépendance de Cluny autour de 1100 et à l’époque de l’usage du document : l’abbaye de Saint-Bertin204, le prieuré Saint-Pancrace de Lewes205 et le prieuré Sainte-Foy de Longueville. Il n’est pas inintéressant de constater un glissement des inscriptions à l’époque de la rédaction du nécrologe : les moines clunisiens ont tous été inscrits de première main ; ils correspondent donc à des défunts du XIe siècle. Ceux de Saint-Bertin, Saint-Pancrace de Lewes et Sainte-Foy de Longueville ont au contraire tous été inscrits de seconde main, c’est-à-dire après 1095 / 1100 et au cours du XIIe siècle. Tout se passe comme si l’éloignement géographique de la maison mère avait favorisé la mise en place d’une commémoration collective annuelle entre Fécamp et Cluny, et en contrepartie un rapprochement spirituel avec plusieurs dépendances clunisiennes récentes, géographiquement plus proches et implantées dans le nord de la France et en Angleterre.

L’entrée tardive de plusieurs maisons associées à Fécamp

  • 206 Le contrat de societas établi au début du XIIe siècle entre les deux maisons montre que les deux ét (...)
  • 207 Les liens entre Fécamp et St-Ouen de Rouen furent en effet étroits sous les abbés Nicolas (1042-109 (...)
  • 208 Les abbés Durand (1059-1088) et Arnoul de Troarn (1088-1112) ayant été plus proches de Fécamp que l (...)
  • 209 C’est sous les abbés Gilbert Ier (1035-apr. 1063) et son successeur Guillaume Ier que les liens ent (...)
  • 210 Il est néanmoins possible que l’abbatiat de Richard de Fourneaux (1101-1125) ait été l’occasion d’u (...)
  • 211 Ainsi, quelle fut la position de ces établissements vis-à-vis de Fécamp lors des conflits entre les (...)
  • 212 Comme le prouve l’intervention de l’abbé Baudri de Bourgueil (1079-1107) à St-Germain-des-Prés, au (...)
  • 213 Les tensions bien connues entre les moines de Saint-Ouen et l’archevêque de Rouen Jean d’Avranches  (...)

50Il peut paraître surprenant que des abbayes telles Saint-Ouen de Rouen, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Martin de Troarn, Saint-Pierre de Castillon (Conches), Saint-Pierre de Préaux, Notre-Dame du Bec et la Trinité-du-Mont, déjà associées à Fécamp au XIe siècle ne fassent l’objet d’aucune mention antérieure à 1095 / 1100 (pas d’inscriptions de première main). Seules des inscriptions de seconde main signalent des moines de ces établissements au XIIe siècle. Il reste possible que les services de prières mis en place au XIe siècle prévoyaient uniquement des oraisons, des offices et des messes, sans commémoration ultérieure des défunts. Cette explication n’est cependant pas recevable dans le cas de Saint-Germain-des-Prés206. Au vu des liens de Saint-Ouen207, Saint-Michel de Troarn208 et Saint-Pierre de Castillon / Conches209 avec Fécamp au XIe siècle, elle semble également douteuse dans le cas de ces 3 abbayes : au moins quelques inscriptions occasionnelles de moines de ces maisons étaient attendues. Ainsi, lorsqu’il composa son nécrologe entre 1095 et 1100, le copiste n’a probablement pas repris, pour des raisons aujourd’hui difficiles à expliquer, les mentions du nécrologe antérieur relatives aux moines de Saint-Ouen, de Saint-Martin de Troarn, de Saint-Pierre de Castillon / Conches et de Saint-Germain-des-Prés, mais peut-être aussi à ceux de Saint-Pierre de Préaux210 et de Notre-Dame du Bec, voire de la Trinité-du-Mont de Rouen. Cela pourrait trahir un éloignement temporaire entre certains de ces établissements et Fécamp à l’époque de la rédaction, donc dans la seconde moitié des années 1090211. Ce fut le cas pour Saint-Germain-des-Prés212. Cela pourrait l’avoir aussi été pour Saint-Ouen, qui était spirituellement associée de manière étroite à la cathédrale voisine et dont les moines ont pu soutenir leur archevêque Guillaume Bonne-Âme au cours de la grave crise ayant opposé le métropolitain de Rouen à l’abbaye de Fécamp entre 1089 et 1094213. Les autres cas semblent plus difficiles à interpréter. Il est peut-être dangereux de vouloir à tout prix trouver une explication rationnelle à ces absences : les choix opérés par les copistes de nécrologes semblent parfois arbitraires et demeurent dans certains cas difficiles à interpréter.

Perspectives et conclusions

  • 214 Ainsi, les fragments de nécrologe ne sont pas signalés dans la notice d’Henri Omont (Omont, 1903).

51En premier lieu, l’intérêt d’un outil tel que le Répertoire des documents nécrologiques français de Jean-Loup Lemaitre mérite d’être rappelé et souligné : sans la notice descriptive détaillée du ms 2389 fournie par ce répertoire, force est de reconnaître qu’il aurait été impensable d’aller rechercher les restes d’un ancien et hypothétique nécrologe de Fécamp au milieu d’un recueil factice constitué de divers rebuts de papiers et de parchemins (ce recueil étant lui-même perdu dans la masse des manuscrits décrits seulement sommairement dans les inventaires et catalogues de la Bibliothèque nationale)214. Comme la plupart des répertoires, ce Répertoire des documents nécrologiques français constitue donc un très précieux instrument de travail : celui-ci s’est avéré indispensable lors de la reconstitution du réseau de confraternité de Fécamp (dont les résultats ont été synthétisés dans les tableaux 2a, 2b et 2c), mais, en contribuant à la restitution à Fécamp de ces fragments, il a en réalité apporté beaucoup plus que ce qu’on lui demandait au départ.

  • 215 On comparera ce pourcentage à celui obtenu lors de la reconstitution du réseau à partir des seules (...)
  • 216 Parmi les 11 établissements n’apparaissant qu’une seule fois, 5 n’avaient pas été identifiés et ne (...)

52En deuxième lieu, il est possible de mesurer l’écart existant entre le réseau de confraternité reconstitué et présenté dans la première partie de cet article (tableaux 2a, 2b et 2c) et le réseau de confraternité correspondant à ces fragments (tableaux 3a et 3b). En permettant d’identifier 22 des 24 monastères représentés plusieurs fois, cette méthode a permis de retrouver plus de 90 % des établissements les plus étroitement associés à l’abbaye de Fécamp aux XIe et XIIe siècles. Ce résultat élevé prouve à lui seul la pertinence et l’efficacité de la démarche suivie215. Il trahit cependant aussi ses limites, puisque 2 établissements avaient échappé aux identifications216. Il paraît donc illusoire de rechercher l’exhaustivité au moyen de cette unique approche et à l’aide des seuls outils actuellement disponibles.

  • 217 Pour chaque établissement (correspondant à une entrée), ce répertoire doit fournir, d’une part, la (...)
  • 218 Dép. Calvados, cant. Caen.
  • 219 Dép. Maine-et-Loire, cant. Angers.
  • 220 L’absence de commémoration individuelle rend plus difficile l’identification des trois derniers cas (...)

53La méthode de reconstitution reste donc perfectible. Elle pourrait être facilement améliorée en disposant d’un outil complémentaire au répertoire de Jean-Loup Lemaitre. Cet outil, restant à créer, est un inventaire recensant, pour chaque établissement, l’ensemble des documents nécrologiques et confraternels l’associant à d’autres établissements (c’est-à-dire à d’autres personnes morales), tels que contrats de societas, descriptions de services de prières (réglementations des suffrages pour les défunts) et listes de confraternités217. Cette documentation dispersée est pour l’heure difficile à localiser et donc à exploiter. Disposer d’un tel répertoire serait assurément un atout considérable pour la reconstitution des réseaux de confraternité. Dans le cas de la présente étude, un tel outil aurait permis de déceler beaucoup plus tôt les liens unissant Fécamp à Saint-Bertin (et cela indépendamment de l’identification des fragments du nécrologe de Fécamp). Il aurait aussi conduit à prendre plus aisément connaissance des associations spirituelles unissant Fécamp à Saint-Ouen de Rouen, à la Trinité de Caen218, à Saint-Nicolas d’Angers219 ou encore à Saint-Remi de Reims, difficiles à percevoir du fait de l’absence de documentation nécrologique subsistante pour ces maisons220. Il en aurait été de même pour les unions avec Saint-Serge d’Angers et Saint-Oyend de Joux, établissements associés dont les nécrologes n’enregistrent pas, ou peu, de commémorations individuelles pour les moines de Fécamp. Cet outil aurait en outre facilité le repérage des documents dispersés ou non localisés qui nous échappent encore sans doute à ce jour.

54En troisième et dernier lieu, les fragments de nécrologe permettent d’approfondir la connaissance des associations spirituelles unissant Fécamp aux autres maisons en affinant d’un point de vue chronologique et spatial les informations obtenues lors de la reconstitution du réseau de confraternité. Les résultats présentés au début de cet article (dans les tableaux 1, 2a, 2b et 2c) méritent en effet d’être actualisés en tenant compte des informations fournies par le nécrologe de Fécamp. Trois nouveaux tableaux peuvent ainsi être présentés (tableaux 5, 6a et 6b).

55L’apport, pour la connaissance du réseau de confraternité de Fécamp, de l’analyse des fragments de nécrologe du ms 2389 (fol. 33-34) peut être mesuré en rappelant les différentes étapes ayant permis la reconstitution de ce réseau :

  • en ne prenant en compte, au départ, que la seule documentation nécrologique fécampoise, aucune association spirituelle ne pouvait être initialement identifiée : le seul nécrologe de Fécamp alors connu était le cartulaire-obituaire de la pitancerie du XIIIe siècle, mais celui-ci ne fournit aucune information exploitable à ce sujet. Par ailleurs, aucun rouleau mortuaire n’a été conservé pour les abbés de Fécamp ;
  • en tenant également compte de la documentation confraternelle, et en particulier des actes de confraternité conservés pour l’abbaye de Fécamp221, il est possible d’identifier 8 communautés religieuses spirituellement associées à ce monastère222. Deux calendriers liturgiques fécampois, faisant mention de 3 commémorations collectives au mois de juillet, signalent 2 autres abbayes associées. On obtient ainsi un réseau de confraternité constitué de 10 membres (carte 1) ;
  • l’application de la méthode permettant de reconstituer les réseaux de confraternité en tenant compte de la documentation nécrologique et confraternelle de l’ensemble des établissements liés à Fécamp aboutit à l’identification de 26 communautés attestées comme étant associées à ce monastère (tableau 2a), 27 communautés lui étant très probablement associées (tableau 2b) et 21 communautés lui étant vraisemblablement associées (tableau 2c) ;
  • à la suite de l’attribution à l’abbaye de Fécamp des deux fragments du nécrologe du ms 2389, 49 abbayes bénédictines sont désormais attestées comme membres du réseau de confraternité de Fécamp (tableaux 6a et 6b)223. Ce nombre se rapproche des 68 monastères associés à Fécamp attestés en 1386224. Les 19 abbayes manquantes figurent sans doute en grande partie parmi les monastères signalés dans les tableaux 2b et 2c comme étant « très probablement » et « vraisemblablement » associés à Fécamp225. Leurs liens avec ce monastère étaient sans doute relativement lâches ou tardifs puisqu’aucun de leurs moines morts aux XIe et XIIe siècles n’a été inscrit dans les fragments du nécrologe de Fécamp.

Tableau 5 : mentions de moines de Fécamp dans les nécrologes d’abbayes associées et de moines associés dans les fragments du nécrologe de Fécamp

Tableau 5 : mentions de moines de Fécamp dans les nécrologes d’abbayes associées et de moines associés dans les fragments du nécrologe de Fécamp

Tableau 6a : documentation nécrologique et confraternelle subsistante pour les établissements associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp (partie 1)

Tableau 6a : documentation nécrologique et confraternelle subsistante pour les établissements associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp (partie 1)

Tableau 6b : documentation nécrologique et confraternelle subsistante pour les établissements associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp (partie 2)

Tableau 6b : documentation nécrologique et confraternelle subsistante pour les établissements associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp (partie 2)

Carte 1 : réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp (d’après la seule documentation nécrologique et confraternelle fécampoise)

Carte 1 : réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp (d’après la seule documentation nécrologique et confraternelle fécampoise)
  • 226 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 245-262.
  • 227 Sur les cartes qui suivent, les trois couleurs utilisées représentent les tendances commémoratives (...)

56Grâce à ces éléments, il est désormais possible de suivre avec précision, et étape par étape, l’évolution du réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp depuis le début du XIe siècle jusqu’à la fin du Moyen Âge226. S’il n’est pas le lieu, dans cet article, de décrire en détail cette évolution, les trois cartes suivantes, contemporaines de l’usage du nécrologe étudié, permettront déjà de s’en faire une idée précise227.

Carte 2 : réseau de confraternité de Fécamp sous l’abbé Guillaume de Volpiano (1001-1028)

Carte 2 : réseau de confraternité de Fécamp sous l’abbé Guillaume de Volpiano (1001-1028)

Carte 3 : réseau de confraternité de Fécamp sous l’abbé Jean de Ravenne (1028-1078)

Carte 3 : réseau de confraternité de Fécamp sous l’abbé Jean de Ravenne (1028-1078)

Carte 4 : réseau de confraternité de Fécamp sous les abbés Guillaume de Rots (1078-1107), Roger de Bayeux (1107-1139) et Henri de Sully (1140-1187)

Carte 4 : réseau de confraternité de Fécamp sous les abbés Guillaume de Rots (1078-1107), Roger de Bayeux (1107-1139) et Henri de Sully (1140-1187)

Planches

Planche 1 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 33, recto

Planche 1 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 33, recto

Planche 2 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 33, verso

Planche 2 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 33, verso

Planche 3 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 34, recto

Planche 3 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 34, recto

Planche 4 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 34, verso

Planche 4 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 34, verso
Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Avranches, Bibl. mun., ms 214 : martyrologe-nécrologe [part. 3, p. 1-196 = Mm] et nécrologe [part. 4, p. 109-199 = Mn] du Mont Saint-Michel (Lemaitre, 1980, nº 459 = Mm et Mn).

Besançon, Bibl. mun., ms 767, fol. 26-59 : nécrologe de Saint-Claude du Jura / Saint-Oyend de Joux (Lemaitre, 1980, nº 68).

Dijon, Bibl. mun., ms 634, fol. 126v-162 : troisième nécrologe de Saint-Bénigne de Dijon (Lemaitre, 1980, nº 236 = BD ; étude Schamper, 1989).

Douai, Bibl. mun., ms 888, fol. 114v-150v : nécrologe de Saint-Sauveur d’Anchin (Lemaitre, 1980, nº 1800).

Meaux, Bibl. mun., ms 196, fol. 121-154 : copie moderne du nécrologe perdu de Saint-Faron de Meaux (Lemaitre, 1980, nº 1480 = FM ; éd. Obituaires de la province de Sens, t. 4, 1923).

Metz, Arch. dép. de la Moselle, ms 19 J 344 : copie intégrale du nécrologe de Saint-Arnoul de Metz (Lemaitre, 1980, nº 1531 = AM).

Paris, BnF, Coll. Baluze, ms 40, fol. 129-130 : extraits du nécrologe perdu de Gorze (Lemaitre, 1980, nº 1506 ; éd. Parisse, 1971).

Paris, BnF, Coll. Lorraine, ms 284, fol. 259-274 : copie sélective du nécrologe perdu de Gorze (Lemaitre, 1980, nº 1505 = GG ; éd. Parisse, 1971).

Paris, BnF, ms lat. 4339, fol. 65r-76 : fragments du nécrologe primitif et du deuxième nécrologe de Saint-Bénigne de Dijon (Lemaitre, 1980, nº 235 ; étude Schamper, 1989, p. 8-13).

Paris, BnF, ms lat. 5549, fol. 1-49 : obituaire de la Croix-Saint-Leufroy (Lemaitre, 1980, nº 478).

Paris, BnF, ms lat. 13745, fol. 157-183 : nécrologe primitif de Saint-Germain-des-Prés (Lemaitre, 1980, nº 1291 = GP ; éd. Decker-Heuer, 1998).

Paris, BnF, ms lat. 13833, fol. 139-175 : troisième nécrologe de Saint-Germain-des-Prés (Lemaitre, 1980, nº 1294).

Paris, BnF, ms lat. 13834, fol. 139-175 : quatrième nécrologe de Saint-Germain-des-Prés (Lemaitre, 1980, nº 1295).

Paris, BnF, ms lat. 13882, fol. 67v-90v : deuxième nécrologe de Saint-Germain-des-Prés (Lemaitre, 1980, nº 1293).

Paris, BnF, ms lat. 13905, fol. 74-78 (p. 141-147) : extraits du nécrologe perdu du Bec (Lemaitre, 1980, nº 342).

Paris, BnF, ms lat. 17767, fol. 11-133 : martyrologe-nécrologe de Saint-Pierre de Corbie (Lemaitre, 1980, nº 2008 = C).

Paris, BnF, ms nouv. acq. lat. 1899, fol. 188-255 : nécrologes de Saint-Taurin d’Évreux (Lemaitre, 1980, nº 482 = TE).

Paris, BnF, ms nouv. acq. lat. 2389, fol. 33-34 : fragments du nécrologe de la Trinité de Fécamp (Lemaitre, 1987, nº 342a).

Rouen, Bibl. mun., ms 391 (A 550), fol. 197v-198r : liste de confraternité de l’abbaye de Saint-Ouen de Rouen.

Rouen, Bibl. mun., ms 1226 (U 50), fol. 161-233 : nécrologes de Jumièges (Lemaitre, 1980, nº 365 = J1 et J2).

Troyes, Bibl. mun., ms 210, fol. 122v-169v : quatrième nécrologe de Saint-Bénigne de Dijon (Lemaitre, 1980, nº 237).

Sources imprimées

Bloche, Michaël (éd.), Le chartrier de l’abbaye de la Trinité de Fécamp  : étude et édition critique, 928/929-1190, thèse de l’École nationale des Chartes pour le diplôme d’archiviste-paléographe, Paris, 2012.

Chadd, David (éd.), The Ordinal of the Abbey of the Holy Trinity Fécamp (Fécamp, Musée de la Bénédictine, ms. 186), Londres, Boydell Press (Henry Bradshaw Society, 111-112), 1999-2002, 2 vol.

Bougaud, Louis-Émile et Garnier, Joseph (éd.), Chronique de l’abbaye de Saint-Bénigne de Dijon, suivie de la Chronique de Saint-Pierre de Bèze, Dijon, Darantière (Analecta Divionensia), 1875.

Dufour, Jean (éd.), Recueil des rouleaux des morts (VIIIe siècle-vers 1536), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (Recueil des historiens de la France. Obituaires, 8), 2005-2013, 5 vol.

Fauroux, Marie, Recueil des actes des ducs de Normandie de 911 à 1066, Caen, université de Caen (Publications de la Faculté des lettres et sciences humaines de l’université de Caen, 1), 1961.

Gallia christiana in Provincias Ecclesiasticas distributa…, Louis de Sainte-Marthe et al. (éd.), Paris, 1715-1865, 16 vol.

Morelle, Laurent (éd.), Les chartes de l’abbaye de Corbie (988-1196). Présentation et édition critique, thèse de 3e cycle de l’université Paris IV, dir. Olivier Guillot, Paris, 1988, 3 vol.

Parisse, Michel (éd), Le nécrologe de Gorze: contribution à l’histoire monastique, Nancy, université de Nancy II (Annales de l’Est, mémoire nº 40), 1971.

Van Houts, Elisabeth & Love, Rosalind C. (éd. & transl.), The Warenne (Hyde) Chronicle, Oxford, Clarenton Press (Oxford Medieval Texts), 2013.

Études

Avril, François, « Les rapports artistiques entre Fécamp et le Mont Saint-Michel », in Millénaire monastique du Mont Saint-Michel, Raymonde Foreville (dir.), t. II (« Vie montoise et rayonnement intellectuel »), Paris, P. Lethielleux (Bibliothèque d’histoire et d’archéologie chrétienne), 1967, p. 235-238.

Bled, Oscar, « Les rotuli et les rolligeri de l’abbaye de Saint-Bertin, à Saint-Omer », Bulletin historique et philologique du Comité des travaux historiques et scientifiques, 1901, p. 401-412.

Bouet, Pierre et Neveux, François, La Tapisserie de Bayeux. Révélations et mystères d’une broderie du Moyen Âge, Rennes, Éditions Ouest-France, 2013.

Branch, Betty, The Development of script in the Eleventh and Twelfth Century Manuscripts of the Norman Abbey of Fécamp, thèse inédite de l’université de Michigan, Ann Arbor (Michigan), 1974.

Branch, Betty, « Willermus Peccator et les manuscrits de Fécamp (1100-1150) », Cahiers de civilisation médiévale, t. 26, 1983, p. 195-207.

Bulst, Neithard, Untersuchungen zu den Klosterreformen Wilhelms von Dijon (962-1031), Bonn, L. Röhrscheid, 1973 (Pariser historische Studien, 11). Traduction italienne = Ricerche sulle riforme monastiche di Guglielmo da Volpiano (962-1031), Foglizzo, 2014, avec « Supplemento : Fonti e bibliografia, 1973-2014 », p. 331-341.

Bulst, Neithard, « La réforme monastique en Normandie : étude prosopographique sur la diffusion et l’implantation de la réforme de Guillaume de Dijon », in Les Mutations socio-culturelles au tournant des XIe-XIIe siècles, Raymonde Foreville (dir.), Paris, Éditions du CNRS, 1984, p. 317-330.

Bulst, Neithard, « La filiation de Saint-Bénigne de Dijon au temps de l’abbé Guillaume », in Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux. Actes du premier colloque international du CERCOM (Saint-Étienne, 16-18 septembre 1985), Nicole Bouter (éd.), Saint-Étienne, université Jean Monnet, 1991 (Travaux et recherches du CERCOR, 1), p. 33-41.

Dauphin, Hubert (dom), Le bienheureux Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun († 1046), Louvain / Paris, (Bibliothèque de la Revue d’Histoire ecclésiastique, fasc. 24), 1946.

Davril, Anselme (dom), « À propos d’un bréviaire manuscrit de Cluny conservé à Saint-Victor-sur-Rhins », Revue bénédictine, t. 93, 1983, p. 108-122.

Decker-Heuer, Andrea, Studien zur Memorialüberlieferung im frühmittelalterlichen Paris, Sigmaringen, J. Thorbecke (Beihefte der Francia, 40), 1998.

Dubois, Jacques (dom), « À la recherche de l’état primitif du martyrologe d’Usuard : le manuscrit de Fécamp », Analecta Bollandiana, t. 95, 1977, p. 43-71.

Falkenstein, Ludwig, « Le calendrier des commémoraisons fixes pour les communautés associées à l’abbaye de Saint-Remi au cours du XIIe siècle », in L’Église et la mémoire des morts dans la France médiévale. Communications présentées à la table ronde du CNRS le 14 juin 1982, Jean-Loup Lemaitre (éd.), Paris, Études Augustiniennes (série Moyen Âge et temps modernes, 15), 1986, p. 23-27.

Falkenstein, Ludwig, « Aachen. Aquensia aus der Champagne : I. Gebetsvereinigungen der Abtei Saint-Remi unter Berücksichtigung von Mönchen aus Burtscheid und Kornelimünster », Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins, t. 84 / 85, 1977-1978, p. 389-432.

Garand, Monique-Cécile, Guibert de Nogent et ses secrétaires, Turnhout, Brepols (Corpus Christianorum. Autographa Medii Aevi, 2), 1995.

Gazeau, Véronique, « Guillaume de Volpiano en Normandie : état des questions », Tabularia «Études», nº 2, 2002, p. 35-46. URL : https://lodel.revues.org/10/tabularia/1756.

Gazeau, Véronique, Normannia monastica (Xe-XIe siècle), Caen, Publications du CRAHM, 2007, 2 vol. (t. 1 : Princes normands et abbés bénédictins ; t. 2 : Prosopographie des abbés bénédictins).

Gerchow, Jan, Die Gedenküberlieferung der Angelsachsen, mit einem Katalog der libri vitae und Necrologien, Berlin, W. de Gruyter (Arbeiten zur Frühmittelalterforschung, 20), 1988.

Hallinger, Kassius, Gorze-Kluny. Studien zu den Monastichen Lebensformen und Gegensätzen im Hochmittelalter, Rome, Herder (Studia amselmiana, 22-25), 1950-1951.

Hiley, David, « Thurstan of Caen and Plainchant at Glastonbury : Musicological Reflections on the Norman Conquest », Proceedings of the British Academy, t. 72, 1986, p. 57-90.

Knowles, David, Brooke, Christopher N. L. & London, Vera C. M. (éd.), The Heads of religious Houses, England and Wales, I, 940-1216, Cambridge (UK), Cambridge University Press, 2001.

Laporte, Jean (dom), « Tableau des services obituaires assurés par les abbayes de Saint-Évroul et de Jumièges », Revue Mabillon, t. 46, 1956, p. 141-155 et 169-188.

Laporte, Jean (dom), « Les associations spirituelles entre monastères : l’exemple de trois abbayes bénédictines normandes », Cahiers Léopold Delisle, t. 12 / 3, 1963, p. 39-42.

Lecouteux, Stéphane, « Sur la dispersion de la bibliothèque bénédictine de Fécamp. Partie 1 : identification des principales vagues de démembrement des fonds », Tabularia « Études », nº 7, 2007, p. 1-50. URL : https://lodel.revues.org/10/tabularia/1986.

Lecouteux, Stéphane, Réseaux de confraternité et histoire des bibliothèques. L’exemple de l’abbaye bénédictine de la Trinité de Fécamp, thèse de doctorat d’histoire médiévale de l’université de Normandie, dir. Catherine Jacquemard et Anne-Marie Turcan-Verkerk, Caen, UFR HSS, 2015, 2 vol. (712 p. + 400 p.).

Lecouteux, Stéphane, « Associations de prières et confraternités spirituelles : des unions éphémères ou pérennes ? Enquête autour du réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp (XIe-XVe siècle) », in Réseaux et société. Actes du 140e congrès du CTHS (Reims, 27 avril-2 mai 2015), à paraître.

Lemaitre, Jean-Loup (éd.), Répertoire des documents nécrologiques français, Paris, Imprimerie nationale / Klincksieck (Recueil des historiens de la France. Obituaires, 7, 1-2), 1980, 2 vol. (supplément, 1987-2008, 3 vol.).

Lemaitre, Jean-Loup, Mourir à Saint-Martial : la commémoration des morts et les obituaires à Saint-Martial de Limoges, du XIe au XIIIe siècle, Paris, de Boccard, 1989.

Leroquais, Victor, Le bréviaire-missel du prieuré clunisien de Lewes, Paris, G. Andrieux, 1935.

Lohrmann, Dietrich, « Saint-Germer de Fly und das Anglo-Normannische Reich », Francia, t. 1, 1973, p. 193-256.

Mancia, Lauren Elisabeth, Affective Devotion and Emotional Reform in the Eleventh-Century Monastery of John of Fécamp, thèse inédite de l’université de Yale, dir. Paul Freedman, 2013.

Morelle, Laurent, « Une pièce exceptionnelle du chartrier de Corbie : la charte de l’abbé Foulque de 1064 », Bulletin de la Société nationale des Antiquaires de France, 2003, p. 222-236.

Omont, Henri (dir.), Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques, t. I (Rouen), Paris, 1886.

Omont, Henri, « Nouvelles acquisitions du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale pendant les années 1900-1902 », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 64, 1903, p. 5-30.

Parisse, Michel, « Des réseaux invisibles : les relations entre monastères indépendants », in Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux. Actes du premier colloque international du CERCOM (Saint-Étienne, 16-18 septembre 1985), Nicole Bouter (éd.), Saint-Étienne, université Jean Monnet, 1991 (Travaux et recherches du CERCOR, 1), p. 451-471.

Platelle, Henri, « La place de l’abbaye de Fécamp parmi les sociétés de prières de l’abbaye de Saint-Amand », in L’abbaye bénédictine de Fécamp, Fécamp, L. Durand et fils, t. I, 1959, p. 137-141 et 379-380.

Poeck, Dietrich W., Cluniacensis Ecclesia. Der cluniacensische Klosterverband (10.-12. Jahrhundert), Munich, W. Fink (Münstersche Mittelalter-Schriften, 71), 1998.

Pommeraye, Jean-François, Histoire de l’abbaye royale de Saint-Ouen de Rouen, Rouen, R. Lallemant, 1662.

Porée, Adolphe-André, Histoire de l’abbaye du Bec, Évreux, Ch. Hérissey, 1901, 2 vol. (réimpr. Bruxelles, Éd. Culture et Civilisation, 1980).

Schamper, Barbara, Saint-Bénigne de Dijon. Untersuchungen zum Necrolog der Handschrift Bibl. mun. de Dijon, ms 634, Munich, W. Fink (Münstersche Mittelalter-Schriften, 63), 1989.

Wagner, Anne, Gorze au XIe siècle. Contribution à l’histoire du monachisme bénédictin dans l’Empire, Turnhout, Brepols (Atelier de recherches sur les textes médiévaux, 1), 1996.

Wollasch, Joachim (Hrsg.), Synopse der cluniacensischen necrologien, Munich, W. Fink (Münstersche Mittelalter-Schriften, 39), 1982.

Haut de page

Annexe

Édition critique des fragments du nécrologe de la Trinité de Fécamp

Stéphane Lecouteux (établissement du texte)
Marie Bisson (indexation en XML-TEI)

Note éditoriale

Pour l’édition des fragments du nécrologe de Fécamp (ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 33-34), il a été tenu compte des « directives pour la préparation d’une édition de document nécrologique » proposées dans le troisième supplément au Répertoire des documents nécrologiques228. Ces recommandations ont toutefois été adaptées aux problèmes et contraintes spécifiques rencontrés lors de la collation du texte, conservé sur des fragments de parchemin troués (parfois aussi collés) en plusieurs endroits et comportant de nombreuses zones effacées plus ou moins importantes, lisibles tantôt uniquement avec la lampe de Wood (lumière ultraviolette)229, tantôt au moyen d’une feuille lumineuse230. Afin de rendre compte des différentes abréviations utilisées à Fécamp, mais aussi dans le but de permettre aux lecteurs d’évaluer la pertinence ou non des résolutions d’abréviations proposées, il a été décidé de faire apparaître entre parenthèses les parties complétées par l’éditeur, à la façon des éditions allemandes231. Les restitutions proposées pour les parties lacunaires (trous ; encre grattée ou effacée, non lisible à la lampe de Wood) ont en revanche été mises entre crochets droits. Lorsqu’une restitution n’est pas certaine, elle est suivie d’un ‘?’. Les textes suscrits (textes supralinéaires de même main précisant le plus souvent l’origine ou la parenté des défunts) ont été reproduits entre un antislash (‘\’) et un slash (‘/’). Lorsque les textes suscrits portent sur plusieurs personnes, l’usage de la virgule (‘,’) permet de les regrouper (le point servant à marquer les fins de groupe). Les changements de lignes sont indiqués par des ‘|’ et les changements de page par l’indication de la foliotation correspondante entre crochets droits. Le texte de première main apparaît en gras. Les textes rubriqués (écrits à l’encre rouge ou rehaussés de rouge) sont affichés dans cette couleur : ils correspondent, semble-t-il, à des confraternités personnelles étroites établies entre les défunts et la communauté de Fécamp (un certain nombre sont des laïcs : bienfaiteurs, parents de moines, milites ; d’autres sont des moines ou des abbés d’établissements associés bénéficiant sans doute d’un service commémoratif spécial allant au-delà de ce qui était habituellement convenu entre les deux communautés).

Par commodité, les sources nécrologiques mises à contribution en note de bas de page ont été abrégées232.

Rappel des principaux signes critiques utilisés :

Lettres ou mots existants, mais non déchiffrés (texte effacé ou non lisible).
[…] Lettres ou mots disparus (trous), dont le nombre approximatif est connu.
[?] Lettre disparue et non restituée.
[abc] Lettres et mots disparus et restitués.
(abc) Développement d’abréviations (usuelles ou non).
\abc/ Texte suscrit (indication supralinéaire, généralement de la même main).
abc Texte écrit de première main.
| Changement de ligne.
, Séparation entre deux personnes de même origine.

[Fragments]233

[Juin] [fol. 33r]

[1] [Kal] Iunii. (1) [Ber]nardus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/234. (2) Adalardusm(onachus) \Sancti Arnulfi/235. (3) Ioh(anne)s m(onachus) \Gemetici/236. (4) Radu[l]f(us) m(onachus) \Ca[do]mi/237. (5) Raimfred(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni Diuion(ensis)/238. | (6) R[a]nnulf(us) m(onachus) \Diuion(ensis)/239. (7) Will(el)mus \fr(ater) Rotberti Baioc(ensi)s240/. (8) Rotb(er)t(us) \Audoe[ni]/241.

[2] IIII Nonas. (1) Rotb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/242. (2) Rotb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/243. (3) A[l]uredus m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Ge(m)met(icensis)/244. (4) Vuill(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (5) Will(el)m(us) \fil(ius) God(er)i/. |(6) Albereda \soror W. Calii/. (7) Will(el)mus m(onachus) \S(an)c(t)i Wandregi(si)li/245. (8) Will(el)mus \pater Radulfi/. (9) Hub(er)t(us) \B(er)tini/246. (10) Rotb(er)t(us) \Wand(regisili)/. (11) Adeliza.

[3] III Nonas. (1) Gregorius m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Gemetic(ensis)/247. (2) Turgisus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/248. (3) Constanti(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/249. (4) Turfred(us), (5) Bernard(us) \monachi S(an)c(t)i Wandregisili/. (6) Osb(er)n(us) \[Wa]n[d](regisili) ?/250. | (7) Heregotus m(onachus) \S(an)ct(i) B(er)tini/. (8) Vuilleb(er)t(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Ge(m)met(icensis)/251. (9) Adelerus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/252. (10) Picotus m(onachus) \Noruuic(ensis)/253. (11) Euuart(us) m(onachus) \S(an)c(t)i B(er)tini/. (12) Rotb(er)t(us) \Diuion(ensis)/254.

[4] II Nonas. (1) Girb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Wandreg(isili)/. (2) Hadoerus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (3) Rotb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (4) Beatrix \mat(er) Lotrelli/. (5) Serb(er)t(us) m(onachus) \P(ra)tell(i)/255. (6) W[i]ll(el)mus \nepos […]/. | (7) Symon m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/256. (8) Bernard(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni Diu(ionensis)/257. (9) Reinald(us) m(onachus) \Long(am) V(illam)258/. (10) Rog(er)i(us) \S(ancti) Pet(ri) P(ra)telli/. (11) Radulfus \S(an)ct(i) Audoeni/. (12) Hugo m(onachus) \T(ro)arni/259.

[5] Nonas. (1) Martinus m(onachus) \S(an)c(t)i Wandreg(isili)/. (2) Raimund(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (3) Vuarnerius abbas \S(an)c(t)i Geremari Flauiaci/260. (4) Vualteri(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Ge(m)m(eticensis)/261. (5) Anselm(us) m(onachus) \S(ancti) Panc(ra)tii/262. | (6) Anscherus \Medantensis263 miles/. (7) Guido m(onachus) \Flauiaci/. (8) Nicholaus \pater Ioh(ann)is/. (9)  Rotb(er)t(us) \Noruuic(ensis)/. (10)  Sanson \S(an)c(t)i Pet(ri) P(ra)telli/. (11) Rob(er)t(us) \S(ancti) Geremari/.

[6] [V]III Idus. (1) Clemens m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Pratelli/. (2) Aluuin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Panc(ra)tii/. (3) Walterius m(onachus) \S[(an)c(t)]i Audoeni/. (4) Will(el)mus \fr(ater) Hug[onis]/. | (5) Aimo m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae de Radi(n)gis/264.

[7] VII Idus. (1) Iosfredus m(onachus) \S(an)c(t)i Wandreg(isili)/. (2) Acardus m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/265. (3) Gisleb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/266. (4) Hugo m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/267. (5) Ascelinus m(onachus) \S(an)c(t)i Steph(an)i Cadomi/. | (6) Willel(el)mus m(onachus) \Sancti Pa(n)cracii/. (7) Egeluuin(us) m(onachus) \Westmonast(eri)/268. (8) Aelmar(us) m(onachus) \Norw(icensis)/. (9) Rogeri(us) \P(ra)telli/.

[8] [VI id]us. (1) Stephan(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/269. (2) Rainaldus m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/270. (3) Germund(us) m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (4) Will(el)m(us) m(onachus) \S(ancti) B(er)tini/. (5) Rotb(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/271. | (6) Rogerius m(onachus) \Cadomi/. (7) Rotb(er)t(us) m(onachus) \Cadomi/. (8) Turold(us) m(onachus) \Ge(m)metic(ensis)/272. (9) Gaufrid(us) m(onachus) \S(ancti) Michahel(is)/273. (10) Ermengardis m(onacha) \S(ancti) Benigni Diuion(ens)is/274.

[9] V Idus. (1) Heruin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Corbeiae/275. (2) Rogerius m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/276. (3) Lamb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Stephani Cad(omi)/. (4) Ra[in]aldus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (5) Guerno m(onachus) \S(anctae) Trinitatis/277. (6) H[erem]and(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/278. (7) Odo279. | (8) Gemelin(us) m(onachus) \Pratelli/280. (9) Haduisa \mater Antonii/. (10) Rotb(er)tus \[…] […te…]/. (11) Emericus m(onachus) \S(an)c(t)i Petri West[monast]eri/. (12) Siguin(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/281. (13) Rotger(us) \S(ancti) M[ich]ael(is)282/. (14) Will(el)m(us) \fil(ius) Girardi/. (15) Rotb(er)t(us) \S(anctae) Mariae B(er)[nai]/283. | (16) Eurard(us)284 m(onachus) \S(ancti) B(er)tini285/.

[10] IIII Idus. (1) Flauitus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/286. (2) Godescalcus m(onachus) \S(an)c(t)i Ben[i]gni/287.

[11] III Idus. (1) Vuidricus288, (2) Uualteri(us) \monachi S(an)c(t)i Benigni/289. […] (3) [Go]isfredus p(ri)[…] \[…] corueus/290. (4) Will(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)e Trin(itatis)/. (5) Rodulf(us) \S(ancti) Benigni/291. | (6) Lucas \fil(ius) Pagani/292. (7) Radulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/293.

[12] II Idus. (1) Sigifridus abbas \S(an)c(t)i Gorgonii/294. (2) Vuido m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/295. (3) Ioh(anne)s \fr(ater) G./. (4) Rotb(er)tus m(onachus) \S(ancti) Michael(is) de mari/296. (5) Florenti(us) \S(ancti) B(er)tini/. (6) Simon m(onachus) \S(ancti) Taurini Eb(roicensis)/297. (7) Walteri(us). (8) Rogeri(us)298. | (9) Tecelin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni Diu(ionensis)/299. (10) Rotb(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Wandregisili/. (11) Balduin(us) m(onachus) \S(ancti) B(er)tini/.

[13] Idus. (1)  Radulfus \Castiellur(ensis)/300. (2)  Hescelin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i B(er)tini/. (3) Wib(er)ti(us) m(onachus) \Diuion(ensis)/301. (4) […]

[14] [X]VIII K(a)l Iulii. (1) Ioh(anne)s m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/302. (2) Bernardus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (3) V[…] m(onachus) \S(ancti) B[er]tin[i]/. (4) Radulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (5) Walteri(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Audoeni/. | (6) An\s/chitilius m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/303. (7) Radulf(us) \Audoeni/. (8) Gisleb(er)t(us) m(onachus)304. (9) Serlo m(onachus).

[15] XVII. (1) Richardus abbas \Vir[dune]nsis/305. (2) Fulcuinus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/306. (3) Aluietus \m(onachus) Glastoniae307/. (4) Rotb(er)tus m(onachus) \[…]308/. (5) Supplicia \mat(er) Guill(elmi)/. | (6) Vill(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/309. (7) Gauuin(us) m(onachus) \[Sancti] Panc(ra)tii/. (8) Alexander m(onachus) \S(an)c(t)i Pa(n)c(ra)cii/. […] (9) Guill(el)m(us) m(onachus) \S(ancti) Michaelis d(e) p(er)iculo m(aris)/310.

[16] XVI. (1) Gotselinus311, (2) Ro[tb(er)t]us \monachi S(an)c(t)i Michaelis/312. (3) Rod[ulfus] […]313\S(an)c(t)i Petri [Gemet(icensis) ?]314/. (4) […]sb(er)tus315[m(onachus)] \[S](an)c(t)i Petri Pratelli/. (5) A[n]sgotus \m(onachus) Glastoniae/. (6) Rain[…]316 \fili(us) Giraldi/. | (7) Odo m(onachus) \S(an)c(t)i Pet(ri) Gem(meticensis)/317. (8) Rotbertus m(onachus) \S(ancti) Steph(ani) [Cadomi]/. (9) […] m(onachus)318. (10) Guarinus m(onachus) \S(an)c(t)i Panc(ra)cii/. (11) The[…]d(us)319 \S(ancti) Audo[eni]/.

[fol. 33v]

[17] XV. (1) Martin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Beni[gni]/320. (2) Ricoardus m(onachus) \Sancti Petri Gemet(icensis)/321. (3) Rotb(er)tus \de Brionna/ m(onachus) \S(an)c(t)i Wand(regisili)/. (4) Od[e]lin[a]. (5) Gelaidri(us). | (6) Petrus m(onachus) \Dion[ysii]/322. (7) Rogerius m(onachus). (8) Walchelin(us) m(onachus) \Noruuic(ensis)/. (9) Girard(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari Fl(auiaci)/. (10) Sulp[ic]i(us) m(onachus) \S(ancti) Gerem[a]ri/.

[18] XIIII. (1) Bernard(us) m(onachus) \Cluniaci/323. (2) Rainf[re]dus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/324. (3) Rannulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis de mari/325. (4) Ga[u]frid(us) m(onachus) \[S(an)c(t)]i B(er)tini/. (5) Radulfus \Flauiaci/326. | (6) Rotb(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Audoeni/. (7) Anschillitillus. (8) Radulphus sac(erdos) \de S(an)c(t)o Martino/327. (9) Gaufrid(us) \Norwici(ensis)/.

[19] XIII. (1) Normann(us)328, (2) Hugo \m(onachi) S(an)c(t)i Michaelis/329. (3) Vuillelm(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Stephani330/. (4) Sasuualo m(onachus) \S(ancti) Petri Ge(m)metic(ensis)/331. (5) Hugo m(onachus) c(onversus) \S(an)c(t)i Benigni/332. | (6) Turoldu\s/ \Gem(me)tice(n)sis/333.

[20] XII. (1) Leo334, (2) Ingelrannus \monachi S(an)c(t)i Benigni/335. (3) Euo m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/336. (4) Radulfus abbas \Sanctae Mariae Diuae/337. (5) Hunfredus \clericus/. | (6) Arnulfus m(onachus) \S(ancti) Geremari Fl(auiaci)/. (7) Will(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari Fl(auiaci)/. (8) Wido m(onachus) \Diuion(ensis)/338. (9) Ogeri(us) m(onachus) \Diuion(ensis)/339. (10) Arnulfus m(onachus) \S(ancti) Geremari/. (11) Balduin(us) \B(er)tini/.

[21] XI. (1) Anschitillus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/340. (2) Ingelrann(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (3) Hugo m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (4) Baderon \miles Dolensis341/. | (5) Hildulf(us) m(onachus) S(ancti) Petri P(ra)telli. (6) Almaricus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/342. (7) Rabellus m(onachus) \Troarni/. (8) Walt(er)i(us) m(onachus) \S(ancti) Wandregisili/.

[22] X. (1) Gundulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Arnulfi/343. (2) Hugo m(onachus) \S(an)c(t)i Stephani/. (3) Herueus \ingeniator/. (4) Lamb(er)tus abb(a)s344, (5) Ere(m)ba[ld](us) m(onachus) \Sancti Bertini/. | (6) Lamb(er)t(us) \Diui(o)ni/345. (7) Ricard(us) \fr(ater) B(er). a. /. (8) Berrard(us) m(onachus) \B(er)nai/. (9) Ricardus m(onachus) \pat(er) ? B(er)./. (10) Agatha.

[23] VIIII. (1) Beraldus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/346. (2) Vuillelm(us) m(onachus) \Cluniaci/347. (3) Bernardus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/348. (4) Adelais \n(ost)ra amica/. (5) Ioffredus \S(ancti) Benigni/349. | (6) Ponti(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/350. (7) Helisendis \filia Fra(n)core Og./351. (8) Harduin(us) m(onachus) \Diui(o)nis/352. (9) Herb(er)t(us) monachus \Norwic(ensis)/. | (10) Gilleb(er)tus m(onachus) \Gemeticensis/353.

[24] VIII. (1) Raimbald(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Gorgonii/354. (2) O(biit) Hugo m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni Diui(o)nis/355. (3) Gislebertus m(onachus) \S(ancti) Michael(is) d(e) p(er)ic(u)lo maris/356. (4) Boso [abbas] \S(an)c(t)ae Mariae Bec(censis)/357. | (5) Ricard(us) m(onachus) \Noruuic(ensis)/358. (6) Ansq(ui)till(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/359. (7) Willelmus \Hurce(n)lou/. (8) Walterius m(onachus) \S(an)c(t)i Benig[ni]/360. (9) Rotb(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Taurini/361. \ (10) Rog(er)i(us)362. (11) Rauengi(us) Cadom[i]363/. | (12) Stephan(us) \B(er)tini/.

[25] VII. (1) Tetbaldus [m(onachus)] \S(ancti) Benigni/364. (2) Bernerius m(onachus) \S(an)c(t)i Arnulfi/365. (3) Hugo \fu[…]366/ m(onachus) \S(an)c(t)i Wandregisili/. (4) Radulfus m(onachus) \Pratelli/. (5) Rotb(er)t(us) \pat(er) Ricardi/. | (6) Ricardus \fr(ater) Vualt(er)ii/367.

[26] VI. (1) Adselin(us) m(onachus) \S(anctae) [Trini]tatis/. (2) […]s368\mat(er) Ingonis369/. (3) Goscelin(us) \auu(nculus) Am(…)370/. (4) Aufred(us). (5) Thomas m(onachus) \Cadomi/. | (6) Rob(er)t(us), (7) Ansfrida \p(ater) & m(ater) Giraldi/. (8) […]a… (9) […]ueketell(us) m(onachus) \Rading(is)/371.

[27] V. (1) Arnulfus abbas \S(an)c(t)i Faronis/372. (2) Gisleb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Gerem[ari]/. (3) Vincentius m(onachus) \[S](an)c(t)i Uuandregisili/. (4) Walt(er)i(us) m(onachus) \S(ancti) Geremari/. (5) Framb(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni Diu(ionensis)/373. | (6) Herbertus \pat(er) Ioh(ann)is/. (7) Radulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Audoeni/. (8) Milo m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/374.

[28] IIII. (1) Osb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/375. (2) […]da. (3) Rotb(er)t(us) m(onachus) \Diuionis/376. (4) Milo m(onachus) \S(ancti) Ben(igni)/377. (5) Mathildis \mat(er) Walt(erii)/.

[29] III. (1) Ernaldus378, (2) Drogo \monachi S(an)c(t)i Michaelis/379. (3) Adelelm(us), (4) Odo \m(onachi) S(an)c(t)i Wandregisili/. (5) Hugo m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Gem(m)eti(censis)/380. (6) Ad[ela]idis \s[…]r. C[…]/. (7) Euuard(us) m(onachus) \Diuion(ensis)/381. | (8) Bernard(us) m(onachus) \Diuion(ensis)/382. (9) Wil(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/383. (10) Sanso m(onachus) \Audoeni/. (11) Ioffredus m(onachus) \S(ancti) Germani d(e) Pratis/384. (12) Aimeric(us) m(onachus) \[Sancti Ger]mani d(e) P(ra)t(is)/385.

[30] II. (1) Rodulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/386. (2) Step[hanus] \S(an)c(t)i Uu[andregisili]/. (3) […]tfredus m(onachus) \S(an)c(t)i Arnulfi/387. (4) Osb(er)tus m(onachus), (5) Droco m(onachus) \S(ancti) Geremari Flauiaci/. (6) Ioh(ann)es m(onachus) \Audoeni/. | (7) Gerbodo \S(an)c(t)i Bertini/. (8) Simo[n] \[…]/. … (9) [A]nch[iti]llus m(onachus) \[…]a[…]i/. | (10) Rogerius m(onachus) \S(ancti) Pet(ri) Ge(m)metic(ensis)/388.

[Novembre] [fol. 34r]

[1] Nov(em)bris. (1) G[…]n(us) monachus \[s(an)c(t)i Wan]dreg(esili)/. (2) Romulus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/389. (3) Ansgodus m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. […] (4) […]fredus m(onachus)390. (5) Petr(us) m(onachus) \S(an)c(t)i [Mich(aelis)]/391. | (6) Gillebertus \sacrista(nus)/. (7) Io[h(anne)s] m(onachus) \S[ancti Gere]mari/. (8) Girardus. (9) Osmund(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Wand(re)gisili/. (10) Baldric(us) \S(ancti) Michael(is)/392. (11) Gauteri(us) m(onachus) \S(ancti) [B(er)tini]/393.

[2] IIII Nonas. (1) Vua[lt]erius m(onachus) \S[anctae] [Be]rtae394/. (2) Ioh(anne)s m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/395. (3) A[de]merus \pat(er) Bened(icti)/. (4) Agnes \soror Ricardi/. (5) O(biit) Rogeri(us) c(onuersus) \S(an)c(t)e M(ariae) B(er)[n]ai/. | (6) Vuarner(us) m(onachus) \S(an)c(t)i B(enigni) Diuionis/396. (7) Nicholaus \p(ater) Will(el)mi/. (8) Will(el)m(us) \p(er)ce ?/. (9) Rob(er)tus m(onachus) \Cadomi/. (10) Radulf(us) m(onachus) \S(ancti) Geremari/. (11) Robertus \fr(ater) Watinel./.

[3] III Nonas. (1) Rodulfus, (2) Vualterius \monachi S(an)c(t)i Wandregisili/. (3) Rodulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Uuestm(onasteri)/. (4) Haimeric(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/397. (5) Osbertus abbas \Ultris Port(us)/398. | (6) Alieina \uxor […a…]tmundi/. (7) Hunfridus \n(oste)r amic(us)/399. (8) Luca m(onachus) \Diuion(ensis)/400. (9) Gotwin(us) \Rading(is)/.

[4] II Nonas. (1) Heinricus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/401. (2) Amalric(us) mon(achus) \S(an)c(t)i Geremari/. (3) Nicolaus m(onachus) \S(an)c(t)i Uuandreg(isili)/. (4) Iosfredus \Gorgo[n]ii/402. (5) Rodulf(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/403. | (6) Herb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (7) Herueus m(onachus) \S(ancti) Steph(ani) Cadomi/. (8) Harduinus m(onachus) \p(ri)or Diuion(ensis)/404. (9) Rogerius m(onachus) \S(an)c(t)i Pancratii/.

[5] Nonas. (1) Hademar(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/405. (2) Ospaccus m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (3) Hesso m(onachus) \Cluniaci/406. (4) Norb(er)tus m(onachus) \S(ancti) Petri Uuestmon(asteri)/. (5) Adam m(onachus) \de Radingis/407. (6) Thomas \Norwic(ensis)/408. | (7) Hugo abbas \S(an)c(t)i Geremari Flauiaci/409. (8) Gonscelin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Bertini/. (9) Vuill(el)mus m(onachus) \S(ancti) Wand(re)g(isili)/. (10) Ponti(us) \Diuion(ensis)/410. (11) Gaufrid(us) m(onachus) \B(er)nai/. (12) Odo m(onachus) \S(ancti) [Be]nigni/411.

[6] VII[I] Idus. (1) Milo m(onachus)412, (2) Odilo \Sancti Benigni/413. (3) Wido414, (4) Letbaud(us)415, (5) Hub(er)tus \m(onachi) D[i]uion(enses)/416. (6) Rotb(er)tus m(onachus) \Diuion(ensis)/417. | (7) Basilia \Walt(er)i de Anglia mat(er)/. (8) Petrus m(onachus) \Diuionis/418. (9) Anschetillus m(onachus) \S(ancti) Wand(re)gisili/. (10) Hugo m(onachus) \S(ancti) Taurini Eb(roicensis)/419. (11) Gelduinus \pat(er) He[inr]ici/.

[7] VII Idus. (1) Vuarneri(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/420. (2) Uuarnerius m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Gem(m)etice(nsis)/421. (3) Rodulfus \n(oste)r genit(or)/. (4) Rotb(er)tus m(onachus) \Cluniaci/422. (5) Rotb(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Wandreg(isili) pictor/423. (6) Gerard(us) \S(ancti) Faronis/424. (7) Sosanna425. | (8) Sim[on] m(onachus) \Cadomi/. (9) Will(el)m(us) \S(ancti) Geremari/. (10) Fadricus m(onachus) \Noruuicii/. (11) Guarneri(us) m(onachus) \Flauiaci/. (12) Phanuel \Diuion(ensis)/426. (13) Ansfred(us) m(onachus) \Cadomi/. (14) Berengerius m(onachus) \S(ancti) Stephani Cadomi/. (15) Laure(n)ci[(us)].

[8] [VI Idus.] (1) Hub(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/427. (2) Dauid m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/428. (3) Hugo \ui[sc]omes429/. (4) Richard(us) \n(oste)r amicus/. (5) Ansfrida \mat(er) W./. (6) Ulb(er)t(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/430. (7) Wliuua \mat(er) Petri/. (8) Rogerius m(onachus) \S(an)c(t)i Wandreg(isili)/. (9) Rainod(us) \Gemet(icensis)/431. | (10) Will(el)m(us) cleri(cus). (11) Alexis m(onachus) \S(ancti) Wandreg(isili)/. (12) Rogerius m(onachus) \S(ancti) Petri […]mari/. (13) Herueus m(onachus) \San)c(t)i Petri Ge(m)meti(censis)/432. (14) Ricardus m(onachus) \Cadomi/. (15) Guarneri(us) m(onachus) \Flauiaci/. \(16) Nichola(us)/. (17) Rotbertus m(onachus) \S(an)c(t)i Wandreg(isili)/. (18) Eranieca ? \mat(er) Fulconi/.

[9] V Idus. (1) Hugo m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (2) Osb(er)t(us) m(onachus) \Cadomi/. (3) Riuallo m(onachus) \S(an)c(t)i Michael(is)/433. (4) Andreas \[…]/. (5) R[…]dulfus434 m(onachus) \[T]roarni/. (6) Rotb(er)tus \de Ver/. | (7) Vualt(er)i(us) m(onachus) \Flau(iaci)/. (8) V[ui]ll[e]l[m](us) m(onachus) \Gemmeti(censis)/435. (9) Gislebertus \fr(ater) Herib(erti)/. (10) Girald(us) \S(ancti) [Audoeni]/436.

[10] IIII Idus. (1) Anchitillus m(onachus) \S(an)c(t)i Steph(an)i Cadomi/. (2) Will(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/437. (3) Al[…]fus438 m(onachus) \Diuion(ensis)/. (4) Arnulf[u]s \S(ancti) Taurini Eb(roicensis)439. (5) Herb(er)t(us)440.

[11] III Idus. (1) Girb(er)tus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/441. (2) Paulus \m(onachus) S(an)c(t)i Steph(ani) Cad(omi)/. (3) A[…]442 \S(an)c(t)i […]/. (4) [Hun]fred(us)443. (5) Durandus m(onachus) \S(anc)t(i) Michaelis/444. (6) Herb(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Michael(is)/445. | (7) Thomas m(onachus) \S(ancti) Taurini Eb(roicensis)/446. (8) Turstan(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Swithuni447/. (9) Iohannes m(onachus) \Diuion(ensis)/448. (10) Basili(us) \S(ancti) [Gere]mari/449. (11) R[ainald(us)450] \S(ancti) B(er)tini/. (12) Petr(us) \S(an)c(t)i [Petri] Gem(eticensis)/451. (13) Riczo m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni Diu(ionensis)/452. (14) Willelm(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Steph(an)i Cadomi/.

[12] II Idus. (1) Haymeric(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Gorgonii/453. (2) Vuill(el)m(us) comes \testa Auda ?/. (3) V[ui]ll(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/454. (4) Giraldus \pat(er) Iohannis/. (5) Will(el)m(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/455. | (6) Rogerius m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/456. (7) Beatrix \uxor H. Gorniaci457/. (8) Hugo \[S(ancti) Ber]tini/. (9) Hugo.

[13] Idus. (1) Vuillelmus \n(oste)r amicus miles/. (2) Vuillelm(us) m(onachus) \[…rd…]/. (3) R[…] \[…]/. (4) Herb(er)t(us) m(onachus) \S(anct)i Steph(an)i Cad(omi)/. (5) Eudo m(onachus) \S(an)c(t)i Benig(ni) Diu(ionensis)/458. | (6) A[…]us m(onachus) \S(ancti) Wandreg(isili)/. (7) Haimo m(onachus) \S(ancti) Taurini/459. (8) Albold(us) m(onachus). […] (9) Willelmus m(onachus) \S(ancti) […]/. (10) Iocereui(us).

[14] XVIII Kal. D[ecember] (1) Uuaning(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/460. (2) Osb(er)t(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/461. (3) Stephana \[co]mitissa/. (4) Gregorius \S(an)c(t)e Berte/. | (5) Rog[(er)i(us)] m(onachus) \F[lauia]ci/. (6) Goisfredus m(onachus) \Troarni/. (7) Aduidis \Diu[i]on(ensis)/462. (8) Helinand(us) m(onachus) \S(ancti) Geremari/.

[15] XVII (1) Ricul[f]us m(onachus) \S(an)c(t)i B[enig]ni/463. (2) Ioff[re]dus m(onachus) \[S(ancti] Petri Gemetic(ensis)/464. (3) Basilius \Diuion(ensis)/465. (4) Emma \mat(er) […]ome/. (5) Susanna m(onacha) \Divion(ensis)/466. (6) Brixell(us) m(onachus). (7) Rosiais.

[16] XVI (1) Girard(us), (2) [G]irald(us) \monachi Cluniaci/467. (3) A[de]marus [m(onachus)] \S(an)c(t)i Benigni/468. (4) [Osmun]d(us) m(onachus) \[Sancti Micha]elis/469. (5) Giraldus m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Gemetic(ensis)/470. (6) Stephan[us] m(onachus) \S(an)c(t)i Vua(n)d(regisili)/471. (7) Will[e]lm(us). | (8) R[ai]nfred(us) [m(onachus)] \S(ancti) Micha[elis]472/. (9) […]aui[…] \[…an…]/. […]. (10) Rannulf(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/473. (11) Walt(er)i(us) m(onachus) \S(anctae) Mariae Ab[…]474/. (12) Rogeri(us) \Norwic(ensis)/.

[fol. 34v]

[17] [XV] (1) […lfu..]. (2) Thomas m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (3) Rotb(er)tus \n(oste)r amicus/. (4) Ingeluuin(us) m(onachus) \S(ancti) Bertini/. (5) [And]reas m(onachus) \[…]/. (6) Her[…] \ […]/. | (7) Camu(n)d(us) m(onachus) \Cadom[i]/. (8) Albert(us) m(onachus) \S(ancti) Geremari/. (9) Stephanus & (10) Rotb(er)t(us) m(onachi) \Pratelli/. (11) O[biit ?] […]dus m(onachus). (12) R[…].

[18] XIIII (1) Sigifridus m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (2) H[u]mb(er)t(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/475. (3) Vuarneri(us) [m(onachus)] \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (4) Andreas m(onachus) \S(an)c(t)i Vvand(regisili)/. (5) Mathi[as] \[p…]/. | (6) Gosbertus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/476. (7) Constantin(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/477. (8) Steph[an(us)] m(onachus) \S(ancti) Benig[ni]/478. (9) G[i]lb(er)t(us). (10) Bridulfus m(onachus) S(an)c(t)i […].

[19] XIII (1) Vuato, (2) Rainard(us) \monachi S(an)c(t)i Geremari/. (3) Ansgerius m(onachus)479, (4) Rodulfus \Sancti Petri Gemeticensis/480. (5) Muri[a]llis \m(ater) R./. (6) [Ge]rard(us) m(onachus) \T(ro)arni/. | (7) […]and(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Ge(m)metic(ensis)/481. (8) Rogeri(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Audoeni/. (9) Frogerius m(onachus) \S(ancti) Petri Gem(m)etic(ensis)/482. (10) Iustinus m(onachus) \S(ancti) Vua(n)d(regisili)/. (11) Rob(er)t(us) m(onachus) \S(ancti) Audoeni/.

[20] XII (1) Adam, (2) Rodulfus \m(onachi) S(an)c(t)i Gorgonii/. (3) Turold(us)483, (4) Rodulf(us) \m(onachi) S(an)c(t)i Petr[i Gemeticensi]s/484. (5) Rogeri(us)485, (6) Hermann(us) \m(onachi) S(an)c(t)i Michaelis/486. (7) Adam. | (8) Durann(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/487. (9) Rotb(er)t(us) \[Sancti] Michael(is)/488.

[21] XI (1) Vvuillelm(us) m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (2) Durandus, (3) Stephanus \[a]mici nostri. P. I./. (4) Giraldus abbas \Theochesberiensis/489. (5) Eva. (6) R[…] | (7) Ger[…]do490 m(onachus) \[…]/. […] (8) R[ann]ulfus m(onachus) \S(an)c(t)i [Be]nigni Diuio(nensis)/491.

[22] X (1) Iohannes m(onachus) \[Sancti] [Be]nigni/492. (2) Vuido iuuen(is) \dei r[?]t[…]/493. (3) V[…]. (4) [Ri]cardus. (5) Vuarnerius \de Fr[…]s[…]a/. (6) Tesc[elinus]. | (7) Gosfredus m(onachus) \S(ancti) Vua(n)dreg(isili)/. (8) Her[…] m(onachus) \[…]i/. …494 | (9) H[…]n[…].

[23] VIIII (1) Alb(er)tin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i [Geremari] F[laui]ci/. … (2) Ro[dul]fus m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/495. […]. (3) Conradus \S(an)c(t)i R[…]/. | (4) Constantin(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Stephani Ca[domi]/. (5) Giraldus m(onachus). … (6) B[…]us m(onachus) \S[(an)c(t)ae Ma]riae B(er)nai/. (7) Durandus \S(ancti) […]/496.

[24] VIII (1) Ste[pha]n(us) m(onachus) \[…]/. … (2) Ri[car]dus m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (3) Rotbertus \de Bece(nsis) n(oste)r amicus/. (4) Balduin(us) \S(an)c(t)i B(er)[tini]/. | (5) Willelmus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/497. […] (6) Ingelrannus m(onachus) \Rading(is)/. (7) Willelm(us) [m(onachus)] \Ge(m)meti(censis)/. (8) Rog(er)iu[s] \Norw(icensis)/. | (9) Hem[baldus] \S(ancti) Be[nigni]/498.

[25] VII (1) Will(el)m(us) \S(ancti) Pet(ri) Gem(meticensis)/499. (2) Rainard(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Sergii [Andegacensis]500/. (3) T[…]d[…]n(us) m(onachus) \[S(anti) Gere]mari/. (4) Ioh(annes). (5) Petrus m(onachus) \[S(ancti)] Petri Westm[onasteri]/. (6) Odo m(onachus) \[…]is Uui[…]/. (7) Will(el)m[us] \Sancti Berti[ni]/. | (8) Will(el)m(us) \m(onachus) Rad[in]g(is)/. (9) Anschitillius m(onachus) \Troarni/. (10) Bartholome(us) m(onachus) \Rading(is)/. (11) Ulketell(us) \Norwic(ensis)/. (12) Walteri[us] \N[or]wic(ensis)/.

[26] VI (1) Rodulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/501. (1) A[…d]us m(onachus) \S(ancti) [Michael ?]is/. (3) Azo m(onachus) \S(an)c(t)i B(er)tini/. (4) Martinus m(onachus) /S(ancti) Stephani Cadomi/. (5) Ansfrid(us) m(onachus) \S(ancti) Stephani/. | (6) Vualterius m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari/. (7) M[…]us m(onachus) \S(ancti) […]ri/502. (8) Rainald(us) m(onachus) \[Di]uionis/503. (9) Walt(er)i(us) m(onachus) \S(ancti) Geremari/. (10) Letbald(us) m(onachus) \S(ancti) Benigni/504. | (11) Radulfus m(onachus). (12) Walt(erius) m(onachus) \Diu(ionensis)/505. (13) Osanna m(onacha) \S(ancti) Benigni/506. (14) Ricard(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Panc(ra)tii/.

[27] V (1) Laur[en]ti(us) m(onachus) \S(an)c(t)i Geremari de Flauiaci/. (2) Humfredus \n(oste)r amic(us)/507. (3) Gisleb(er)tus. (4) Iohan[nes] m(onachus)508. | (5) Girardus m(onachus) \S(ancti) Panc(ra)tii/. (6) G[…]509. (7) Wido m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/510. (8) Theoderic(us) \pat(er) Lucas/. (9) Rotb(er)tus m(onachus) \S(ancti) Michaelis/511. … | (10) Raduin(us) m(onachus) \Germa[ni]/. (11) Rainaldus \Far[onis]/.

[28] IIII (1) Hugo m(onachus) \Cluniaci/512. (2) Rodulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Taurini/513. (3) Ursus m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Gem(meticensis)/514. (4) Langulfus m(onachus) \S(an)c(t)i Benigni/515. (5) [H]ugo m(onachus) \[V]uandreg(isili)/. | (6) Vuarinus m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/516. (7) Ricardus m(onachus) \S(ancti) [Pe]tri P(ra)telli/. (8) Rogerius m(onachus) \Cadomi/. (9) H[…]s m(onachus) \p[…]/. (10) Petrus \Norwic(ensis)/. | (11) Drogo \pat(er) Durandi/. (12) Wuill(el)m(us) m(onachus) \S(ancti) Pet(ri) P(ra)telli/. (13) Erchembald(us) \Faronis/.

[29] III (1) Matheus m(onachus) \S(an)c(t)i Petri Gemetic(ensis)/517. (2) Ro[dulfus] m(onachus) \S(an)c(t)i Michaelis/518. (3) Goismarus m(onachus) \S(an)c(t)ae Mariae B(er)nai/. (4) Will(el)mus m(onachus \Wandr(egisili)/. (5) Leui(us) m(onachus) \S(ancti) Wand(regisili)/. | (6) Ricardus m(onachus) \P(ra)telli/. (7) Domn(us) Berardus […]. (8) Wido \Diuion(ens)is/519. (9) S[…]. (10) G[o]scelinus m(onachus) \S(an)c(t)i Ge(m)meti(censis)/520.

[30] II (1) Bernardus m(onachus) \Cluniaci/521. (2) V[…]. […] (3) […] m(onachus) \[Sancti] Petri Gemetic(ensis)/. … (4) Gi[…]sius m(onachus) \S(an)c(t)i Ger[e]mari/. (5) Ioh(annes) \S(ancti) […]/ | (6) Wido m(onachus) \Diuion(ensis)/522. (7) Roculf(us) \pat(er) W. m(onachi)/. (8) B[…]. (9) […]sburgis523. (10) […] m(onachus) \[…]/. (11) An[…]cu[…]. (12) O[…]. | (13) Lescelinus m(onachus) \Diuion(ensis)/524. (14) Rog(er)i(us) \Cado[mi]/. … (15) […] m(onachus).

Index

Anthroponymes

A

Acardus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 7 juin

Adalardus, moine de Saint-Arnoul de Metz : 1 juin

Adam, moine de Notre-Dame de Reading : 5 novembre

Adam, moine de Saint-Gorgon de Gorze : 20 novembre

Adam : 20 novembre

Adelaidis : 29 juin

Adelais : 23 juin

Adelelmus : 29 juin

Adelerus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 3 juin

Adeliza : 2 juin

Ademarus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 16 novembre

Ademerus : 2 novembre

Adselinus, moine de la Trinité-du-Mont de Rouen : 26 juin

Aduidis, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 14 novembre

Aelmarus, moine de Norwich : 7 juin

Agatha : 22 juin

Agnes : 2 novembre

Aimericus, moine de Saint-Germain-des-Prés : 29 juin

Aimo, moine de Notre-Dame de Reading : 6 juin

Albereda : 2 juin

Albertinus, moine : 23 novembre

Albertus, moine de Saint-Germer de Fly : 17 novembre

Alboldus, moine : 13 novembre

Alexander, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 15 juin

Alexis, moine de Saint-Wandrille : 8 novembre

Alieina : 3 novembre

Almaricus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 21 juin

Aluuinus, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 6 juin

Alvietus, moine de Glastonbury : 15 juin

Alvredus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 2 juin

Amalricus, moine de Saint-Germer de Fly : 4 novembre

Anchitillus, moine : 30 juin

Anchitillus, moine de Saint-Étienne de Caen : 10 novembre

Andreas, moine : 17 novembre

Andreas, moine de Saint-Wandrille : 18 novembre

Andreas : 9 novembre

Anquitillus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 14 juin

Anscherus, soldat de Mantes : 5 juin

Anschetillus, moine de Saint-Wandrille : 6 novembre

Anschillitillus : 18 juin

Anschitillius, moine de Saint-Martin de Troarn : 25 novembre

Anschitillus, moine du Mont Saint-Michel : 21 juin

Anselmus, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 5 juin

Ansfredus, moine de Saint-Étienne de Caen : 7 novembre

Ansfrida : 26 juin

Ansfrida : 8 novembre

Ansfridus, moine de Saint-Étienne de Caen : 26 novembre

Ansgerius, moine : 19 novembre

Ansgodus, moine de Notre-Dame de Bernay : 1 novembre

Ansgotus, moine de Glastonbury : 16 juin

Ansquitillus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 24 juin

Arnulfus, abbé de Saint-Faron de Meaux : 27 juin

Arnulfus, moine de Saint-Germer de Fly : 20 juin

Arnulfus, moine de Saint-Germer de Fly : 20 juin

Arnulfus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 10 novembre

Ascelinus, moine de Saint-Étienne de Caen : 7 juin

Aufredus : 26 juin

Azo, moine de Saint-Bertin : 26 novembre

B

Baderon, soldat de Dol-de-Bretagne : 21 juin

Baldricus, moine du Mont Saint-Michel : 1 novembre

Balduinus, moine de Saint-Bertin : 12 juin

Balduinus, moine de Saint-Bertin : 20 juin

Balduinus, moine de Saint-Bertin : 24 novembre

Bartholomeus, moine de Notre-Dame de Reading : 25 novembre

Basilia : 6 novembre

Basilius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 15 novembre

Basilius, moine de Saint-Germer de Fly : 11 novembre

Beatrix : 12 novembre

Beatrix : 4 juin

Beraldus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 23 juin

Berardus : 29 novembre

Berengerius, moine de Saint-Étienne de Caen : 7 novembre

Bernardus, moine de Cluny : 18 juin

Bernardus, moine de Cluny : 30 novembre

Bernardus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 1 juin

Bernardus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 29 juin

Bernardus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 4 juin

Bernardus, moine de Saint-Germer de Fly : 14 juin

Bernardus, moine de Saint-Wandrille : 3 juin

Bernardus, moine du Mont Saint-Michel : 23 juin

Bernerius : 25 juin

Berrardus, moine de Notre-Dame de Bernay : 22 juin

Boso, abbé de Notre-Dame du Bec : 24 juin

Bridulfus, moine : 18 novembre

Brixellus, moine : 15 novembre

C

Camundus, moine de Saint-Étienne de Caen : 17 novembre

Clemens, moine de Saint-Pierre de Préaux : 6 juin

Conradus : 23 novembre

Constantinus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 18 novembre

Constantinus, moine de Saint-Étienne de Caen : 23 novembre

Constantius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 3 juin

D

David, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 8 novembre

Droco, moine de Saint-Germer de Fly : 30 juin

Drogo, moine du Mont Saint-Michel : 29 juin

Drogo : 28 novembre

Durandus, moine du Mont Saint-Michel : 11 novembre

Durandus : 21 novembre

Durannus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 20 novembre

E

Egeluuinus, moine de Saint-Pierre de Westminster : 7 juin

Emericus, moine de Saint-Pierre de Westminster : 9 juin

Emma : 15 novembre

Eranieca : 8 novembre

Erchembaldus, moine de Saint-Faron de Meaux : 28 novembre

Erembaldus, moine de Saint-Bertin : 22 juin

Ermengardis, moniale de Saint-Bénigne de Dijon : 8 juin

Ernaldus : 29 juin

Eudo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 13 novembre

Eva : 21 novembre

Evo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 20 juin

Evrardus, moine de Saint-Bertin : 9 juin

Evvardus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 29 juin

Ewartus, moine de Saint-Bertin : 3 juin

F

Fadricus, moine de Norwich : 7 novembre

Flavitus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 10 juin

Florentius, moine de Saint-Bertin : 12 juin

Frambertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 27 juin

Frogerius, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 19 novembre

Fulcuinus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 15 juin

G

Gaudridus, moine de Norwich : 18 juin

Gaufridus, moine de Notre-Dame de Bernay : 5 novembre

Gaufridus, moine de Saint-Bertin : 18 juin

Gaufridus, moine du Mont Saint-Michel : 8 juin

Gauterius, moine de Saint-Bertin : 1 novembre

Gauvinus, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 15 juin

Gelaidrius : 17 juin

Gelduinus : 6 novembre

Gemelinus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 9 juin

Gerardus, moine de Saint-Faron de Meaux : 7 novembre

Gerardus, moine de Saint-Martin de Troarn : 19 novembre

Gerbodo, moine de Saint-Bertin : 30 juin

Germundus, moine de Notre-Dame de Bernay : 8 juin

Gilbertus : 18 novembre

Gillebertus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 23 juin

Gillebertus, sacristain : 1 novembre

Giraldus, abbé de Tewkesbury : 21 novembre

Giraldus, moine : 23 novembre

Giraldus, moine de Cluny : 16 novembre

Giraldus, moine de Saint-Ouen de Rouen : 9 novembre

Giraldus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 16 novembre

Giraldus : 12 novembre

Girardus, moine de Cluny : 16 novembre

Girardus, moine de Saint-Germer de Fly : 17 juin

Girardus, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 27 novembre

Girardus : 1 novembre

Girbertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 11 novembre

Girbertus, moine de Saint-Wandrille : 4 juin

Gislebertus, moine : 14 juin

Gislebertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 7 juin

Gislebertus, moine de Saint-Germer de Fly : 27 juin

Gislebertus, moine du Mont Saint-Michel : 24 juin

Gislebertus : 27 novembre

Gislebertus : 9 novembre

Godescalcus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 10 juin

Goisfredus, moine de Saint-Martin de Troarn : 14 novembre

Goisfredus : 11 juin

Goismarus, moine de Notre-Dame de Bernay : 29 novembre

Gonscelinus, moine de Saint-Bertin : 5 novembre

Gosbertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 18 novembre

Goscelinus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 29 novembre

Goscelinus : 26 juin

Gosfredus, moine de Saint-Wandrille : 22 novembre

Gotselinus : 16 juin

Gotwinus : 3 novembre

Gregorius, moine de Sainte-Berthe de Blangis-sur-Ternoise : 14 novembre

Gregorius, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 3 juin

Guarinus, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 16 juin

Guarnerius, moine de Saint-Germer de Fly : 7 novembre

Guarnerius, moine de Saint-Germer de Fly : 8 novembre

Guerno, moine de La Trinité-du-Mont de Rouen : 9 juin

Guido, moine de Saint-Germer de Fly : 5 juin

Guillelmus, moine du Mont Saint-Michel : 15 juin

Gundulfus, moine de Saint-Arnoul de Metz : 22 juin

H

Hademarus, moine du Mont Saint-Michel : 5 novembre

Hadoerus, moine de Saint-Germer de Fly : 4 juin

Haduisa : 9 juin

Haimericus, moine du Mont Saint-Michel : 3 novembre

Haimo, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 13 novembre

Harduinus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 23 juin

Harduinus, prieur de Saint-Bénigne de Dijon : 4 novembre

Haymericus, moine de Saint-Gorgon de Gorze : 12 novembre

Heinricus, moine du Mont Saint-Michel : 4 novembre

Helinandus, moine de Saint-Germer de Fly : 14 novembre

Helisendis : 23 juin

Hembaldus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 24 novembre

Herbertus, moine : 10 novembre

Herbertus, moine de Norwich : 23 juin

Herbertus, moine de Saint-Étienne de Caen : 13 novembre

Herbertus, moine de Saint-Germer de Fly : 4 novembre

Herbertus, moine du Mont Saint-Michel : 11 novembre

Herbertus : 27 juin

Heregotus, moine de Saint-Bertin : 3 juin

Heremandus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 9 juin

Hermannus, moine du Mont Saint-Michel : 20 novembre

Herveus, moine de Saint-Étienne de Caen : 4 novembre

Herveus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 8 novembre

Herveus : 22 juin

Hervinus, moine de Saint-Pierre de Corbie : 9 juin

Hescelinus, moine de Saint-Bertin : 13 juin

Hesso, moine de Cluny : 5 novembre

Hildulfus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 21 juin

Hubertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 6 novembre

Hubertus, moine de Saint-Bertin : 2 juin

Hubertus, moine du Mont Saint-Michel : 8 novembre

Hugo, abbé de Saint-Germer de Fly : 5 novembre

Hugo, moine de Cluny : 28 novembre

Hugo, moine de Notre-Dame de Bernay : 21 juin

Hugo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 19 juin

Hugo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 24 juin

Hugo, moine de Saint-Bertin : 12 novembre

Hugo, moine de Saint-Étienne de Caen : 22 juin

Hugo, moine de Saint-Germer de Fly : 9 novembre

Hugo, moine de Saint-Martin de Troarn : 4 juin

Hugo, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 29 juin

Hugo, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 6 novembre

Hugo, moine de Saint-Wandrille :

Hugo, moine de Saint-Wandrille : 25 juin

Hugo, moine du Mont Saint-Michel : 19 juin

Hugo, moine du Mont Saint-Michel : 7 juin

Hugo, vicomte : 8 novembre

Hugo : 12 novembre

Humbertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 18 novembre

Humfredus : 27 novembre

Hunfredus, clerc : 20 juin

Hunfredus : 11 novembre

Hunfridus : 3 novembre

I

Ingelrannus, moine de Notre-Dame de Reading : 24 novembre

Ingelrannus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 20 juin

Ingelrannus, moine de Saint-Germer de Fly : 21 juin

Ingeluuinus, moine de Saint-Bertin : 17 novembre

J

Jocerevius : 13 novembre

Joffredus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 23 juin

Joffredus, moine de Saint-Germain-des-Prés : 29 juin

Joffredus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 15 novembre

Johannes, moine : 27 novembre

Johannes, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 11 novembre

Johannes, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 14 juin

Johannes, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 22 novembre

Johannes, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 2 novembre

Johannes, moine de Saint-Germer de Fly : 1 novembre

Johannes, moine de Saint-Ouen de Rouen : 30 juin

Johannes, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 1 juin

Johannes : 12 juin

Johannes : 25 novembre

Johannes : 30 novembre

Josfredus, moine de Saint-Gorgon de Gorze : 4 novembre

Josfredus, moine de Saint-Wandrille : 7 juin

Justinus, moine de Saint-Wandrille : 19 novembre

L

Lambertus, abbé de Saint-Bertin : 22 juin

Lambertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 22 juin

Lambertus, moine de Saint-Étienne de Caen : 9 juin

Langulfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 28 novembre

Laurencius : 7 novembre

Laurentius, moine de Saint-Germer de Fly : 27 novembre

Leo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 20 juin

Lescelinus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 30 novembre

Letbaldus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 26 novembre

Letbaudus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 6 novembre

Levius, moine de Saint-Wandrille : 29 novembre

Luca, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 3 novembre

Lucas : 11 juin

M

Martinus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 17 juin

Martinus, moine de Saint-Étienne de Caen : 26 novembre

Martinus, moine de Saint-Wandrille : 5 juin

Matheus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 29 novembre

Mathias : 18 novembre

Mathildis : 28 juin

Milo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 27 juin

Milo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 28 juin

Milo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 6 novembre

Muriallis : 19 novembre

N

Nicholaus : 2 novembre

Nicholaus : 5 juin

Nicholaus : 8 novembre

Nicolaus, moine de Saint-Wandrille : 4 novembre

Norbertus, moine de Saint-Pierre de Westminster : 5 novembre

Normannus : 19 juin

O

Odelina : 17 juin

Odilo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 6 novembre

Odo, moine : 25 novembre

Odo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 5 novembre

Odo, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 16 juin

Odo, moine de Saint-Wandrille : 29 juin

Odo : 9 juin

Ogerius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 20 juin

Osanna, moniale : 26 novembre

Osbernus, moine de Saint-Wandrille : 3 juin

Osbertus, abbé de Saint-Michel de Tréport : 3 novembre

Osbertus, moine : 30 juin

Osbertus, moine de Saint-Étienne de Caen : 9 novembre

Osbertus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 14 novembre

Osbertus, moine du Mont Saint-Michel : 28 juin

Osmundus, moine de Saint-Wandrille : 1 novembre

Osmundus, moine du Mont Saint-Michel : 16 novembre

Ospaccus, moine de Saint-Germer de Fly : 5 novembre

P

Paulus, moine de Saint-Étienne de Caen : 11 novembre

Petrus, moine de Norwich : 28 novembre

Petrus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 6 novembre

Petrus, moine de Saint-Denis en France : 17 juin

Petrus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 11 novembre

Petrus, moine de Saint-Pierre de Westminster : 25 novembre

Petrus, moine du Mont Saint-Michel : 1 novembre

Phanuel, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 7 novembre

Picotus, moine de La Trinité de Norwich : 3 juin

Pontius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 23 juin

Pontius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 5 novembre

R

Rabellus, moine de Saint-Martin de Troarn : 21 juin

Raduinus, moine : 27 novembre

Radulfus, abbé de Notre-Dame de Saint-Pierre-sur-Dives : 20 juin

Radulfus, moine : 26 novembre

Radulfus, moine de Saint-Étienne de Caen : 1 juin

Radulfus, moine de Saint-Germer de Fly : 14 juin

Radulfus, moine de Saint-Germer de Fly : 18 juin

Radulfus, moine de Saint-Germer de Fly : 2 novembre

Radulfus, moine de Saint-Ouen de Rouen : 14 juin

Radulfus, moine de Saint-Ouen de Rouen : 27 juin

Radulfus, moine de Saint-Ouen de Rouen : 4 juin

Radulfus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 25 juin

Radulfus, moine du Mont Saint-Michel : 11 juin

Radulfus : 13 juin

Radulphus, prêtre : 18 juin

Raimbaldus, moine de Saint-Gorgon de Gorze   24 juin

Raimfredus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 1 juin

Raimundus, moine de Saint-Germer de Fly : 5 juin

Rainaldus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 26 novembre

Rainaldus, moine de Saint-Bertin : 11 novembre

Rainaldus, moine de Saint-Faron de Meaux : 27 novembre

Rainaldus, moine de Saint-Germer de Fly : 9 juin

Rainaldus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 8 juin

Rainardus, moine de Saint-Germer de Fly : 19 novembre

Rainardus, moine de Saint-Serge d’Angers : 25 novembre

Rainfredus, moine du Mont Saint-Michel : 16 novembre

Rainfredus, moine du Mont Saint-Michel : 18 juin

Rainodus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 8 novembre

Rannulfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 16 novembre

Rannulfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 1 juin

Rannulfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 21 novembre

Rannulfus, moine du Mont Saint-Michel : 18 juin

Ravengius : 24 juin

Reinaldus, moine de Sainte-Foy de Longueville-sur-Scie : 4 juin

Ricardus, moine : 22 juin

Ricardus, moine de la Trinité de Norwich : 24 juin

Ricardus, moine de Notre-Dame de Bernay : 24 novembre

Ricardus, moine de Saint-Étienne de Caen : 8 novembre

Ricardus, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 26 novembre

Ricardus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 28 novembre

Ricardus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 29 novembre

Ricardus : 22 juin

Ricardus : 22 novembre

Ricardus : 25 juin

Ricardus : 8 novembre

Richardus, abbé de Saint-Vanne de Verdun : 15 juin

Ricoardus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 17 juin

Riculfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 15 novembre

Riczo, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 11 novembre

Rivallo, moine du Mont Saint-Michel : 9 novembre

Robertus, moine : 15 juin

Robertus, moine de la Trinité de Norwich : 5 juin

Robertus, moine de Notre-Dame de Bernay : 2 juin

Robertus, moine de Notre-Dame de Bernay : 9 juin

Robertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 3 juin

Robertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 8 juin

Robertus, moine de Saint-Étienne de Caen : 16 juin

Robertus, moine de Saint-Étienne de Caen : 2 novembre

Robertus, moine de Saint-Étienne de Caen : 8 juin

Robertus, moine de Saint-Germer de Fly : 2 juin

Robertus, moine de Saint-Germer de Fly : 4 juin

Robertus, moine de Saint-Germer de Fly : 5 juin

Robertus, moine de Saint-Ouen de Rouen : 18 juin

Robertus, moine de Saint-Ouen de Rouen : 19 novembre

Robertus, moine de Saint-Ouen de Rouen : 1 juin

Robertus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 24 juin

Robertus, moine de Saint-Wandrille : 12 juin

Robertus, moine de Saint-Wandrille : 2 juin

Robertus, moine du Mont Saint-Michel : 12 juin

Robertus, moine du Mont Saint-Michel : 16 juin

Robertus : 17 novembre

Robertus : 25 juin

Robertus : 26 juin

Robertus : 2 novembre

Robertus : 9 juin

Robertus Bajocensis : 1 juin

Robertus de Brionna, moine de Saint-Wandrille : 17 juin

Roculfus : 30 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 11 juin

Rodulfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 26 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 4 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Gorgon de Gorze : 20 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 16 juin

Rodulfus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 19 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 20 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Pierre de Westminster : 3 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 23 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 28 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 29 novembre

Rodulfus, moine de Saint-Wandrille : 3 novembre

Rodulfus, moine du Mont Saint-Michel : 30 juin

Rodulfus : 7 novembre

Rogerius, convers de Notre-Dame de Bernay : 2 novembre

Rogerius, moine : 17 juin

Rogerius, moine : 8 novembre

Rogerius, moine de la Trinité de Norwich : 16 novembre

Rogerius, moine de la Trinité de Norwich : 24 novembre

Rogerius, moine de Saint-Étienne de Caen : 28 novembre

Rogerius, moine de Saint-Étienne de Caen : 30 novembre

Rogerius, moine de Saint-Étienne de Caen : 8 juin

Rogerius, moine de Saint-Germer de Fly : 14 novembre

Rogerius, moine de Saint-Ouen de Rouen : 19 novembre

Rogerius, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 4 novembre

Rogerius, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 30 juin

Rogerius, moine de Saint-Pierre de Préaux : 4 juin

Rogerius, moine de Saint-Pierre de Préaux : 7 juin

Rogerius, moine de Saint-Wandrille : 8 novembre

Rogerius, moine du Mont Saint-Michel : 12 novembre

Rogerius, moine du Mont Saint-Michel : 20 novembre

Rogerius, moine du Mont Saint-Michel : 9 juin

Rogerius : 12 juin

Rogerius : 24 juin

Romulus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 1 novembre

Rosiais : 15 novembre

Rotbertus, moine de Cluny : 7 novembre

Rotbertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 28 juin

Rotbertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 6 novembre

Rotbertus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 17 novembre

Rotbertus, moine de Saint-Wandrille : 7 novembre

Rotbertus, moine de Saint-Wandrille : 8 novembre

Rotbertus, moine du Mont Saint-Michel : 20 novembre

Rotbertus, moine du Mont Saint-Michel : 27 novembre

Rotbertus de Beccensis, moine de Notre-Dame du Bec Hellouin : 24 novembre

Rotbertus de Ver : 9 novembre

Rotgerus, moine du Mont Saint-Michel : 9 juin

S

Sanso, moine de Saint-Ouen de Rouen : 29 juin

Sanson, moine de Saint-Pierre de Préaux : 5 juin

Sasuualo, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 19 juin

Serbertus, moine de Saint-Pierre des Préaux : 4 juin

Serlo, moine : 14 juin

Sigifridus, abbé de Saint-Gorgon de Gorze : 12 juin

Sigifridus, moine de Notre-Dame de Bernay : 18 novembre

Siguinus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 9 juin

Simon, moine de Saint-Étienne de Caen : 7 novembre

Simon, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 12 juin

Simon : 30 juin

Sosanna : 7 novembre

Stephana, comtesse : 14 novembre

Stephanus, moine : 24 novembre

Stephanus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 18 novembre

Stephanus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 8 juin

Stephanus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 17 novembre

Stephanus, moine de Saint-Wandrille : 16 novembre

Stephanus, moine de Saint-Wandrille : 30 juin

Stephanus : 24 juin

Stephanus : 21 novembre

Sulpicius, moine de Saint-Germer de Fly : 17 juin

Supplicia : 15 juin

Susanna, moniale de Dijon : 15 novembre

Symon, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 4 juin

T

Tecelinus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 12 juin

Tescelinus : 22 novembre

Tetbaldus : 25 juin

Theodoricus : 27 novembre

Thomas, moine de Norwich : 5 novembre

Thomas, moine de Notre-Dame de Bernay : 17 novembre

Thomas, moine de Saint-Étienne de Caen : 26 juin

Thomas, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 11 novembre

Turfredus : 3 juin

Turgisus, moine du Mont Saint-Michel : 3 juin

Turoldus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 19 juin

Turoldus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 20 novembre

Turoldus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 8 juin

Turstanus, moine : 11 novembre

U

Ulbertus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 8 novembre

Ulketellus, moine de Norwich : 25 novembre

Ursus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 28 novembre

V

Villelmus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 15 juin

Vincentius, moine de Saint-Wandrille : 27 juin

Vualterius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 11 juin

Vualterius, moine de Sainte-Berthe de Blangis-sur-Ternoise : 2 novembre

Vualterius, moine de Saint-Germer de Fly : 26 novembre

Vualterius, moine de Saint-Germer de Fly : 9 novembre

Vualterius, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 5 juin

Vualterius, moine de Saint-Wandrille : 3 novembre

Vuaningus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 14 novembre

Vuarinus, moine du Mont Saint-Michel : 28 novembre

Vuarnerius, abbé de Saint-Germer de Fly : 5 juin

Vuarnerius, moine de Notre-Dame de Bernay : 18 novembre

Vuarnerius, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 7 novembre

Vuarnerius, moine du Mont Saint-Michel : 7 novembre

Vuarnerius : 22 novembre

Vuarnerus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 2 novembre

Vuato, moine de Saint-Germer de Fly : 19 novembre

Vuido, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 12 juin

Vuido : 22 novembre

Vuidricus : 11 juin

Vuillebertus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 3 juin

Vuillelmus, comte : 12 novembre

Vuillelmus, Miles : 13 novembre

Vuillelmus, moine : 13 novembre

Vuillelmus, moine de Cluny : 23 juin

Vuillelmus, moine de Notre-Dame de Bernay : 2 juin

Vuillelmus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 12 novembre

Vuillelmus, moine de Saint-Étienne de Caen : 19 juin

Vuillelmus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 9 novembre

Vuillelmus, moine de Saint-Wandrille : 5 novembre

Vuillelmus : 2 juin

Vvuillelmus, moine de Notre-Dame de Bernay : 21 novembre

W

Walchelinus, moine de Norwich : 17 juin

Walterius, moine : 16 novembre

Walterius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 24 juin

Walterius, moine de Saint-Germer de Fly : 26 novembre

Walterius, moine de Saint-Germer de Fly : 27 juin

Walterius, moine de Saint-Ouen de Rouen : 14 juin

Walterius, moine de Saint-Wandrille : 21 juin

Walterius, moine de Saint-Wandrille : 25 novembre

Walterius : 12 juin

Walterus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 26 novembre

Waterius, moine de Saint-Ouen de Rouen : 6 juin

Wibertius, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 13 juin

Wido, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 20 juin

Wido, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 27 novembre

Wido, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 29 novembre

Wido, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 30 novembre

Wido, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 6 novembre

Willelmus, clerc : 8 novembre

Willelmus, moine : 13 novembre

Willelmus, moine de la Trinité-du-Mont (Sainte-Catherine de Rouen) : 11 juin

Willelmus, moine de Notre-Dame de Reading : 25 novembre

Willelmus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 10 novembre

Willelmus, moine de Saint-Bénigne de Dijon : 12 novembre

Willelmus, moine de Saint-Bertin : 25 novembre

Willelmus, moine de Saint-Bertin : 8 juin

Willelmus, moine de Saint-Étienne de Caen : 11 novembre

Willelmus, moine de Saint-Germer de Fly : 20 juin

Willelmus, moine de Saint-Germer de Fly : 7 novembre

Willelmus, moine de Saint-Pancrace de Lewes : 7 juin

Willelmus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 24 novembre

Willelmus, moine de Saint-Pierre de Jumièges : 25 novembre

Willelmus, moine de Saint-Taurin d’Évreux : 29 juin

Willelmus, moine de Saint-Wandrille : 29 novembre

Willelmus, moine de Saint-Wandrille : 2 juin

Willelmus, moine du Mont Saint-Michel : 24 novembre

Willelmus : 16 novembre

Willelmus : 1 juin

Willelmus : 2 juin

Willelmus : 2 novembre

Willelmus : 4 juin

Willelmus : 6 juin

Willelmus : 9 juin

Willelmus Hurcenlou : 24 juin

Wliuua : 8 novembre

Wuillelmus, moine de Saint-Pierre de Préaux : 28 novembre

Toponymes

A

Angers (France, dép. Maine-et-Loire), Saint-Serge d’Angers : 25 novembre

B

Bayeux Bajoce (France, dép. Calvados) : 1 juin

Bernay Bernaium (France, dép. Eure), Notre-Dame de Bernay : 2 juin, 8 juin, 9 juin, 21 juin, 22 juin, 1 novembre, 2 novembre, 5 novembre, 17 novembre, 18 novembre, 21 novembre, 23 novembre, 24 novembre, 29 novembre

Blangy-sur-Ternoise (France, dép. Pas-de-Calais, cant. Auxi-le-Château), Sainte-Berthe de Blangis-sur-Ternoise : 2 novembre, 14 novembre

C

Caen Cadumum (France, dép. Calvados), Saint-Étienne de Caen : 1 juin, 7 juin, 8 juin, 9 juin, 16 juin, 19 juin, 22 juin, 24 juin, 26 juin, 2 novembre, 4 novembre, 7 novembre, 8 novembre, 9 novembre, 10 novembre, 11 novembre, 13 novembre, 17 novembre, 23 novembre, 26 novembre, 28 novembre, 30 novembre

Castillon-lès-Conches Castellio (France, dép. Eure, cant. Conches-en-Ouche, comm. Conches-en-Ouche), Saint-Pierre de Castillon : 13 juin

Cluny (France, dép. Saône-et-Loire), Cluny : 18 juin, 23 juin, 5 novembre, 7 novembre, 16 novembre, 28 novembre, 30 novembre

Corbie (France, dép. Somme), Saint-Pierre de Corbie : 9 juin

D

Dijon (France, dép. Côte-d’Or) : 3 juin, 22 juin, 5 novembre, 7 novembre, 29 novembre

Dijon (France, dép. Côte-d’Or), Saint-Bénigne de Dijon : 1 juin, 3 juin, 4 juin, 7 juin, 8 juin, 9 juin, 10 juin, 11 juin, 12 juin, 13 juin, 14 juin, 15 juin, 17 juin, 19 juin, 20 juin, 21 juin, 23 juin, 24 juin, 25 juin, 27 juin, 28 juin, 29 juin, 1 novembre, 2 novembre, 3 novembre, 4 novembre, 5 novembre, 6 novembre, 8 novembre, 10 novembre, 11 novembre, 12 novembre, 13 novembre, 14 novembre, 15 novembre, 16 novembre, 18 novembre, 20 novembre, 21 novembre, 22 novembre, 24 novembre, 26 novembre, 27 novembre, 28 novembre, 30 novembre

Dol-de-Bretagne Dolensis (France, dép. Îlle-et-Vilaine) : 21 juin

E

Évreux Ebroas (France, dép. Eure), Saint-Taurin d’Évreux : 4 juin, 7 juin, 8 juin, 12 juin, 14 juin, 15 juin, 24 juin, 29 juin, 6 novembre, 10 novembre, 11 novembre, 13 novembre, 14 novembre, 23 novembre, 28 novembre

G

Glastonbury (Angleterre, Somerset), Glastonbury : 15 juin, 16 juin

Gorze (France, dép. Moselle, cant. Les Coteaux de Moselle), Saint-Gorgon de Gorze : 12 juin, 24 juin, 4 novembre, 12 novembre, 20 novembre

J

Jumièges Gemmeticum (France, dép. Seine-Maritime, cant. Barentin), Saint-Pierre de Jumièges : 1 juin, 2 juin, 3 juin, 5 juin, 8 juin, 16 juin, 17 juin, 19 juin, 23 juin, 29 juin, 30 juin, 7 novembre, 8 novembre, 9 novembre, 11 novembre, 15 novembre, 16 novembre, 19 novembre, 20 novembre, 24 novembre, 25 novembre, 28 novembre, 29 novembre, 30 novembre

L

Le Bec-Hellouin Sanctus Martinus de Parco (France, dép. Eure, cant. Brionne), Notre-Dame-du-Bec : 24 juin

Les Préaux Pratellum (France, dép. Seine-Maritime, cant. Pont-Audemer), Saint-Pierre de Préaux : 4 juin, 5 juin, 6 juin, 7 juin, 9 juin, 16 juin, 21 juin, 25 juin, 17 novembre, 28 novembre, 29 novembre

Le Tréport (France, dép. Seine-Maritime, cant. Eu), Saint-Michel du Tréport : 3 novembre

Lewes (Angleterre, Sussex), Saint-Pancrace de Lewes : 5 juin, 6 juin, 7 juin, 15 juin, 16 juin, 4 novembre, 26 novembre, 27 novembre

Longueville-sur-Scie (France, dép. Seine-Maritime, cant. Luneray), Sainte-Foy de Longueville-sur-Scie : 4 juin

M

Mantes-la-Jolie (France, dép. Yvelines) : 5 juin

Meaux (France, dép. Seine-et-Marne), Saint-Faron : 27 juin, 7 novembre, 27 novembre, 28 novembre

Metz (France, dép. Moselle), Saint-Arnoul de Metz : 1 juin, 22 juin, 25 juin, 30 juin

Mont-Saint-Michel Mons Sancti Michaelis (France, dép. Manche, cant. Pontorson), Mont Saint-Michel : 3 juin, 7 juin, 8 juin, 9 juin, 11 juin, 12 juin, 15 juin, 16 juin, 18 juin, 19 juin, 21 juin, 23 juin, 24 juin, 28 juin, 29 juin, 30 juin, 1 novembre, 3 novembre, 4 novembre, 5 novembre, 7 novembre, 8 novembre, 9 novembre, 11 novembre, 12 novembre, 16 novembre, 20 novembre, 24 novembre, 26 novembre, 27 novembre, 28 novembre, 29 novembre

N

Norwich Norwycensis (Angleterre, Norfolk), La Trinité de Norwich : 3 juin, 5 juin, 7 juin, 17 juin, 18 juin, 23 juin, 24 juin, 5 novembre, 7 novembre, 16 novembre, 24 novembre, 25 novembre, 28 novembre

P

Paris (France), Saint-Germain-des-Prés : 29 juin

R

Reading (Angleterre, Berkshire), Notre-Dame de Reading : 6 juin, 26 juin, 3 novembre, 5 novembre, 24 novembre, 25 novembre

Rouen Rotomagus (France, dép. Seine-Maritime), La Trinité-du-Mont (Sainte-Catherine de Rouen) : 11 juin, 26 juin

Rouen Rotomagus (France, dép. Seine-Maritime), Sainte-Catherine-du-Mont : 9 juin

Rouen Rotomagus (France, dép. Seine-Maritime), Saint-Ouen : 1 juin, 4 juin, 6 juin, 14 juin, 16 juin, 18 juin, 27 juin, 29 juin, 30 juin, 9 novembre, 19 novembre

S

Saint-Denis (France, dép. Seine-Saint-Denis), Saint-Denis : 17 juin,

Saint-Germer-de-Fly (France, dép. Oise, cant. Grandvilliers), Saint-Germer : 2 juin, 4 juin, 5 juin, 9 juin, 14 juin, 17 juin, 18 juin, 20 juin, 21 juin, 27 juin, 30 juin, 1 novembre, 2 novembre, 4 novembre, 5 novembre, 7 novembre, 8 novembre, 9 novembre, 11 novembre, 14 novembre, 17 novembre, 19 novembre, 23 novembre, 25 novembre, 26 novembre, 27 novembre, 30 novembre

Saint-Omer (France, dép. Pas-de-Calais), Saint-Bertin : 2 juin, 3 juin, 8 juin, 9 juin, 12 juin, 13 juin, 14 juin, 18 juin, 20 juin, 22 juin, 24 juin, 30 juin, 1 novembre, 5 novembre, 11 novembre, 12 novembre, 17 novembre, 24 novembre, 25 novembre, 26 novembre

Saint-Pierre-sur-Dives (France, dép. Calvados), Notre-Dame de Saint-Pierre-sur-Dives : 20 juin

Saint-Wandrille-Rançon Sanctus Wandregisilus (France, dép. Seine-Maritime, cant. Caudebec-en-Caux), Saint-Wandrille : 2 juin, 3 juin, 4 juin, 5 juin, 7 juin, 12 juin, 17 juin, 21 juin, 25 juin, 27 juin, 29 juin, 30 juin, 1 novembre, 3 novembre, 4 novembre, 5 novembre, 6 novembre, 7 novembre, 8 novembre, 13 novembre, 16 novembre, 18 novembre, 19 novembre, 22 novembre, 28 novembre, 29 novembre

T

Tewkesbury (Angleterre, Gloucestershire), Abbaye de Tewkesbury : 21 novembre

Troarn Troarnum (France, dép. Calvados, cant. Troarn), Saint-Martin de Troarn : 4 juin, 18 juin, 21 juin, 9 novembre, 14 novembre, 19 novembre, 25 novembre

V

Verdun (France, dép. Meuse), Saint-Vanne de Verdun : 15 juin

W

Westminster Westmonasterium (Angleterre, Middlesex), Saint-Pierre de Westminster : 7 juin, 9 juin, 3 novembre, 5 novembre, 25 novembre

Haut de page

Notes

3 Voir la riche discussion entre R.-H. Bautier, J. Dufour, J.-L. Lemaitre, J. Dubois, C. Heitz et P. Riché qui fait suite à une communication de L. Falkenstein (Falkenstein, 1986, p. 23-27 et discussion p. 27-29). Je remercie L. Morelle de m’avoir fourni une copie de cette discussion.

4 Parisse, 1991, p. 462-463 (communication prononcée en 1985 lors du premier colloque international du CERCOR, Centre européen de recherche sur les congrégations et les ordres religieux).

5 Bulst, 1984 (surtout p. 325) ; Id., 1991 (surtout p. 40-41).

6 En témoignent certaines orientations de l’appel à communication du 140e congrès du comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS), Réseaux et société, organisé à Reims du 27 avril au 2 mai 2015 (http://cths.fr/_files/co/appel_reims_web.pdf).

7 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 159-168 et vol. II, 122-137 ; Lecouteux, à paraître (actes du 140e congrès du CTHS).

8 Ibid. Une association spirituelle entre deux communautés religieuses vise avant tout à définir les suffrages de prières réciproques à appliquer à l’annonce du décès d’un religieux de l’établissement associé. Elle ne prévoit que rarement de commémorations particulières à l’anniversaire de la mort du défunt. Ainsi, en cas d’absence de commémoration ou en cas de commémoration collective, il n’y a pas d’inscription au nécrologe. Les commémorations individuelles sont donc des exceptions : elles sont décidées au cas par cas et nécessitent l’aval de l’abbé (ou à défaut du prieur) et du chapitre.

9 Ibid. Si les moines d’établissements associés bénéficient fréquemment de commémorations individuelles à l’anniversaire de leur mort aux XIe et XIIe siècles, cette tendance s’atténue considérablement au cours des XIIe et XIIIe siècles, puis disparaît complètement aux XIVe et XVe siècles. Cette évolution a eu une répercussion directe sur l’inscription des moines associés dans les nécrologes et les obituaires.

10 Le développement des fondations de prières pour les laïcs constitue sans doute le changement le plus aisément perceptible (Lemaitre, 1980, t. I, p. 14-26).

11 Malgré leur grande richesse, les actes de confraternité (ou contrats de societas), les descriptions des suffrages pour les défunts et les listes de confraternités sont des sources traditionnellement ignorées par les historiens.

12 Pour la démonstration, voir Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 159-168 et vol. II, annexe nº 6, p. 71-146 (en particulier p. 122-137), ainsi que Lecouteux, à paraître. Les associations de prières durables sont généralement celles qui furent les plus étroites. Elles ont le plus souvent fait l’objet de commémorations individuelles (inscription au moins occasionnelle de défunts dans le nécrologe de l’établissement associé).

13 Avant le XIIIe siècle, les monastères constituent, avec les chapitres cathédraux, les principaux centres spirituels et intellectuels d’Occident. L’étude des associations de prières unissant entre eux ces établissements religieux (réseaux de confraternité) constitue de ce fait un champ de recherche essentiel pour la connaissance des liens et des échanges entre les centres culturels médiévaux.

14 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 502-625.

15 Ibid., part. 1, p. 60-121.

16 Ibid., part. 3, p. 353-630 (en part. le chap. 3, p. 483-630). Cette circulation de manuscrits s’observe surtout avant le XIIIe siècle, à l’époque de la grande activité des scriptoria monastiques et avant l’essor des centres intellectuels urbains (collèges et universités, près desquels se forment des ateliers de copie).

17 Le cas de la circulation de reliques au sein de réseaux de confraternité constitue un champ de recherche à explorer. Le don d’une relique du Précieux Sang par les moines de Fécamp à ceux du prieuré de la cathédrale de Norwich vers 1171 se place dans ce contexte : une association spirituelle étroite unissait en effet les deux établissements depuis l’abbatiat de Roger de Fécamp (1107-1139) et l’épiscopat d’Herbert de Losinga (1091-1119), ancien prieur de Fécamp (avant 1087). Voir Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 116.

18 La lettre du prieur R. de Fécamp au prieur D[ominique] de St-Bénigne de Dijon (v. 1001-1004), est à cet égard d’un grand intérêt : outre la circulation d’ouvriers et de livres (depuis la Bourgogne vers la Normandie), elle montre la fourniture de poissons, de cire ainsi que d’autres produits (probablement agricoles) de Fécamp à St-Bénigne dans les premières années du XIe siècle (Lecouteux, 2015, vol. I, pièce justificative nº VI, p. 283-286). Une édition critique de ce document sera prochainement proposée dans une revue à comité de lecture.

19 Dans le domaine musical, Guillaume de Volpiano a introduit la « notation a-p » dans les abbayes réformées par lui, si bien que cette notation se retrouve presque exclusivement dans les communautés membres du réseau spirituel volpianien ; de même, les neumes « de Fécamp » ne se rencontrent que dans les manuscrits d’établissements relevant du réseau de confraternité de ce monastère (ibid., part. 3, p. 419-421).

20 À titre d’exemple, l’influence réciproque, au XIe siècle, des scriptoria du Mont St-Michel et de la Trinité de Fécamp pour la décoration et la mise en page des manuscrits a été depuis longtemps mise en évidence par F. Avril (Avril, 1967). L’enluminure normande s’est ensuite développée, de la seconde moitié du XIe à la première moitié du XIIe siècle, dans un groupe d’abbayes qui recoupe localement le réseau de confraternité de la Trinité de Fécamp.

21 Dans le domaine de l’architecture, l’influence bourguignonne (Cluny et St-Bénigne de Dijon) est perceptible à Notre-Dame de Bernay, dépendance de Fécamp (Gazeau, 2002, p. 42). Il se trouve que des ouvriers avaient été envoyés de St-Bénigne de Dijon à Fécamp au début du XIe siècle (voir la lettre signalée en note 18).

22 C’est du moins ce que pourrait suggérer les interprétations conjointes de la Chronique de St-Bénigne de Dijon (Bougaud et Garnier, 1875, p. 137 : Ceperunt denique ex sua [Guillaume de Volpiano] patria, hoc est Italia, multi ad eum convenire. Aliqui litteris bene eruditi, alii diversorum operum magisterio docti, alii agriculture scientia prediti) et de la bordure inférieure de la scène nº 10 de la Tapisserie de Bayeux (Bouet et Neveux, 2013, p. 23 : « Cette scène révèle des innovations dans le monde agricole : charrue à roue tractée par un âne ou un mulet, herse tirée par un cheval de trait, avec collier d’épaule (dont c’est la première représentation) ») : Guillaume de Volpiano et ses disciples seraient-ils à l’origine de l’introduction, en Bourgogne puis en Lorraine et en Normandie, de nouvelles techniques agricoles, alors en usage en Italie du Nord (plaine du Pô) ?

23 La réception à Fécamp d’une spiritualité influencée par les milieux romualdien (Romuald de Ravenne et ses disciples) et clunisien (Maïeul de Cluny et ses disciples), par l’intermédiaire des abbés Guillaume de Volpiano (1001-1028) et Jean de Ravenne (1028-1078), est de ce point de vue éclairant. L’un et l’autre avaient été formés en Italie du Nord puis en Bourgogne avant leur intervention à Fécamp (Mancia, 2013, p. 197-241 ; Lecouteux, 2015, vol. I, part. 2, p. 287-352).

24 Dép. Seine-Maritime, cant. Fécamp. Pour la reconstitution du réseau de confraternité de cette abbaye, voir ibid., part. 1, p. 27-270 (en particulier p. 54-59 pour la description de la méthode). La clef de l’enquête est de se servir de la redondance des informations transmises dans les sources nécrologiques et confraternelles des communautés associées pour tenter de combler les pertes et les lacunes documentaires de l’abbaye étudiée.

25 Dans le cas de Fécamp, trois outils fondamentaux ont été sollicités : Normannia monastica de V. Gazeau (Gazeau, 2007), l’étude et l’édition critique du chartrier de la Trinité Fécamp de M. Bloche (Bloche, 2012) et l’enquête de N. Bulst sur la réforme monastique de Guillaume de Volpiano (Bulst, 1973). Ces travaux fournissent de nombreuses références aux sources manuscrites et imprimées utiles à l’enquête.

26 La version publiée de ma thèse aura pour objectif de fournir une approche méthodologique et didactique détaillée destinée à faciliter la reconstitution des réseaux de confraternité.

27 La localisation des lieux (dép., cant., c.) sera précisée en note à la première occurrence du nom. Afin de faciliter les décomptes d’établissements dans les analyses qui suivent, j’ai fait le choix de présenter les résultats correspondants en chiffres arabes.

28 Sur 75 établissements potentiellement liés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp, seules 22 maisons disposent encore de sources nécrologiques exploitables (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 127-133).

29 Pour N. Bulst, « les liens étroits qui unissaient Fécamp à Jumièges vers 1017 sous la conduite de Thierry et qui avaient fait des deux établissements comme un unique monastère, se brisèrent sous l’abbatiat de Guillaume de Jumièges (1027-1038) » (Bulst, 1984, p. 320) ; les liens entre Fécamp et le Mont St-Michel ne seraient perceptibles que jusqu’au milieu du XIe siècle (ibid., p. 323-324). Les résultats présentés dans le tableau nº 1 vont à l’encontre de ces deux affirmations.

30 Dép. Côte-d’Or, cant. Dijon.

31 Dép. Seine-Maritime, cant. Barentin.

32 Dép. Manche, cant. Pontorson, c. Le Mont-Saint-Michel.

33 Dép. Eure, cant. Évreux.

34 Dép. Eure, cant. Gaillon, c. Clef-Vallée-d’Eure.

35 Dép. Saône-et-Loire, cant. Cluny.

36 Dép. Jura, cant. Saint-Claude.

37 Dép. Ville de Paris.

38 Dép. Seine-et-Marne, cant. Meaux.

39 Dép. Moselle, cant. Metz.

40 Dép. Moselle, cant. Les Coteaux de Moselle.

41 Dép. Nord, cant. Sin-le-Noble, c. Pecquencourt.

42 Pour l’examen de ce matériau nécrologique, voir Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 122-210.

43 Comme déjà évoqué plus haut, il faut tenir compte de l’évolution de la commémoration individuelle pour les moines associés (Xe-XIIIe siècle) vers une commémoration collective pour l’ensemble de la communauté sœur (XIIe-XVe siècle).

44 Les références sont précisées entre crochets ; il s’agit le plus souvent de renvois au Répertoire des documents nécrologiques français de J.-L. Lemaitre et au Recueil des rouleaux des morts de J. Dufour. Merci à L. Morelle, qui m’a communiqué l’article de L. Falkenstein signalant dans le ms Reims, BM, 346, fol. 198v (Lemaitre, 1980, nº 1699) une association spirituelle entre les abbayes de St-Remi de Reims (dép. Marne, cant. Reims) et de la Trinité de Fécamp (Falkenstein, 1977-1978, p. 431) : cette association, dans un texte très effacée sur le document original et illisible sur le microfilm, m’avait échappé.

45 Ces informations sont fournies dans la table des matières de la chronique des frères Mareste d’Alge, dressée par dom Abraham Ferray en 1708 (ms Montivilliers, BM, 5, fol. 5-v). La liste des monastères associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp n’a pas été reproduite dans cette table. Comme les communautés les plus étroitement associées sont généralement celles ayant laissé le plus de traces dans la documentation nécrologique, il est probable que la majorité des communautés spirituellement proches de Fécamp figurent parmi les 53 établissements identifiés.

46 Il s’agit d’un assemblage artificiel de fragments de manuscrits recueillis à la BnF au cours du XIXe siècle : feuillets volants, pages de gardes extraites lors de la réfection de reliures et fragments de parchemins ou de papiers divers furent réunis sous la même couverture. Les différentes unités codicologiques observées, au nombre de 63, sont très hétérogènes et sont datables de la fin du VIIIe à la fin du XVIIIe siècle (description sommaire dans Omont, 1903, p. 29-30).

47 Dép. Eure, cant. Brionne, c. Le Bec-Hellouin.

48 Dép. Seine-Maritime, cant. Notre-Dame-de-Gravenchon, c. Saint-Wandrille-Rançon.

49 Dép. Seine-Maritime, cant. Rouen.

50 Dép. Seine-Maritime, cant. Pont-Audemer, c. Les Préaux.

51 Dép. Calvados, cant. Caen.

52 Dép. Calvados, cant. Troarn.

53 Dép. Seine-Maritime, cant. Eu.

54 Dép. Oise, cant. Grandvilliers.

55 Ces établissements bénéficiaient au Bec de services de prières importants (Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 139-141 ou fol. 73-74 ; Porée, 1901, I, p. 482-485). De plus, le nécrologe du Bec conservait la mémoire de moines et d’abbés appartenant à la plupart de ces établissements. En témoignent les extraits relevés par dom Jacques Jouvelin (Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 141-147 ou fol. 74-78). Notons toutefois que St-Étienne de Caen, St-Taurin d’Évreux et St-Germer de Fly n’apparaissent pas dans ces extraits.

56 Ainsi, B. Schamper : Schamper, 1989, p. 307.

57 Dép. Pas-de-Calais, cant. Saint-Omer.

58 Jean-Loup Lemaitre identifie ce monastère à St-Arnoul de Crépy (dép. Oise, cant. Crépy-en-Valois). Il s’agit en fait de St-Arnoul de Metz (dép. Moselle, cant. Metz).

59 Dom Jouvelin a soigneusement relevé les suffrages appliqués au Bec pour chaque établissement associé à cette abbaye (Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 139-141 ou fol. 73-74) ; ce document a été en grande partie traduit par l’abbé Porée (Porée, 1901, I, p. 482-484 ; avec toutefois quelques omissions et difficultés d’identification d’établissements) puis commenté par dom Laporte (Laporte, 1956, p. 152-155).

60 Dép. Orne, cant. Rai, c. Saint-Évroult-Notre-Dame-du-Bois.

61 Dép. Eure, cant. Breteuil, c. La vieille-Lyre.

62 Dép. Eure, cant. Beuzeville.

63 Dép. Manche, Cant. Créances.

64 Angleterre, comté du Kent.

65 Les suffrages appliqués au Bec pour les moines de ces établissements étaient constitués de sept offices pléniers et de la récitation pendant 25 jours du Verba mea avec l’oraison Inclina Domine (cas à part pour les défunts de Lyre, pour qui l’on célébrait un trentain conventuel et des messes basses ; Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 139 et 140-141 ou fol. 73 et 73v-74 ; Porée, 1901, I, p. 482 et 485). Il est remarquable que plusieurs abbés de ces maisons apparaissent dans les extraits du nécrologe du Bec relevés par dom Jouvelin (Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 141-147 ou fol. 74-78).

66 Les suffrages appliqués au Bec pour les moines de St-Bénigne de Dijon n’étaient constitués que de trois offices, et le monastère bourguignon se trouve noyé au sein d’une liste de 42 établissements bénéficiant de services de prières identiques, loin derrière les établissements plus étroitement associés, bénéficiant de sept offices pléniers (Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 140 ou fol. 73v ; Porée, 1901, I, p. 483-484). Aucun moine de St-Bénigne n’apparaît d’ailleurs dans les extraits du nécrologe du Bec de dom Jouvelin. Les moines du Bec ne sont pas non plus représentés dans les nécrologes de Dijon (Schamper, 1989). Le Bec n’apparaît pas davantage dans les descriptions de services de prières et dans les listes de confraternités pourtant bien conservés pour St-Bénigne de Dijon (ibid., p. 21-32).

67 Inscription soit directement à l’encre rouge, soit à l’encre noire rehaussée de rouge.

68 « Bien que fragmentaire, ce texte mériterait d’être publié et étudié de manière approfondie » (Lemaitre, 1987, nº 342a).

69 Ces deux feuillets ont autrefois servi de remploi dans une reliure. Des déchirures, des trous et de petits morceaux de parchemin collés altèrent le texte en plusieurs endroits. Les bords brunis, l’encre partiellement effacée, les grattages et la restauration du folio 34 avec du papier de Chine rendent la lecture parfois malaisée.

70 Pour disposer du nécrologe complet, il conviendrait de retrouver les dix autres feuillets, qui pourraient eux aussi avoir été remployés dans des reliures. Les deux feuillets subsistants représentent de 15 à 20 % du nécrologe.

71 Ou plus exactement les 16 premiers jours de chaque mois. Les feuillets étant réglés à 32 lignes par page, deux lignes étaient donc réservées à chaque jour.

72 En fonction des mois, le verso contenait donc vraisemblablement douze (mois de février), quatorze (mois de 30 jours) ou quinze jours (mois de 31 jours).

73 Sur ces abbés, voir Gallia Christiana, IX, col. 790-791 et Garand, 1995, p. 14, n. 18 : « Garnier devint abbé de St-Germer de Fly en 1058 ; il quitta sa charge en 1084 et mourut dans la retraite en 1095. »

74 Ils représentent 29 % du nombre total des inscriptions de moines avec mention d’origine.

75 Ces deux mentions de première main sont en tête de ligne. La mention d’un moine de Cluny au 16 nov., Girardus/Gerardus, est à souligner : ce moine pourrait correspondre à celui inscrit de première main dans le plus ancien nécrologe de St-Martial de Limoges, confectionné avant 1065 (Wollasch, 1982, 16 nov., inscript. nº 9).

76 304 noms de moines avec mention d’origine (soit 71 % du nombre total d’inscriptions de ce type) ont été inscrits de seconde main. Il s’agit de moines décédés entre 1095 / 1100 et 1200.

77 Au 24 juin, l’abbé Boson est le quatrième nom inscrit sur les douze entrées que comporte ce jour.

78 Cette période est également cohérente d’un point de vue paléographique : il s’agit de mains comparables à celles qui sont actives en Normandie entre la seconde moitié du XIe et la fin du XIIe siècle.

79 Dans l’ordre : le Mont St-Michel (rang 3), St-Wandrille (rang 4), St-Pierre de Jumièges (rang 5), St-Étienne de Caen (rang 6), N-D. de Bernay (dép. Eure, cant. Bernay, rang 8), St-Taurin d’Évreux (rang 9), St-Ouen de Rouen (rang 11), St-Pierre de Préaux (rang 11), St-Martin de Troarn (rang 16) et la Trinité-du-Mont / Ste-Catherine de Rouen (rang 21).

80 St-Germer de Fly (rang 2), monastère situé en zone frontalière, compte de nombreux Normands parmi ses bienfaiteurs (Lohrmann, 1973, p. 193-257).

81 Les 3 abbayes non normandes de rang compris entre 1 et 13 sont situées en Bourgogne (St-Bénigne de Dijon, rang 1), en Flandre (St-Bertin, rang 7) et en Angleterre (Norwich, comté de Norfolk, rang 10).

82 N-D. du Bec, St-Pierre de Castillon (dép. Eure, cant. Conches-en-Ouche), N-D. de St-Pierre-sur-Dives (dép. Calvados, cant. Livarot), Ste-Foy de Longueville (dép. Seine-Maritime, cant. Luneray), St-Michel du Tréport.

83 Ainsi, sur le continent : en Bourgogne (St-Bénigne de Dijon et Cluny, aux rangs 1 et 14), en Picardie (St-Germer de Fly et Corbie [dép. Somme, cant. Corbie], aux rangs 2 et 25), en Flandre (St-Bertin et Ste-Berthe de Blangy [dép. Pas-de-Calais, cant. Auxi-le-Château, c. Blangy-sur-Ternoise], aux rangs 7 et 23), en Lorraine (St-Gorgon de Gorze, St-Arnoul de Metz et St-Vanne de Verdun [dép. Meuse, cant. Verdun], aux rangs 16, 19 et 25), en Île-de-France (St-Faron de Meaux, St-Germain-des-Prés et St-Denis [dép. Seine-Saint-Denis, cant. Saint-Denis], aux rangs 19, 21 et 25) et en Anjou (St-Serge d’Angers [dép. Maine-et-Loire, cant. Angers], rang 25). Dans cet ensemble très dispersé, seules St-Gorgon de Gorze et St-Arnoul de Metz relèvent du même diocèse : celui de Metz.

84 En Angleterre : comtés de Norfolk (Norwich, rang 10), du Sussex (Lewes, rang 13), du Berkshire (Reading, rang 15), du Middlesex (Westminster, rang 18), du Somerset (Glastonbury, rang 23), du Hampshire (Winchester, rang 25) et du Gloucestershire (Tewkesbury, rang 25). La présence de ces 7 établissements, dans la partie méridionale et centrale du royaume d’Angleterre, conforte l’hypothèse d’un document élaboré pour une abbaye normande au cœur de l’espace anglo-normand.

85 St-Germer de Fly (rang 2 mais en marge du diocèse de Rouen), St-Wandrille (rang 4), St-Pierre de Jumièges (rang 5), St-Ouen de Rouen (rang 11), la Trinité-du-Mont (rang 21), N-D. du Bec (rang 25), Ste-Foy de Longueville (rang 25) et St-Michel du Tréport (rang 25).

86 Il faut relativiser la présence de St-Pierre-sur-Dives, qui n’apparaît qu’une fois dans le nécrologe et qui est située sur la rivière Dives, au nord du diocèse de Sées, près des diocèses de Lisieux et de Bayeux ainsi que des abbayes de St-Martin de Troarn et de St-Étienne de Caen, elles aussi dans la liste. À l’inverse, bien qu’éloigné du diocèse de Rouen et situé au sud-ouest de la province ecclésiastique de Rouen, le Mont St-Michel occupe une place remarquable (3e rang).

87 4 des 7 abbayes du diocèse de Rouen sont situées en vallée de Seine (rangs 4, 5, 11 et 21).

88 La date de fondation de ce prieuré clunisien était enregistrée dans les Annales mineures de Fécamp (Lecouteux, 2015, vol. II, annexe 7, p. 188, année 1093 : Constructio sanctae Fidis Longueuillae). L’œuvre originale, perdue, est connue grâce à trois copies de la première moitié du XIIIe siècle.

89 Le réseau spirituel volpianien désigne les établissements réformés par l’abbé Guillaume de Volpiano et qui étaient unis entre eux par la prière.

90 On considère généralement, depuis les travaux de N. Bulst, que le réseau spirituel volpianien a peiné à survivre à la mort de son fondateur, Guillaume de Volpiano, en 1031 et que « la filiation de St-Bénigne » ne continua ensuite que sous forme réduite. Cet abbé avait en effet assuré la cohésion de l’ensemble grâce à d’incessants déplacements et au recours au multi-abbatiat. N. Bulst a mis en doute la survivance de ce réseau après la première génération des disciples de Guillaume, donc le milieu du XIe siècle (Bulst, 1984, en particulier p. 320 et 325 et Id., 1991, en particulier p. 40-41). Si l’essoufflement du mouvement est bien réel, ce document témoigne cependant de la persistance par branches (normande, messine, bourguignonne…) du réseau spirituel volpianien sur une période plus longue que ne l’avait envisagé cet auteur.

91 Le Mont St-Michel, St-Pierre de Jumièges, N-D. de Bernay et St-Ouen de Rouen apparaissent bien dans la « liste des monastères et églises unis par la fraternité à l’abbaye du Bec », éditée par l’abbé Porée d’après dom Jouvelin (Porée, 1901, t. I, p. 482-485 ; Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 139-141 ou fol. 73-74). Les extraits du nécrologe du Bec mentionnent des abbés de ces 4 établissements (Paris, BnF, ms lat. 13905, p. 141-147 ou fol. 74-78). Plusieurs abbés du Bec sont également inscrits dans les documents nécrologiques conservés pour le Mont St-Michel et St-Pierre de Jumièges (Gazeau, 2007, II, p. 7-27).

92 À l’exception toutefois de St-Bénigne de Dijon, qui bénéficiait de services spirituels modestes au Bec (voir plus haut). Les abbayes de St-Gorgon de Gorze, St-Arnoul de Metz, St-Faron de Meaux et St-Germain-des-Prés sont absentes des listes de confraternités du Bec ainsi que des extraits de nécrologes relevés par dom Jouvelin et édités par l’abbé Porée (voir les références données ci-dessus).

93 Le Mont St-Michel, St-Pierre de Jumièges, N-D. de Bernay, St-Taurin d’Évreux, St-Ouen de Rouen, St-Pierre de Préaux et St-Martin de Troarn.

94 Cluny (Bourgogne) et Westminster (Angleterre, Middlesex).

95 Hormis St-Étienne de Caen et St-Germer de Fly, qui bénéficiaient de suffrages importants, les abbayes de St-Bénigne de Dijon, de la Trinité-du-Mont de Rouen et de Glastonbury ne bénéficiaient que de services de prières plus modestes, à trois offices.

96 St-Bertin, la Trinité de Norwich, St-Pancrace de Lewes, Reading, St-Gorgon de Gorze, St-Arnoul de Metz, St-Faron de Meaux, St-Germain-des-Prés, Ste-Berthe de Blangy.

97 D’après la liste de confraternités de Jumièges éditée par dom Jean Laporte (Laporte, 1956, p. 187-188), St-Germain-des-Prés serait l’unique établissement non normand associé à Jumièges mentionné dans ces fragments. Il existe aussi de fortes divergences entre le contenu du ms 2389 et celui du nécrologe de St-Pierre de Jumièges. D’après les deux listes de confraternités conservées pour St-Ouen de Rouen (Pommeraye, 1662, p. 185-186 ; Rouen, Bibl. mun., ms 391 [A 550], fol. 197v-198), seuls St-Germer de Fly, St-Faron de Meaux et St-Bénigne de Dijon seraient associés à St-Ouen et mentionnés dans ces fragments.

98 38 % des établissements du tableau 3a apparaissent dans la liste de confraternités conservée pour St-Pierre de Jumièges, 33 % dans les listes de confraternités conservées pour St-Ouen de Rouen et 63 % pour N-D. du Bec.

99 St-Bénigne de Dijon, le Mont St-Michel, St-Pierre de Jumièges, St-Taurin d’Évreux, St-Pierre de Cluny, St-Gorgon de Gorze, St-Arnoul de Metz, St-Faron de Meaux et St-Germain-des-Prés. Un dixième, N-D. du Bec, apparaît une seule fois (voir tableau 3b).

100 Ste-Berthe de Blangy n’apparaît pas dans les listes de confraternités de N-D. du Bec, de N-D. de St-Évroult, du Mont St-Michel, de St-Pierre de Jumièges et de St-Ouen de Rouen, ni dans les autres nécrologes normands conservés.

101 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 87-88.

102 L’abbaye N-D. de Montivilliers (dép. Seine-Maritime, cant. Le Havre), placée sous la dépendance de Fécamp seulement entre 1025 et 1035, n’apparaît pas (ibid.).

103 Ils apparaissent chacun au moins 13 fois dans ces fragments (soit, par extrapolation sur les 12 mois de l’année, au moins 78 fois) : ces établissements bénéficiaient donc d’inscriptions fréquentes de leurs défunts dans ce nécrologe. Cette présence dénote de liens spirituels très étroits avec le propriétaire du document. Ces 12 abbayes représentent à eux seuls la moitié des établissements mentionnés plus d’une fois.

104 Id., vol. I, part. 1, étape 1, p. 60-117.

105 Fécamp fut réformée par des moines de St-Bénigne de Dijon, parmi lesquels Guillaume de Volpiano, Jean de Ravenne et le prieur Thierry (av. 1017) sont les plus connus. À l’inverse, un noble anglo-saxon prit l’habit à Fécamp sous le nom de Clément puis demanda son transfert à St-Bénigne de Dijon.

106 Le cas le mieux documenté est celui du poète et érudit Adelelm, moine de St-Germer de Fly puis de Fécamp au début du XIIe siècle.

107 Au moins deux moines de Fécamp ont pris la direction du Mont en tant qu’abbés : Thierry (1023-1027) et Raoul (v. 1048-1058 / 9). Le cas de Suppon (1033-v. 1048) est plus incertain.

108 L’abbé Durand de St-Martin de Troarn (1059-1088) était un ancien moine de St-Wandrille puis de la Trinité de Fécamp (où il fut le porte-crosse de l’abbé Jean de Ravenne). Gerbert fut moine de Fécamp avant de devenir abbé de St-Wandrille (1063-1090).

109 Les abbés de Jumièges Thierry (v. 1017-1027) et Tancard (1097-1101) étaient originaires de Fécamp.

110 L’abbé de Fécamp Guillaume de Rots (1078-1107) avait été moine de St-Étienne de Caen.

111 L’abbaye N-D. de Bernay devait choisir ses custodes puis ses abbés parmi les moines de Fécamp. Les trois premiers furent Thierry (1025-1027), Raoul (1027-v. 1048 ou 1058 / 9) et Vital (1058 / 9 ?-1076).

112 Comme ceux de N-D. de Bernay (voir la note précédente), les moines de St-Taurin d’Évreux devaient choisir leur abbé parmi ceux de Fécamp.

113 L’ancien prieur de Fécamp Herbert de Losinga est le fondateur du prieuré de la cathédrale de Norwich, dont il était alors l’évêque (1091-1119).

114 L’abbé Nicolas de St-Ouen (1042-1092) était un ancien oblat de Fécamp.

115 En 1078, un ancien moine de Fécamp, Pierre, s’est retiré à Préaux pour finir ses jours.

116 Les deux premiers abbés de St-Pierre de Castillon / Conches, Gilbert (1035-apr. 1063) et Guillaume (?-?), étaient d’anciens moines de Fécamp.

117 Saint-Pierre de Cluny a fourni deux de ses moines comme abbés à Fécamp : Guillaume de Volpiano et Henri de Sully (1140-1187).

118 L’abbaye de Troarn fut à l’origine fondée et dirigée par d’anciens moines de Fécamp : Gilbert (v. 1050-1059) et Durand (1059-1088).

119 L’ancien moine de Fécamp et abbé de Bernay Vital fut abbé de Westminster (1076-1085).

120 Le moine de Fécamp Benoît a quitté son abbaye d’origine pour Gorze puis pour St-Arnoul de Metz.

121 Voir la note précédente.

122 Lescelin, un ancien moine de Fécamp, est devenu abbé de St-Arnoul de Crépy-en-Valois (v. 1008-1031) puis de St-Faron de Meaux (1031-?).

123 L’abbé de Fécamp Richard de Treigos (1259 / 60-1286) était originaire de la Trinité-du-Mont.

124 Dépendance de Fécamp, l’abbaye de Ste-Berthe de Blangy avait à sa tête des moines du monastère normand.

125 C’est le cas de St-Bénigne de Dijon (~500 km), du Mont St-Michel (~240 km), de la Trinité de Norwich (~470 km), de St-Pierre de Cluny (~620 km), de Westminster (~300 km), de St-Gorgon de Gorze (~510 km), de St-Arnoul de Metz (~520 km) et de St-Faron de Meaux (~250 km).

126 Seuls des transferts de moines entre Fécamp et les 5 établissements suivants ne sont pas à ce jour attestés : St-Bertin, St-Pancrace de Lewes, Reading, St-Germain-des-Prés et Glastonbury.

127 Parmi les établissements apparaissant dans le tableau 3a, 11 figurent dans le tableau 2a, 10 dans le tableau 2b et 1 seul dans le tableau 2c.

128 Ce pourcentage est nettement supérieur à ceux obtenus pour N-D. du Bec (63 %), St-Pierre de Jumièges (38 %) et St-Ouen-de Rouen (33 %) à partir de leurs listes de confraternités respectives.

129 Les établissements non identifiés comme étant liés à Fécamp lors des deux premières étapes de la reconstitution du réseau de confraternité de Fécamp ont été inscrits en italique et en gris foncé dans les tableaux 3a et 3b (le reste de la ligne est présenté sur fond gris).

130 Le répertoire de J.-L. Lemaitre ne fournit pas d’entrée pour St-Bertin. Il en est de même pour St-Pancrace de Lewes dans les travaux de J. Gerchow (Gerchow, 1988, p. 218-299), signalés par J.-L. Lemaitre dans sa notice « Necrologia » du Repertorium fontium historiae medii aevi.

131 St-Omer, Bibl. mun., ms 746, t. II, fol. 119v-120v. Cette liste a été éditée par l’abbé Bled (Bled, 1901, p. 407-409).

132 Les deux premières, St-Winoc de Berck et Auchy, dépendaient de St-Bertin. Les deux suivantes sont St-Pierre de Gand (St-Pierre du Mont Blandin) et St-Amand. Fécamp précède dans cette liste St-Pierre de Corbie, St-Pierre d’Affligem, St-Sauveur d’Anchin, St-Pierre de Lagny, St-Vaast d’Arras, la cathédrale de Cantorbéry et St-Remi de Reims.

133 Le nécrologe de Fécamp ne comportant aucune mention de moines de St-Bertin de première main, ces liens étroits se concrétisèrent donc au mieux autour de 1100.

134 St-Bertin n’apparaît pas non plus dans les listes de confraternités conservées pour le Bec, le Mont St-Michel, St-Pierre de Jumièges, St-Ouen de Rouen et N-D. de St-Évroult.

135 Ce n’est pas la première fois qu’un lien entre les associations spirituelles contractées et les possessions du monastère peut être observé : les abbayes normandes des diocèses de Rouen, d’Évreux, de Lisieux et de Bayeux qui étaient associées avec Fécamp se trouvent très souvent à proximité de possessions fécampoises, ce qui facilitait le maintien de contacts réguliers entre ces établissements.

136 À la suite de la conquête de l’Angleterre en 1066, le roi Guillaume le Conquérant s’était toutefois réservé, pour des raisons à la fois stratégiques, mémorielles et pénitentielles, les terres d’Hastings qui appartenaient alors aux moines de Fécamp : il les leur échangea contre le domaine de Bury et il fonda l’abbaye de Battle à quelques miles au nord d’Hastings en 1070.

137 Hormis Hastings (voir la note précédente), ces possessions (dont certaines avaient été acquises par Fécamp dès avant la conquête de 1066) sont confirmées dans le Domesday book dressé en 1086.

138 Sur cette question, voir les travaux récents d’E. van Houts et de R. C. Love, présentés le 22 mars 2013 au CRAHAM. Il était question de deux sources touchant à l’histoire de la famille de Warenne : l’épitaphe gravée sur la tombe de Gundrade de Warenne et la Chronique de Warenne. Ces documents ont été édités et traduits en anglais : Van HoutsLove, 2013.

139 Sur la famille de Varenne dans les archives de Fécamp : Bloche, 2012, nº 63, 74, 75, 83, 99, 100, 124, 135, 233.

140 Ce qui a permis à Victor Leroquais de localiser précisément l’origine de ce livre liturgique (Leroquais, 1935, p. 2-12). Cette origine est confirmée par la présence d’un titre des suffrages faisant explicitement référence à St-Pancrace de Lewes au fol. 249v. Ce bréviaire-missel clunisien, vendu le 24 décembre 1934, correspond aujourd’hui au ms Cambridge, Fitzwilliam Museum, 369 (Davril, 1983, en particulier p. 108 et 115). Sur la réception de la liturgique clunisienne à St-Pancrace de Lewes, voir Hiley, 1986, p. 81.

141 Il existe bien un fragment du nécrologe de Lyre du XIIe siècle (Lemaitre, 1980, nº 486), mais celui-ci, qui ne contient que 5 jours, du 1er au 5 janvier, n’est guère exploitable (Paris, BnF, ms lat. 11053, fol. 1).

142 C’est ce que suggère l’état de conservation des deux feuillets, un temps collés l’un à l’autre (des petits bouts de parchemins restés collés sont signalés dans l’édition du document, p. 61-79).

143 Au sujet de ces manuscrits : Lecouteux, 2007, p. 7-13 et la liste p. 50. Les manuscrits de Fécamp conservés à la BnF ne possédant plus aujourd’hui de reliure médiévale, ces fragments pourraient provenir de n’importe lequel de ces manuscrits. Il convient cependant de privilégier les volumes reliés au XIXe siècle (ce qui exclut nombre de manuscrits provenant des fonds Bigot et Mareste d’Alge, qui comportent des reliures du XVIIe siècle propres à leurs collections).

144 Henri Omont ayant mentionné pour la première fois l’existence du ms 2389 dans l’inventaire des nouvelles acquisitions du département des mss de la BnF correspondant à la période 1900-1902 (Omont, 1903, p. 29-30), ce recueil factice fut vraisemblablement constitué au plus tôt en 1900. Mais comme il s’agit du dernier des quatre manuscrits de grand format signalés, peut-être n’a-t-il été réalisé qu’au cours de l’année 1902. Cette fourchette de dates (1900-1902) permettra peut-être d’identifier le ou les relieurs de la BnF qui travaillaient à cette époque, grâce notamment aux registres de trains de reliure (la reliure du ms 2389 n’est malheureusement pas signée. Il s’agit d’une demi-reliure de parchemin naturel avec pièce de titre sur peau rouge et plats de carton mouchetés).

145 Il s’agit du fol. 8 (fragment du Rouen, Bibl. mun., ms 1407 [O. 55], un recueil de vies de saints provenant de St-Évroult entré en possession des moines de St-Ouen de Rouen au XVIIe siècle), et du fol. 19 (correspondant au premier feuillet du ms Rouen, Bibl. mun., 425 [A 178], un recueil du pseudo-Athanase copié par le scribe du Mont St-Michel Hilduin dans les années 1060, mais ayant appartenu depuis cette époque à l’abbaye de Fécamp. Voir Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 592).

146 Le fol. 59, daté de la Toussaint 1362, concerne la Normandie et pourrait donc lui aussi être le fragment d’un manuscrit provenant de la Bibliothèque municipale de Rouen. Henri Omont, dans l’inventaire de 1903 cité plus haut, décrit ainsi ce feuillet : « Parties de la pelleterie délivrée pour mons. le duc de Normendie, dalphin de Viennois. »

147 C’est ce qu’indique Henri Omont dans l’introduction du catalogue.

148 Tous mes remerciements à Charlotte Denoël, conservatrice à la BnF, qui m’a signalé en septembre 2014 l’existence d’un « récolement des manuscrits rouennais, non daté, conservé sous la cote Archives modernes 638 (1) » (deux liasses). Ce récolement montre qu’il y a eu des relations entre la BnF et la Bibliothèque municipale de Rouen au cours du XIXe siècle.

149 C’était le cas de nombreux manuscrits provenant de l’ancienne bibliothèque monastique de Fécamp, puisque plusieurs volumes avaient été fortement endommagés par l’humidité au XVIe siècle.

150 Charlotte Denoël m’a indiqué, en octobre 2014, que «  la majorité des archives du service de la restauration débutent dans les années 1920, et [qu’]il n’y a quasiment pas de dossier pour la seconde moitié du XIXe siècle », ce qui réduit considérablement les chances de trouver des renseignements au sujet des restaurations de manuscrits de Rouen dans les archives de la BnF. En revanche, Claire Basquin, conservatrice à la Bibliothèque municipale de Rouen, m’a précisé qu’« une campagne de restauration a en effet été menée à la bibliothèque de Rouen au XIXe siècle par la Bibliothèque nationale sur les manuscrits ». À la suite du déménagement de la bibliothèque en 1888, qui a provoqué la perte de nombreuses pièces d’archives, puis de l’incendie de 1926, qui a ravagé les archives municipales, peu d’informations subsistent sur les campagnes de reliure de cette époque. Élodie Perrot, restauratrice à la Bibliothèque municipale de Rouen, m’a néanmoins signalé qu’une campagne de re-reliure a été menée par André Pottier, directeur de la Bibliothèque de 1832 à 1867, sur 1020 volumes du fonds précieux, mais la plupart furent semble-t-il confiés au relieur rouennais Louis-Joseph Cassassus. Je remercie vivement mesdames Denöel, Basquin et Perrot pour l’aide et le temps qu’elles ont consacrés à cette enquête.

151 Il pourrait s’agir de l’un des manuscrits à reliure très caractéristique, en peau mégissée blanche enduite d’une substance brunâtre ayant laissé très nettement visible le passage du pinceau comme c’est le cas pour Rouen, Bibl. mun., ms 425 (A. 178). Plusieurs ont déjà été repérés, en provenance de Fécamp : Rouen, Bibl. mun., mss 79 (A 169), 133 (A 154) et 445 (A 89). Ces quatre manuscrits ont la particularité de posséder (ou d’avoir possédé, dans le cas du 445, qui en conserve seulement les traces en marge) un petit feuillet de papier inséré devant l’actuel fol. 2 où sont inscrites une ancienne cote (ce n’est ni la cote actuelle, ni celle du catalogue de 1886) et la mention « à relier en peau ». La Bibliothèque municipale de Rouen conserve sans doute d’autres manuscrits reliés de cette façon. Charlotte Denoël m’a confié de son côté, dans un courriel du 20 octobre 2014, qu’il existait « des reliures en parchemin refaites de manière similaire » dans plusieurs fonds de la BnF. Un repérage systématique de l’ensemble des manuscrits reliés de cette façon reste à entreprendre.

152 Il est fort possible que d’autres feuillets formant aujourd’hui le ms 2389 soient des membra disjecta de manuscrits conservés à la Bibliothèque municipale de Rouen recueillis au XIXe siècle par les relieurs de la Bibliothèque nationale.

153 Pour mémoire, un obituaire du XIVe siècle du prieuré de St-Léons, au diocèse de Rodez, a pu être en partie reconstitué (pour moitié) grâce à la découverte en 1982 de 24 feuillets qui avaient été réemployés dans les reliures d’une douzaine de registres notariaux de Ségur, en Aveyron (Lemaitre, 1989, p. 101). Les feuillets perdus du nécrologe de Fécamp pourraient néanmoins avoir servi à tout autre usage.

154 Voir la liste provisoire des manuscrits de Fécamp : Lecouteux, 2007, p. 50. À compléter avec l’annexe 10 de ma thèse, qui fournit 23 nouvelles attributions de manuscrits à Fécamp, mais rejette aussi 9 attributions (Lecouteux, 2015, vol. II, p. 349-357).

155 Sur cette pratique ancienne, voir Lemaitre, 1980, p. 39.

156 Les fol. 19v, 20v et 31v conservent des notes marginales lacunaires : ces textes ont été amputés au moment du redimensionnement du volume.

157 F. Avril date la copie du martyrologe vers 1120-1130. Sur ce martyrologe et sa datation, voir Dubois, 1977, en particulier p. 46-47.

158 Sur ce scribe Willelmus, dont la main a été retrouvées par B. Branch dans de nombreux manuscrits de Fécamp et qui est de ce fait connu comme le copiste le plus actif et le plus prolifique du scriptorium de l’abbaye dans la première moitié du XIIe siècle, principalement sous l’abbatiat de Roger de Bayeux (1107-1139), voir Branch, 1974, p. 168-187 ; Id., 1983, notamment p. 204.

159 L’écriture présente de nombreux points de ressemblance avec celle d’Antonius, même si elle est un peu moins régulière, mais aussi moins archaïque (les ‘s’ restent davantage au-dessus de la ligne rectrice), et si la forme des majuscules diffère sensiblement. La grande similitude des minuscules, et en particulier des lettres ‘g’, ‘b’, ‘r’ et ‘t’, mérite néanmoins d’être soulignée. Il est probable que la main primitive ait été formée sinon par Antonius lui-même, du moins dans le même scriptorium.

160 La main du scribe Willelmus semble identifiable à l’une de celles responsables de plusieurs additions immédiatement après l’intervention de la main primitive (il est toutefois difficile d’exprimer ici des certitudes sur des textes aussi courts, qui se réduisent à seulement quelques lettres d’un nom propre souvent abrégé ; contrairement à la main primitive, qui a copié de nombreux noms, les auteurs des additions ont inscrit beaucoup moins de texte).

161 Il est en effet impensable qu’une communauté religieuse ait omis d’enregistrer les personnes dont la commémoration était traditionnellement considérée comme prioritaire par rapport à celle des amici et des familiares.

162 Dans ce même réseau spirituel volpianien, les moines de St-Bénigne de Dijon avaient adopté une séparation logique et physique comparable en réservant le recto et le verso de leurs feuillets à des groupes de personnes précises, selon une organisation en diptyque. Sans aller jusqu’à opérer une séparation matérielle, l’esprit de hiérarchisation et de classification reste néanmoins très proche de celui observé au Mont St-Michel, à St-Pierre de Jumièges et à Saint-Taurin d’Évreux.

163 Il se pourrait que l’abbé Thierry soit à l’origine de l’introduction de cette pratique dans les deux monastères qu’il avait lui-même réformés depuis Fécamp : moine et disciple de Guillaume de Volpiano à St-Bénigne de Dijon puis à la Trinité de Fécamp, Thierry fut établi par son maître comme prieur de Fécamp (av. 1017), comme abbé de Jumièges (v. 1017-1027), comme abbé du Mont St-Michel (1023-1027) et comme custos de Bernay (1025-1027).

164 Ce ne sont pas seulement les dix feuillets perdus du nécrologe des associés spirituels qu’il convient de rechercher prioritairement dans les reliures des anciens manuscrits de Fécamp ; les feuillets du nécrologe des membres de la communauté et des bienfaiteurs insignes, dont le nombre est inconnu, ont pu eux aussi être remployés dans des reliures.

165 Une partie de son contenu a néanmoins pu être reconstituée grâce à la conservation de la documentation nécrologique des établissements étroitement associés à Fécamp (Lecouteux, 2015, vol. II, annexe nº 1, p. 3-25).

166 Cas où la personne physique primerait sur la personne morale.

167 Gazeau, 2007, II, p. 107.

168 Ces derniers sont inscrits en italique et sur fond gris dans le tableau nº 3b.

169 Decker-Heuer, 1998, p. 324 ; Schamper, 1989, nº A 172.

170 Guillaume de Volpiano était en contact avec les grands réformateurs bénédictins de son temps : à Cluny, avec Maïeul, puis Odilon. Il était aussi en relation avec Romuald de Ravenne, Guillaume et Martin de Pomposa, c’est-à-dire avec les moines-ermites installés sur la côte de la mer Adriatique, entre Ravenne et Venise (Bougaud et Garnier, 1875, p. 153-154 ; Lecouteux, 2015, vol. I, part. 2, p. 287-352). On notera également la présence de plusieurs autres abbés réformateurs dans le nécrologe de St-Germain-des-Prés, tels Garin de St-Michel de Cuxa († 10 juin 998 / 9), Herbert de Lagny († un 18 nov. avant 1036), Léduin de St-Vaast d’Arras († 2 janv. 1040) ou encore Jean de Fruttuaria († 16 févr. 1049).

171 Les nécrologes de Fécamp et de St-Germain-des-Prés conservent en effet la mémoire de plusieurs moines clunisiens, mais aucune association spirituelle entre ces deux abbayes et St-Vanne de Verdun n’est par ailleurs connue. La proximité de St-Vanne de Verdun avec St-Bénigne de Dijon est en revanche bien attestée, et les moines de l’abbaye lorraine, en conflit avec l’évêque de Verdun, trouvèrent même refuge à deux occasions dans l’abbaye bourguignonne au cours de l’abbatiat de Jarenton (1077-1113).

172 Bulst, 1984, p. 323 (qui renvoie à Dauphin, 1946, p. 261 et suiv., 283, 289 et 325).

173 Angleterre, comté du Dorset.

174 Il fut auparavant clerc du comte Hugues de Chester, puis attaché à la cathédrale de Winchester (Knowles, Brooke & London, 2001, p. 73).

175 Avant la fondation en 1169 de l’abbaye bénédictine de Valmont, à 11 km de Fécamp, le prieuré clunisien de Ste-Foy de Longueville, fondé en 1093, était le monastère le plus proche de Fécamp (env. 60 km). L’analyse des Annales mineures de Fécamp révèle que des liens étroits entre Fécamp et Ste-Foy de Longueville ont existé sous l’abbé Henri de Sully : voir Lecouteux, 2015, vol. II, annexe 7, p. 183-198.

176 Fécamp n’apparaît pas dans les nécrologes et les notices de confraternité de Corbie signalés par J.-L. Lemaitre (Lemaitre, 1980, nº 2008-2010), ni même dans la liste de confraternités datée de 1351 / 2 provenant d’un fragment de rouleau mortuaire signalé par J. Dufour (Dufour, 2006, nº 265). L. Morelle m’a signalé qu’il fallait identifier cet Heruinus au moine de Corbie souscrivant en 24e position dans une charte originale de l’abbé Foulque de Corbie datée de 1064 (Artem nº 928 ; Morelle, 1988, t. II, p. 140-146, nº 16 ; Morelle, 2003, p. 222-236, en particulier p. 235 : Heruinus est le dernier moine mentionné dans la première colonne), ainsi qu’au moine et prêtre homonyme inscrit au 2 juin dans le nécrologe de Corbie (Paris, BnF, ms lat. 17767, fol. 52v) : ob(iit) Heruinus sacerdos et m(onachus) n(ostre) cong(regationis).

177 Knowles, Brooke & London, 2001, p. 79-80 et 257-258. Je tiens à remercier Claude Lorren, à qui je dois cette identification.

178 9 apparaissent plusieurs fois (tableau 3a) et le 10e, Notre-Dame du Bec, n’apparaît qu’une seule fois (tableau 3b).

179 Faut-il en déduire l’existence, à la Croix-Saint-Leufroy et à Saint-Oyend de Joux, de deux nécrologes indépendants (comme au Mont Saint-Michel, Saint-Pierre de Jumièges, Saint-Taurin d’Évreux et à la Trinité de Fécamp), dont seuls ceux réservés aux moines du lieu et aux bienfaiteurs insignes nous seraient parvenus ?

180 Un seul abbé de Fécamp est enregistré dans les extraits modernes du nécrologe du Bec (Guillaume de Rots) et un seul abbé du Bec est inscrit dans les fragments du nécrologe de Fécamp (Boson).

181 Gazeau, 2007, t. II, p. 85-91 ; Gallia Christiana, t. IV, col. 247-249.

182 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, pièce justificative nº I, p. 271-272.

183 Id., pièce justificative nº V, p. 281-282. Un relâchement des liens entre les deux abbayes est perceptible à la fin du XIe siècle : peu de moines de la Trinité de Fécamp sont en effet enregistrés dans le nécrologe de St-Germain-des-Prés après le décès de l’abbé Jean de Fécamp en 1078 alors qu’ils étaient très nombreux sous les abbatiats de Guillaume de Volpiano et de Jean de Ravenne. Du fait de ce relâchement, il est possible que l’auteur du nécrologe de Fécamp ait choisi de ne pas reproduire dans son document les commémorations du fonds primitif relatives aux moines de St-Germain-des-Prés.

184 Les plus petits cours d’eau étaient navigués au Moyen Âge. La navigation sur la Seine était pratiquée au moins jusqu’à Argenteuil, puisque les Vikings y étaient parvenus en 898. De là, il était aisé de rejoindre Dijon par la route. Disposant au XIe siècle de nombreux domaines de part et d’autre de la Manche (pays de Caux, Bessin et Sussex), dans la vallée de la Seine et à l’intérieur du bassin parisien, l’abbaye de Fécamp s’appuyait sur le transport maritime et fluvial pour assurer la circulation des biens nécessaires à son approvisionnement et au commerce : elle était en effet exempte de la plupart des droits de péage sur la Seine et l’Oise (Bloche, 2012, p. 36, 38).

185 Il semble aussi que les messagers de Fécamp aient attaché plus d’importance à annoncer la mort de leurs moines que de recueillir et de rapporter des informations sur les défunts des communautés associées.

186 Les deux classements (tableaux 3a et 3b) sont tributaires de l’importance de chaque maison : une abbaye de 80 moines, comme St-Bénigne de Dijon, a plus de chance d’être représentée par un grand nombre de défunts qu’un modeste prieuré. Ces classements permettent néanmoins de se faire une idée assez précise des relations unissant Fécamp aux autres abbayes de son temps.

187 On comparera le tableau 4a avec les deux précédents, 3a et 3b.

188 Parmi les communautés mentionnées une seule fois (rang 12) figurent Westminster, St-Faron de Meaux, Ste-Berthe de Blangy, St-Serge d’Angers, St-Vanne de Verdun et St-Pierre de Corbie.

189 Ce dernier point est peut-être trompeur : il est possible que certaines entrées du fonds primitif, relatives à plusieurs établissements normands (St-Ouen, St-Martin de Troarn, St-Pierre de Castillon / Conches, St-Pierre de Préaux, N-D. du Bec et peut-être aussi la Trinité-du-Mont de Rouen) n’aient pas été reproduites par le copiste (voir plus loin).

190 Westminster est le seul établissement anglais inscrit de première main. Les liens de Fécamp avec les établissements anglais paraissent donc s’être renforcés après 1106, une fois le duché de Normandie de nouveau entre les mains du même souverain : le roi d’Angleterre Henri Ier Beauclerc.

191 Depuis les travaux de N. Bulst et d’A. Wagner, cités plus haut.

192 Sur le passage d’un réseau organisé horizontalement sous Guillaume de Volpiano à un réseau hybride, favorisant les filiations (les relations hiérarchiques et verticales), voir Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 159-168.

193 Hallinger, 1950-1951.

194 Wagner, 1996, p. 9-10 et 26-38.

195 Ibid., p. 54-57.

196 Schamper, 1989, p. 22-23 et 30-32.

197 Wagner, 1996. p. 56.

198 Anne Wagner est pourtant consciente que « l’une des difficultés, rencontrée dans l’étude de la réforme de Gorze, est le manque de sources directes » (Wagner, 1996, p. 25). De la très riche bibliothèque (attestée grâce à un inventaire datant de la seconde moitié du XIe siècle), il ne nous reste en effet que cinq manuscrits à ce jour clairement identifiés (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 554-557).

199 Mancia, 2013, p. 115-126 ; Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 558-565. Plusieurs pièces ont été ajoutées dans ce recueil, dont une lettre-préface et trois prières de Jean de Fécamp ainsi qu’un texte de « l’abbé Guillaume de St-Arnoul », qu’il faut identifier à Guillaume de Volpiano.

200 Malgré la richesse des bibliothèques de Gorze, de St-Arnoul de Metz et de St-Èvre de Toul au XIe siècle, il ne subsiste aujourd’hui que 5 manuscrits médiévaux de Gorze, 5 manuscrits médiévaux de St-Èvre de Toul et 24 manuscrits de St-Arnoul de Metz (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 552-570).

201 Au XIIe siècle, les deux maisons se considéraient comme deux sœurs, membres d’un même corps (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, pièces justificatives nº II et III, p. 272-277).

202 Parmi les communautés mentionnées une seule fois (rang 21) figurent Ste-Berthe de Blangy, N-D. du Bec, St-Pierre de Castillon / Conches, St-Pierre-sur-Dives, St-Michel du Tréport, Ste-Foy de Longueville, St-Denis, Saint-Swithun de Winchester et Tewkesbury.

203 Disparition de Cluny, de St-Gorgon de Gorze et de St-Arnoul de Metz. Recul du Mont St-Michel et de St-Pierre de Jumièges. En revanche, St-Ouen de Rouen et St-Germain-des-Prés, absentes des inscriptions de première main, apparaissent ici (voir l’explication dans la partie suivante).

204 Sur le rattachement de St-Bertin à Cluny entre 1099 et 1102, voir Poeck, 1998, p. 78-79 et 91-104.

205 Au sujet de la fondation du prieuré clunisien St-Pancrace de Lewes, voir Leroquais, 1935, p. 13-18 ; Poeck, 1998, p. 134-135, 184-189 et 201.

206 Le contrat de societas établi au début du XIIe siècle entre les deux maisons montre que les deux établissements enregistraient individuellement chaque moine associé défunt dans leurs nécrologes respectifs au XIe siècle (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, pièce justificative nº I, p. 271-272).

207 Les liens entre Fécamp et St-Ouen de Rouen furent en effet étroits sous les abbés Nicolas (1042-1092) et Helgaud (1092-1112).

208 Les abbés Durand (1059-1088) et Arnoul de Troarn (1088-1112) ayant été plus proches de Fécamp que leurs successeurs, il semble plus probable qu’une association étroite entre les deux abbayes ait été mise en place sous leur abbatiat que plus tard.

209 C’est sous les abbés Gilbert Ier (1035-apr. 1063) et son successeur Guillaume Ier que les liens entre Fécamp et Conches furent les plus étroits. Ils paraissent s’être assez rapidement relâchés par la suite.

210 Il est néanmoins possible que l’abbatiat de Richard de Fourneaux (1101-1125) ait été l’occasion d’un rapprochement entre Fécamp et Saint-Pierre de Préaux au début du XIIe siècle.

211 Ainsi, quelle fut la position de ces établissements vis-à-vis de Fécamp lors des conflits entre les moines de cette communauté et l’archevêque de Rouen Guillaume Bonne-Âme entre 1089 et 1094 ?

212 Comme le prouve l’intervention de l’abbé Baudri de Bourgueil (1079-1107) à St-Germain-des-Prés, au cours de laquelle l’abbé se voit contraint de rappeler leurs engagements aux moines (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, pièce justificative nº V, p. 281-282).

213 Les tensions bien connues entre les moines de Saint-Ouen et l’archevêque de Rouen Jean d’Avranches (1067-1079) ne doivent pas occulter une autre réalité : la cathédrale apparaît en tête de l’une des deux listes de confraternités conservées pour l’abbaye rouennaise, ce qui trahit une association spirituelle étroite entre les deux établissements. L’abbaye de St-Ouen aurait-elle soutenu son archevêque plutôt que l’abbé de Fécamp et ses moines dans les années 1090 ? Une certaine rivalité a pu exister à cette époque entre Fécamp et St-Ouen pour la place de première abbaye du diocèse, que les moines de Rouen revendiquaient en vertu de l’ancienneté de leur établissement mais aussi de sa proximité historique avec l’archevêché.

214 Ainsi, les fragments de nécrologe ne sont pas signalés dans la notice d’Henri Omont (Omont, 1903).

215 On comparera ce pourcentage à celui obtenu lors de la reconstitution du réseau à partir des seules sources nécrologiques fécampoises (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 41-48) : 8 % (2 établissements repérés sur 24 : St-Bénigne de Dijon et Norwich).

216 Parmi les 11 établissements n’apparaissant qu’une seule fois, 5 n’avaient pas été identifiés et ne figurent pas dans les tableaux 2a, 2b ou 2c (Ste-Foy de Longueville, Tewkesbury, St-Vanne de Verdun, St-Pierre de Corbie et Saint-Swithun de Winchester).

217 Pour chaque établissement (correspondant à une entrée), ce répertoire doit fournir, d’une part, la liste des documents nécrologiques et confraternels conservés (nécrologes, mais aussi contrats de societas, listes de confraternités, etc.), d’autre part, la liste des établissements associés où cet établissement apparaît. La réalisation de ce répertoire fait partie d’un projet de recherche plus ambitieux : le projet initial, Memoria et Societas, décrit dans ma thèse de doctorat (Lecouteux, 2015, vol. II, annexe 6, p. 70-146), a été approfondi et a abouti au montage du projet de recherche « Bibliotheca et sociatas : étude de l’influence des associations spirituelles sur la transmission du patrimoine écrit antique et médiéval ».

218 Dép. Calvados, cant. Caen.

219 Dép. Maine-et-Loire, cant. Angers.

220 L’absence de commémoration individuelle rend plus difficile l’identification des trois derniers cas.

221 Conservés aux Archives départementales de la Seine-Maritime dans le dossier 7 H 51.

222 Laporte, 1963 ; Lecouteux, 2015, vol. I, part. I, p. 41-42.

223 Les deux dernières colonnes précisent d’une part la mobilité de moines entre établissements lorsque celle-ci a été repérée au cours de la phase 1 de la reconstitution du réseau de confraternité fécampois, d’autre part la circulation des manuscrits et des textes, telle que je suis parvenu à l’établir dans la partie 3 de ma thèse de doctorat.

224 Voir la note 45.

225 Fruttuaria, St-Èvre de Toul, St-Pierre de Bèze, St-Vivant de Vergy, Malmesbury, Peterborough, Ramsey, St-Martin de Sées et Montivilliers constituent 10 ­communautés très probablement associées à Fécamp. À ces monastères s’en ajoutent treize autres (St-Pierre de Cormeilles, St-Étienne de Fontenay, St-Georges de Boscherville, Mortemer, Beaubec, Bordesley, Gloucester, St-Michel de Tonnerre, St-Pierre de Molosme, St-Mansuy de Toul, Moûtier-St-Jean / La Réôme, Moyenmoûtier et Almenèches) qui étaient peut-être aussi associées à Fécamp.

226 Lecouteux, 2015, vol. I, part. 1, p. 245-262.

227 Sur les cartes qui suivent, les trois couleurs utilisées représentent les tendances commémoratives liées à chaque association spirituelle. La couleur bleu clair est celle utilisée par défaut : il s’agit d’associations spirituelles attestées ou très probables, mais pour lesquelles le type de commémoration reste à ce jour indéterminé. En d’autres termes, il s’agit soit d’associations spirituelles dépourvues de commémorations individuelles ou collectives (liens spirituels relativement lâches), soit d’associations spirituelles matérialisées par des commémorations collectives n’ayant laissé aucune trace dans la documentation conservée, du fait de lacunes documentaires (il est en effet impossible de faire la distinction entre ces deux situations, qui sont donc représentées par une même couleur, faute de mieux). Lorsqu’on dispose de preuves d’une existence de services mémoriels, les associations spirituelles ayant fait l’objet de commémorations collectives ont été représentées en bleu foncé, et celles ayant fait l’objet, au moins occasionnellement, de commémorations individuelles ont été représentées en rouge.

228 Lemaitre, 2008, Partie III de l’annexe II.

229 L’encre en grande partie effacée du second feuillet verso (fol. 34v), correspondant à la seconde partie du mois de novembre, est presque illisible à la lumière naturelle ; seule la lampe de Wood permet une lecture aisée de ce feuillet.

230 La restauration du fol. 34 avec du papier de Chine nécessite en plusieurs endroits le recours à une lumière artificielle placée au verso afin de permettre une lecture du recto par transparence.

231 Voir par exemple l’édition du nécrologe de St-Germain-des-Prés (Decker-Heuer, 1998).

232 Les sigles utilisés sont rappelés dans la bibliographie des sources manuscrites : AM pour la copie moderne du nécrologe de St-Arnoul de Metz ; BD pour le nécrologe de St-Bénigne de Dijon ; C pour le plus ancien nécrologe de St-Pierre de Corbie ; FM pour la copie moderne du nécrologe de St-Faron de Meaux ; GG pour la reconstitution moderne du nécrologe de Gorze à partir de deux extraits sélectifs modernes ; GP pour le nécrologe primitif de St-Germain-des-Prés ; J1 et J2 pour les deux nécrologes de Jumièges ; Mm et Mn pour le martyrologe-nécrologe et le nécrologe du Mont St-Michel ; TE pour les nécrologes de St-Taurin d’Évreux.

233 L’indexation des anthroponymes et des toponymes a été réalisée au moyen d’un outil élaboré au pôle du Document Numérique (MRSH de l’Université de Caen) : Madds. Cet éditeur de fragments permet en effet de rassembler dans des bases XML des notices personnes et des notices lieux permettant d’accumuler du savoir sur des individus de façon collective et collaborative. Outre les index nominum et locorum générés à la fin de cet article, l’ensemble des noms présents dans cet extrait de nécrologe a rejoint les bases lieux et personnes avec les informations trouvées dans ce texte (jour de décés, abbaye habitée).

234 Saint-Bénigne de Dijon. BD : Bernardus (31 mai).

235 Saint-Arnoul de Metz. AM : Adhelardus.

236 Saint-Pierre de Jumièges. J2 : Ioh(ann)es.

237 Saint-Étienne de Caen.

238 BD : Raynfredus.

239 BD : Rannulfus.

240 Bayeux.

241 Saint-Ouen de Rouen.

242 Notre-Dame de Bernay.

243 Saint-Germer de Fly.

244 J2 : Alured(us).

245 Saint-Wandrille (Fontenelle).

246 Saint-Bertin (Sithiu).

247 J2 : Gregori(us) (01 / 06).

248 Mont Saint-Michel. Mm : Turgisius.

249 BD : Constantin(us).

250 Mn : Osb(er)nus (02 / 06) ?

251 J2 : Gilleb(er)t(us).

252 BD : Adelerus.

253 Trinité de Norwich.

254 BD : Rotb(er)t(us) (05 / 06).

255 Saint-Pierre de Préaux.

256 Saint-Taurin d’Évreux. TE : Symon.

257 BD : Bernard(us).

258 Le prieuré clunisien de Sainte-Foy de Longueville, fondé par Gautier Giffard en 1093.

259 Saint-Martin de Troarn.

260 Garnier, abbé de Saint-Germer de Fly (v. 1060-1084), qui démissionna en 1084 et mourut en 1095 (Gallia Christiana, IX, col. 790 no VIII ; cf. Lemaitre, 1987, no 342a ; Garand, 1995, p. 14, n. 18).

261 J2 : Ualt(erius).

262 Saint-Pancrace de Lewes. Ajout en marge de droite.

263 Mantes-la-Jolie.

264 Notre-Dame de Reading. D’une main plus récente (milieu ou seconde moitié du XIIe siècle).

265 TE: Achardus.

266 BD : Gisleb(er)t(us).

267 Mm : Hugo.

268 Westminster.

269 BD : Steph(anu)s (11 / 06).

270 TE : Rainald(us).

271 BD : Rotb(er)t(us).

272 J2 : Turold(us).

273 Mm : Gaufred(us).

274 BD : Hemengardis \m(onacha) nostre c(on)g(regationis)/ (11 / 06).

275 Saint-Pierre de Corbie. C : ob(iit) Heruinus sacerdos et m(onachus) n(ostre) cong(regationis) (02 / 06).

276 Mm : Rotgeri(us).

277 La Trinité-du-Mont (Sainte-Catherine) de Rouen.

278 BD : non mentionné.

279 Ajout en marge de droite.

280 Ajout en marge de gauche.

281 BD : Siguinus.

282 Mm : Rotgeri(us).

283 Ces deux derniers noms ajoutés en marge de droite.

284 Euerardus corrigé en Eurardus sur le manuscrit.

285 Ajout en marge de droite.

286 BD : Flauitus (11 / 06).

287 BD : Gothescalcus.

288 BD : non mentionné.

289 BD : Walteri(us).

290 Lieu indéterminé. Les parties de mots « Go » et « S(an)c(t)i Petr » sont lisibles sur le petit morceau de parchemin resté collé au fol. 34r (au niveau du III Idus nouembris).

291 BD : Rodulfus.

292 Ajout en marge de gauche.

293 Mm : Radulphus m(onachus).

294 Saint-Gorgon de Gorze. GG : Domnus Sigifridus, uenerabilis vitae abbas et sac(erdos). Sigefroid, abbé de Saint-Gorgon de Gorze (1031-1055), disciple et successeur de Guillaume de Volpiano (cf. Parisse, 1971, p. 32, 80 n. 10 ; Schamper, 1989, A 92 p. 205). Également inscrit dans les nécrologes de Saint-Taurin d’Évreux (Sigifrid(us) abb(as)), du Mont Saint-Michel (Sigifrid(us) \ab(bas)/), de Saint-Arnoul de Metz (Sigifridus abbas gorgiensis), de Saint-Germain-des-Prés (Sigifridi abb(atis) et s(a)c(erdotis) Gorziensis cenobii), de Saint-Bénigne de Dijon (Sigifridus abbas \S(an)ct(i) Gorgonii/).

295 BD : Wido.

296 Mm : Rotb(er)t(us).

297 TE : non mentionné.

298 Ces deux derniers noms ajoutés en marge de droite.

299 BD : Tecelinus.

300 Saint-Pierre de Castillon (Conches).

301 BD : Wibertus \prior/.

302 BD : Iohannes.

303 TE : Anquitillus.

304 BD : Gisleb(er)t(us) (15 / 06) ?

305 Richard, abbé de Saint-Vanne de Verdun (1004-1046), ancien moine de Cluny (sous Odilon) et célèbre réformateur bénédictin.

306 BD : Fulcuinus (16 / 06).

307 Glastonbury.

308 Peut-être P(ra)telli  ?

309 Ajout en marge de gauche. TE : Guill(elmu)s.

310 Mm : Guill(el)m(us).

311 Mm : Gozselinus.

312 Mm : Rotb(ertus) (12 / 06) ? Bout de parchemin corné au niveau du trou, venu se coller juste après « Ro » : le ‘m’ de m(onachus) du verso se trouve ainsi lisible au recto.

313 Vraisemblablement « m(onachus) ».

314 Sans doute Saint-Pierre de Jumièges (Saint-Pierre de Préaux n’apparaît jamais sous la plume de la première main ; « Sancti Petri » n’est jamais indiqué pour Cluny et Westminster). On ne trouve toutefois pas de moine de ce nom autour de cette date dans J2.

315 Ansbertus, Gosbertus ?

316 Probablement Rainaldus dont on devine l’amorce du ‘a’ et l’abréviation « us » par emploi du sigma lunaire.

317 J2 : non mentionné. J1 : Odo (17 / 06). Ajouté en marge de gauche.

318 ‘S’ rouge de Simon au verso lisible par transparence, juste après m(onachus).

319 Je crois lire Theruidus.

320 BD : Martin(us) (16 / 06).

321 J2 : Ric(ardus) (16 / 06).

322 Saint-Denis en France.

323 Trois Bernardus ont été inscrits avant 1092 / 3 dans le nécrologe de Cluny (no 11, 14, 17 de l’édition synoptique : ils apparaissent en effet dans le second nécrologe de Saint-Martial de Limoges et dans celui de Marcigny ; le premier inscrit avant 1063 / 5, apparaît de première main dans le premier nécrologe de Saint-Martial). Ce moine est sans doute l’un d’eux, et peut-être le premier des trois vu sa position en tête de ligne.

324 Mm : Rainfred(us).

325 Mm : Rannulfus \p(ri)or/.

326 Ajout en marge de droite.

327 Saint-Martin de Troarn ?

328 Mm : non mentionné.

329 Mm : Hugo m(onachus).

330 Saint-Étienne de Caen.

331 J2 : Salualo.

332 BD : Hugo.

333 J2 : Turold(us).

334 BD : Leo.

335 BD : Ingelrann(us).

336 BD : non mentionné sous cette forme ; à rapprocher de Eudo (22 / 06) ?

337 Sans doute Raoul, abbé de Notre-Dame de Saint-Pierre-sur-Dives (1106 / 8-av. 1113), pourtant indiqué un 7 des calendes de mars dans la Gallia Christiana (cf. Gazeau, 2007, II, p. 305-306).

338 BD : Wido.

339 BD : Otgeri(us).

340 Mm : Anschitillus.

341 Dol-de-Bretagne. On notera que l’obituaire est contemporain de l’époque où l’ancien abbé de Bourgueil et évêque de Dol Baudri (1107-1130) se rend fréquemment en Normandie, et au moins trois fois à Fécamp ; il pourrait s’agir ici d’un homme de Baudri.

342 BD : Amalric(us).

343 AM : Gundulfus.

344 Lambert, abbé de Saint-Bertin (1095-1123), parfois confondu avec le chanoine Lambert de Saint-Omer, auteur du Liber floridus. C’est sous son abbatiat que Saint-Bertin fut rattachée à Cluny.

345 BD : Lamb(er)t(us) \sal(?)/.

346 BD : Beraldus.

347 Deux Willelmus apparaissent avant 1115 / 20 dans l’édition synoptique du nécrologe de Cluny (no 20 et 28), mais seul le premier a été inscrit entre 1063 / 5 et 1092 / 3 (seconde main à Saint-Martial de Limoges et première main à Marcigny) : sans doute s’agit-il du même moine.

348 Mm : Bernard(us) \m(onachus)/.

349 BD : Ioffredus.

350 BD : Poncius \sal(?)/.

351 Ut legitur.

352 BD : Arduinus.

353 J2 : Gilleb(er)t(us).

354 GG : non mentionné.

355 BD : Hugo.

356 Mm : Gisleb(er)tus (25 / 06).

357 Boson, abbé du Bec (1124-1136). Mentionné dans les nécrologes du Mont Saint-Michel, de Jumièges et de la Croix-Saint-Leufroy. Gazeau, 2007, I, p. 154 et II, p. 16-18 ; Lemaitre, 1987, no 342a. Également mentionné dans le nécrologe de Saint-Martin de Sées.

358 Ajout en marge de gauche.

359 BD : Ansquitillus.

360 BD : Walteri(us).

361 TE : Rob(er)tus.

362 Texte partiellement surchargé par le suivant.

363 Ce texte surcharge le précédent. L’un et l’autre ne sont pas sur la ligne rectrice, à cause du texte suscrit « Pat(er) Ricardi » appartenant à la liste du jour suivant qui s’y trouve.

364 BD : Tetbaldus.

365 AM : Bernerius (26 / 06).

366 Ut legitur.

367 Ce texte se trouve à la suite d’un long espace de 70 mm demeuré vierge.

368 La première lettre est un ‘O’ ou un ‘G’.

369 Ingonis ou Angonis ?

370 Am(…) est probablement un prénom dont l’abréviation n’a pu être résolue : Amalarus, Amalricus, Ambrosius, etc.

371 Notre-Dame de Reading.

372 FM : « Ob(iit) Landericus et Arnulphus abbates ». Dans le nécrologe de Saint-Faron de Meaux, l’abbé Arnoul est inscrit au 28 juin juste après l’abbé Landeric, connu dans la première moitié du XIe siècle. La Gallia christiana indique un seul abbé de Saint-Faron de Meaux du nom d’Arnoul et le place à l’époque mérovingienne ou carolingienne en le faisant lui aussi mourir au 28 juin (GC, VIII, col. 1691 no IX) : il s’agit vraisemblablement du même abbé. Le catalogue des abbés de Saint-Faron de Meaux pose cependant de nombreuses difficultés (cf. Bulst, 1973, p. 156, n. 50) et l’ordre des deux abbés dans le nécrologe, ainsi que sa présence dans ce fragment du nécrologe de Fécamp (en tête de ligne et de première main), laisse penser que cet abbé Arnoul serait plutôt un abbé de Saint-Faron du milieu ou de la seconde moitié du XIe siècle.

373 BD : Framb(er)tus.

374 BD : Milo.

375 Mm : Osbernus \m(onachus)/.

376 BD : Rotb(er)t(us).

377 BD : Milo.

378 Mm : non indiqué.

379 Mm : Drogo \m(onachus)/. Un dénommé Drogon, moine et sacristin du Mont Saint-Michel, est attesté en 1045 (TLR, CR, ch. 8 § 5) ; voir aussi Avranches BM, 211, ff. 40r-41v ; Avranches BM, 212, ff. 13r-14v ; Avranches BM, 213, ff. 147r-148r (Bouet et Desbordes (éd.), 2009, 328-331 (De Miraculis, VIII)).

380 J2 : non indiqué.

381 BD : Eruardus.

382 BD : Bernardus.

383 TE : Guill(elmu)s (28 / 06).

384 Saint-Germain-des-Prés. GP : Ioffredus m(onachus) et c(onuersus) S(ancti) G(ermani).

385 GP (ms. Paris, BnF, lat. 13833 et 13834) : Aimericus sac(ristanus). La mention de ce moine dans le nécrologe de Saint-Germain-des-Prés commencé sous l’abbatiat d’Hugues IV (1116-1146) entre 1131 et 1146 et son absence du nécrologe « d’Usuard » montre que ce fragment était encore en usage autour des années 1140.

386 Mm : Rodulfus \m(onachus)/.

387 La première lettre est un ‘C’ ou un ‘G’ ; m(onachus) apparaît sur un bout de parchemin corné au niveau d’un trou, et collé au recto du feuillet. AM : Cunfredus (01 / 07).

388 J2 : Rog(erius).

389 BD : Romulus.

390 Peut-être Gotfredus. Mn : Godefred(us).

391 Mm : Petr(us) ; J1 : Petr(us). Le lieu est lisible à l’aide de la transparence du parchemin et d’une feuille lumineuse (habituellement utilisée pour la visualisation des filigranes de manuscrits en papier).

392 Mm : Galdric(us) m(onachus) (31 / 10).

393 Le lieu est lisible à l’aide de la transparence du parchemin et d’une feuille lumineuse.

394 Sainte-Berthe de Blangis-sur-Ternoise.

395 BD : Ioh(anne)s.

396 BD : Warnerus.

397 Mm : Haimeric(us) m(onachus).

398 Osberne de Fréauville, abbé de Saint-Michel du Tréport (av. 1101-apr. 07 / 10 / 1118). Cf. Gazeau, 2007, II, p. 365-366.

399 Nom inscrit après un espace de 20 mm resté vierge. Pierre Bauduin se demande s’il pourrait s’agir d’Onfroy de Vieilles, fondateur de Préaux, qui souscrit un acte de Robert le Magnifique, pour Fécamp entre 1031 et 1035 (Fauroux, 1961, no 85 ; Artem no 2692 ; Scripta no 1528 ; Bloche 2012, no 19).

400 BD : non mentionné.

401 Mm : Henric(us) m(onachus).

402 GG : non mentionné (la copie sélective moderne du nécrologe ne reproduit pas les noms des simples moines après le 21 mars).

403 BD : Rodulfus.

404 BD : non mentionné.

405 Mm : non mentionné [Heldemanus (04 / 11) ?].

406 Ce moine apparaît au no 21 de l’édition synoptique du nécrologe de Cluny (il est inscrit uniquement dans le nécrologe de Saint-Martin-des-Champs, mais d’après l’ordonnancement chronologique, il fut enregistré à Cluny après 1063 / 5 et avant 1092 / 3).

407 Ajouté après l’abbé Hugues de Saint-Germer de Fly, inscrit en début de ligne suivante.

408 Ajouté en marge de droite, d’une main plus récente (second quart ou milieu du XIIe siècle).

409 Hugues, abbé de Saint-Germer de Fly (apr. 1085-1100). Cf. Gallia Christiana, IX, col. 790-791 no IX. Nom mis en valeur en début de ligne, écrit avant les deux ajoutés en fin de ligne précédente.

410 BD : non mentionné.

411 BD : Otto \p(ri)or B(er)tiniace curtis/ (aujourd’hui Saint-Blin, en Champagne-Ardenne).

412 BD : Milo.

413 BD : Ogdilo.

414 BD : Wido (05 / 11).

415 BD : Letbaldus.

416 BD : Hub(er)t(us).

417 BD : Rotb(er)tus.

418 BD : Petrus.

419 TE : Hugo.

420 Mm : Garn(er)i(us).

421 J2 : Warn(er)i(us).

422 Ce moine apparaît en no 23 dans l’édition synoptique du nécrologe de Cluny et fut enregistré entre 1063 / 5 et 1092 / 3.

423 Mention intéressante d’un moine Robert, enlumineur de l’abbaye de Saint-Wandrille et mort au début du XIIe siècle (Lecouteux, 2015, vol. I, part. 3, p. 601-613).

424 FM : non mentionné.

425 Ajout du début du XIIe siècle en marge de droite.

426 BD : Phanuel.

427 Mm : Hub(er)tus.

428 BD : Dauid.

429 Texte lisible en accentuant la transparence du papier de Chine à l’aide d’une feuille lumineuse.

430 BD : Ulbert(us).

431 J2 : Rainold(us).

432 J2 : H(er)ueus.

433 Mm : Riuallonus m(onachus) et sac(erdos).

434 Rodulfus ou Radulfus.

435 Le parchemin et l’encre du fol. 33v sont restés collés à cet endroit. J2 : Guill(elmu)s (08 / 11).

436 Le parchemin et l’encre du fol. 33v sont restés collés à cet endroit ; le nom et le lieu sont lisibles en accentuant la transparence du parchemin à l’aide d’une feuille lumineuse.

437 BD : Will(el)m(us).

438 Un petit fragment de parchemin provenant du fol. 33 est resté collé au-dessus du texte, rendant impossible sa lecture sur environ 25 mm.

439 TE : Arnulf(us).

440 Mm : Herb(er)tus m(onachus) (11 / 11).

441 BD : non mentionné.

442 Un trou et un petit fragment de parchemin (provenant du fol. 33 et resté collé au-dessus du texte) rendent impossible la lecture du nom sur environ 20 mm.

443 J2 : Hunfred(us). La mention « S(an)c(t)i Pet(ri) », lisible au-dessus, provient d’un petit fragment de parchemin du fol. 33 et ne doit pas être pris en compte ici. Le début du nom est lisible à l’aide de la transparence du parchemin et d’une feuille lumineuse.

444 Mm : non mentionné.

445 Mm : Herb(er)tus m(onachus).

446 TE : non mentionné.

447 J’avais lu Sancti Wicharii (que je pensais pouvoir être une déformation de Sancti Richarii). Il faut en fait lire Sancti Swithuni. Il s’agit du prieuré Saint-Swithun, dépendant de la cathédrale Saint-Pierre, Saint-Paul et Saint Swithun de Winchester (Knowles, Brooke & London, 2001, p. 79-80 et 257-258).

448 BD : Ioh(anne)s.

449 Petit fragment de parchemin collé au-dessus du texte, rendant difficile sa lecture sur environ 5 mm.

450 Nom lisible à l’aide de la transparence du parchemin et d’une feuille lumineuse.

451 J2 : Petr(us).

452 BD : Riczo.

453 GG : non mentionné (absence des noms de simples moines dans cette partie de la copie moderne du nécrologe de Gorze).

454 BD : Will(el)m(us).

455 BD : Will(el)m(us).

456 Mm : Rogeri(us) m(onachus).

457 Probablement Gournay-en-Bray (Seine-Maritime), à moins de 10 km de Saint-Germer de Fly.

458 BD : Eudo.

459 TE : Haymo.

460 BD : Waningus.

461 TE : non mentionné.

462 BD : Aduidis m(onachus) \n(ost)rae cong(regationis)/.

463 BD : Riculfus.

464 J2 : Goifred(us).

465 BD : Basilius.

466 BD : Susanna.

467 Deux Geraldus / Giraldus apparaissent au nécrologe de Cluny avant 1092 / 3 (no 9 et 15). Le premier a été enregistré avant 1063 / 5 et le second après cette date : il s’agit probablement de ces deux moines.

468 BD : Ademarus.

469 Mm : Osmund(us).

470 J2 : Girard(us).

471 BD : Stephanus (15 / 11) ; Mn : \S/tephan(us).

472 Mm : non mentionné.

473 BD : Rannulfus.

474 Lieu indéterminé. À moins qu’il faille lire \S(anctae) Mariae B[…]/ (pour B(er)nai ou Bertae  ?).

475 Mm : Humb(er)t(us).

476 BD : Iosb(er)tus.

477 BD : Constantinu(us).

478 BD : non mentionné.

479 J2 : Anschari(us)  ?

480 J2 : non mentionné.

481 J2 : non mentionné.

482 J2 : Frog(er)ius.

483 J2 : Turold(us).

484 J2 : Rodulf(us).

485 Mm : Rogeri(us).

486 Mm : Hermannus (21 / 11).

487 BD : Durann(us).

488 Mm : Rotb(er)tus.

489 Gérald, ancien abbé de Cranborne (1086-1102) et premier abbé de Tewkesbury (1102–1109), déposé par Henri Ier d’Angleterre en 1109, mort en 1109 / 10 (Knowles, Brooke et London, 2001, p. 73).

490 Je pense lire Gerfredo.

491 BD : Rannulfus.

492 BD : Ioh(ann)es (21 / 11).

493 BD : Wido.

494 La partie superficielle du parchemin et l’écriture qu’elle comportait sont décollées et perdues sur une surface importante (au plus large, 30 mm et au plus haut 40 mm). Cette lacune, qui débute à cette ligne, se retrouve au niveau des lignes suivantes.

495 TE : Radulf(us).

496 BD : Durannus  ; J2 : Durand(us) (22 / 11).

497 Mm : Guill(el)m(us).

498 BD : Hembaldus.

499 Ajout en marge de gauche. J2 : Guill(elmu)s.

500 Saint-Serge d’Angers.

501 BD : Rodulfus.

502 Sans doute Sancti Geremari.

503 BD : Raynald(us).

504 BD : Letbald(us).

505 BD : Walterius.

506 BD : Osanna \m(onacha) n(ost)re s(ocieta)s/.

507 Voir la note 399.

508 BD : Ioh(anne)s.

509 La première lettre du nom pourrait être éventuellement un C, voire un O.

510 BD : Wido.

511 Mm : [R]ob(er)tus.

512 Un moine de ce nom a été inscrit dans le nécrologe de Cluny entre 1063 / 5 et 1092 / 3 (no 19) : il s’agit probablement de ce moine.

513 TE : Radulf(us).

514 J2 : Ursus.

515 BD : non mentionné.

516 Mm : Guarinus.

517 J2 : Mathe(us).

518 Mm : Radulfus.

519 BD : Wido.

520 J2 : Goscelin(us).

521 Deux moines de ce nom ont été inscrits au nécrologe de Cluny entre 1063 / 5 et 1092 / 3 (no 17 et 20).

522 BD : Wido (29 / 11).

523 BD : Sieburgis (28/11).

524 BD : Lecelin(us) (01/12).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : mentions d’abbés et de moines de Fécamp dans les nécrologes de communautés associées
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 987k
Titre Tableau 2a : les communautés associées à Fécamp (documentation confraternelle exploitable)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Tableau 2b : les communautés très probablement associées à Fécamp (documentation confraternelle non exploitable, mais sources explicites)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Tableau 2c : autres communautés vraisemblablement associées à Fécamp (absence de sources suffisamment explicites et de documentation confraternelle exploitable)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 3a : établissements mentionnés plusieurs fois dans les fragments du nécrologe ms 2389, fol. 33-34
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 3b : établissements mentionnés une seule fois dans les fragments du nécrologe ms 2389, fol. 33-34
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 647k
Titre Tableau 4a : décompte par établissement des moines associés à Fécamp au XIe siècle (inscriptions de première main)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Tableau 4b : décompte par établissement des moines associés à Fécamp au XIIe siècle (inscriptions de seconde main)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Tableau 5 : mentions de moines de Fécamp dans les nécrologes d’abbayes associées et de moines associés dans les fragments du nécrologe de Fécamp
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 6a : documentation nécrologique et confraternelle subsistante pour les établissements associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp (partie 1)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau 6b : documentation nécrologique et confraternelle subsistante pour les établissements associés à l’abbaye de la Trinité de Fécamp (partie 2)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Carte 1 : réseau de confraternité de l’abbaye de la Trinité de Fécamp (d’après la seule documentation nécrologique et confraternelle fécampoise)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 307k
Titre Carte 2 : réseau de confraternité de Fécamp sous l’abbé Guillaume de Volpiano (1001-1028)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Titre Carte 3 : réseau de confraternité de Fécamp sous l’abbé Jean de Ravenne (1028-1078)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 379k
Titre Carte 4 : réseau de confraternité de Fécamp sous les abbés Guillaume de Rots (1078-1107), Roger de Bayeux (1107-1139) et Henri de Sully (1140-1187)
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Planche 1 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 33, recto
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 2,6M
Titre Planche 2 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 33, verso
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Planche 3 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 34, recto
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Planche 4 : ms Paris, BnF, nouv. acq. lat. 2389, fol. 34, verso
URL http://tabularia.revues.org/docannexe/image/2570/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 2,2M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Lecouteux, « Deux fragments d’un nécrologe de la Trinité de Fécamp (XIe-XIIe siècles). Étude et édition critique d’un document mémoriel exceptionnel », Tabularia [En ligne], Sources en ligne, mis en ligne le 23 février 2016, consulté le 23 mars 2017. URL : http://tabularia.revues.org/2570 ; DOI : 10.4000/tabularia.2570

Haut de page

Droits d’auteur

CRAHAM - Centre Michel de Boüard

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Université Caen Normandie
  • Logo Presses universitaires de Caen
  • Revues.org